Al-Qaïda: dix ans après Oussama Ben Laden

L’organisation terroriste qui a changé la trajectoire de la politique mondiale grâce à son attaque spectaculaire du 11 septembre 2001 a survécu, mais juste.
Une décennie s’est écoulée depuis que le fondateur d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, a été tué lors d’un raid américain à Abbotabