Le chef du renseignement militaire américain : La Russie représente une menace existentielle du pôle Nord au pôle Sud

par Rick Rozoff

Le lieutenant général Scott Berrier, directeur de la Defense Intelligence Agency, a présenté l’évaluation annuelle de la menace mondiale de son agence devant la commission des forces armées du Sénat le 29 avril.

La transcription de son témoignage compte cinquante-sept pages et est vaste dans sa portée et souvent détaillée dans ses descriptions. Ce qui suit est donc un précis qui s’attarde sur le thème général de sa présentation, laissant de côté, par exemple, sa discussion sur les menaces posées par ce qui était autrefois appelé organisations terroristes et qui est maintenant appelé organisations extrémistes violentes (VEO).

Ses commentaires sont largement passés inaperçus, car ils ne font généralement pas partie des castes gouvernementales et militaires américaines, à l’exception d’un reportage de CNN intitulé « Top US military intelligence official says Russian military poses an ‘existential threat’ to the US ».

Son analyse des menaces, militaires et non militaires, qui pèsent sur les États-Unis et leurs alliés est tout à fait conforme à celle d’autres hauts responsables de l’armée, des services de renseignement et de la politique étrangère : quatre nations menacent le monde, séparément mais surtout conjointement, et sur tous les continents et dans toutes les mers et tous les océans. Ces quatre nations, qui forment collectivement le nouvel Axe du mal, sont la Russie, la Chine, l’Iran et la Corée du Nord. Pour employer les termes actuellement en vogue dans les cercles militaires, de renseignement et ce que l’on peut appeler grossièrement diplomatiques américains, les quatre sont divisés en challengers et adversaires proches et non proches. Les États-Unis reconnaissent volontiers qu’ils n’ont pas d’égal militaire dans le monde – et entendent le rester – sauf dans la mesure où la Russie maintient la parité nucléaire avec eux.

La Russie et la Chine sont des menaces quasi-parallèles. L’Iran et la Corée du Nord ne sont pas à ce niveau. Mais tous les quatre sont présentés comme des menaces nucléaires.

Son point de vue est partagé par d’autres départements, commandements et agences de l’armée, du renseignement et de la politique étrangère des États-Unis, ainsi que par l’OTAN :

le Commandement de l’Afrique

Commandement central

Commandement européen

Commandement Indo-Pacifique (p. 6-9)

Commandement nord

Commandement Sud (p. 31-38)

Commandement spatial

Commandement stratégique

Département d’État

Agences de renseignement américaines

Organisation du Traité de l’Atlantique Nord

M. Berrier a commencé son témoignage en accusant les quatre organismes précités d’exploiter la crise mondiale du COVID-19.

La Chine a été abordée en premier et a été qualifiée de « défi majeur pour la sécurité [qui] reste un concurrent stratégique à long terme pour les Etats-Unis ». Sa description de cette menace incluait le fait que « la Chine a entrepris une série de missions militaires, notamment la projection de puissance, la sécurité des voies maritimes, la lutte contre la piraterie, les opérations de maintien de la paix, ainsi que l’assistance humanitaire et les secours en cas de catastrophe. » Un peu comme n’importe quelle nation plus ou moins peuplée l’a fait au cours des dernières décennies.

Mais il a réservé sa principale critique à la Russie, exprimant une inquiétude alarmiste reprise par CNN, à savoir :

« L’armée russe est une menace existentielle pour les États-Unis et un outil puissant conçu pour maintenir une influence sur les États de sa périphérie, concurrencer la primauté mondiale des États-Unis et contraindre les adversaires qui contestent les intérêts nationaux vitaux de la Russie. » (p. 13)

Le fait que la phrase ci-dessus s’applique aux États-Unis bien plus qu’à la Russie semble avoir échappé à l’attention du directeur, mais il a souligné la véritable menace de la Russie : le potentiel de concurrence avec la primauté mondiale des États-Unis. Cela constitue en soi une menace existentielle, évidemment.

Il a déclaré que la Russie représente une menace pour la patrie américaine parce qu’elle « continue à investir dans ses forces nucléaires stratégiques, dans de nouvelles capacités pour renforcer sa dissuasion stratégique…. ».

Elle est en outre coupable de menacer Peoria ou Kansas City parce que sa « force militaire repose sur ses forces nucléaires stratégiques capables de survivre et sur une force conventionnelle largement positionnée pour des opérations défensives et régionales. » Veuillez noter les mots « dissuasif », « défensif » et « régional » : des mots inconnus de Washington et du Pentagone, ou, s’ils sont connus, qui ne limitent en rien leur prérogative autoproclamée de projection de puissance mondiale.

La Russie est accusée d’intégrer les leçons apprises en Syrie dans les formations et les exercices. Toutes les puissances militaires depuis la Perse et Rome ont fait de même, bien sûr.

Elle est également critiquée, du moins implicitement, pour sa conviction exagérée et irrationnelle que ses principales menaces sont les États-Unis et l’OTAN. Le fait que ces deux derniers aient encerclé la Russie, du cercle polaire à la mer Noire, de sous-marins nucléaires, de navires de guerre à missiles guidés, d’avions de chasse, de bombardiers à longue portée à capacité nucléaire, de missiles antibalistiques, de véhicules blindés, de bases, de troupes et de centres de cyberguerre n’est qu’un prétexte, selon M. Berrier, pour que Moscou exploite la question pour « la préservation du régime en place ».

Et pour aggraver la menace qu’elle fait peser sur les États-Unis et l’OTAN, la Russie « perturbe la cohésion de l’OTAN et sa capacité à formuler des politiques efficaces pour contrer l’influence malveillante de la Russie ». Cela ressemble beaucoup à de l’autodéfense, un principe universellement reconnu en droit international comme en droit pénal.

La Russie est accusée de cibler particulièrement les États membres de l’OTAN ayant des « affinités historiques, culturelles ou religieuses » avec elle. (p. 14) Il s’agirait de pays qui parlent principalement des langues slaves et pratiquent le christianisme orthodoxe. Aucune de ces affinités n’est particulièrement favorisée par le nouvel ordre international occidental fondé sur des règles.

Il a également répété l’accusation souvent entendue selon laquelle la Russie a employé l' »agent neurotoxique de qualité militaire » Novichok contre Sergueï et Ioulia Skripal en Grande-Bretagne en 2018 et récemment contre Alexeï Navalny dans son pays. Au siège de l’OTAN en mars, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a décrit le premier incident comme l’utilisation d’armes chimiques sur le sol d’un pays de l’OTAN.

La Russie est également dénoncée par M. Berrier pour son rôle en Géorgie depuis 2008 et en Ukraine depuis 2014, tandis qu’il a vanté le fait que « la coopération en matière de sécurité entre la Géorgie, l’Ukraine et l’Azerbaïdjan et les partenaires de l’OTAN » est une source d’irritation pour la Russie ; il a toutefois souligné que le gouvernement Poutine a ignoré l’attaque azerbaïdjano-turque contre le Haut-Karabakh et l’Arménie, alliée de la Russie au sein de l’Organisation du traité de sécurité collective, l’année dernière ; une attaque qui a conduit la Russie à accueillir des troupes de la Turquie, puissance de l’OTAN, dans le Caucase du Sud. Il a également reconnu la collaboration de la Russie avec la Turquie en Syrie et en Libye, bien que les deux pays soutiennent des belligérants opposés dans les deux cas.

Sous une forme plus abrégée, car sinon le récit serait interminable, la Russie est accusée d’être de connivence avec presque tous les mauvais acteurs, comme on les appelait autrefois, aujourd’hui des influences malignes, dans le monde, dans presque toutes les régions du monde, en adoptant un comportement incluant, sa ns s’y limiter, les éléments suivants :

L’expansion des liens militaires et la participation à des exercices conjoints avec la Chine.

Le maintien de relations normales d’État à État avec l’Iran et la Corée du Nord. (p. 19)

Le maintien des liens de l’ère soviétique avec l’Algérie et l’Angola en Afrique. (p. 18)

Faire de même en Amérique centrale avec le Nicaragua et dans les Caraïbes avec Cuba, et fournir des armes défensives au Venezuela en Amérique du Sud. (p. 19)

Non contente de présenter la Russie comme une menace pour l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud, l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie et l’Afrique, la Defense Intelligence Agency la dépeint également comme un rival et un adversaire dans l’Arctique –  » La Russie est… en train d’étendre son réseau de systèmes de missiles de défense aérienne et côtière, renforçant ainsi ses capacités d’anti-accès/de déni de zone sur des portions clés de sa zone maritime arctique (p. 20) – et l’Antarctique – « Moscou… étend ses activités de pêche dans cette région et, aux côtés de la Chine, a bloqué les efforts internationaux de conservation de l’environnement visant à limiter la pêche dans cette zone. (p. 20)

Bien que la Russie demeure la seule menace « existentielle » pour le cœur de l’Amérique, pour Midtown, U.S.A., elle est aussi, dans l’esprit de Berrier et de ceux qu’il sert, la meneuse d’une conspiration internationale dirigée contre les États-Unis et leurs alliés démocratiques dans le monde. Ce réseau infâme de malfaiteurs est composé des éléments suivants :

La Corée du Nord qui vend des armes à l’Iran et à la Syrie.

Le soutien de la Chine à la Corée du Nord.

L’implication de l’Iran en Syrie, en Irak et au Yémen, où Berrier présente Téhéran comme le seul méchant, à l’exception de la Russie en Syrie. (Bien que Berrier admette qu’une incursion militaire turque y a déplacé 70 000 civils, ajoutant : « Une autre incursion turque dans le nord de la Syrie déplacerait aussi probablement des centaines de milliers de civils, comme on l’a vu en 2018 et 2019. » Mais la Turquie est un allié précieux de l’OTAN).

La Chine prend Cuba au piège de son initiative « la Ceinture et la Route ».

L’Algérie, alliée de la Russie, soutient le Front Polisario au Sahara occidental, où la menace d’une invasion du Maroc, partenaire de l’OTAN, soutenue par l’Occident, semble imminente.

La Chine et l’Iran conspirant avec la Russie pour soutenir le gouvernement du Venezuela, « ce qui atténue presque certainement les effets économiques des sanctions internationales. » (Voir Présence et influence sécuritaire de la Chine, de la Russie et de l’Iran dans la région. p. 48. Par exemple, « Téhéran cherche à tirer parti de ses récentes ventes avec le Venezuela pour étendre l’empreinte régionale de l’Iran en Amérique latine »).

Les choses ne pourraient pas être plus claires pour les planificateurs civils et militaires de la politique étrangère américaine et ceux de ses alliés de l’OTAN. Tout va bien dans le monde des 194 membres des Nations Unies, sauf les menaces que représentent la Russie, la Chine, l’Iran et la Corée du Nord. Surtout la Russie.

Rick Rozoff est un rédacteur collaborateur d’Antiwar.com. Il est impliqué dans le travail anti-guerre et anti-interventionniste à divers titres depuis quarante ans. Il vit à Chicago, dans l’Illinois. Il est le directeur de Stop NATO. Cet article a été initialement publié sur Anti-Bellum.

Antiwar.com, 02 mai 2021

Etiquettes : Etats-Unis, Russie, Chine, Iran, Venezuela,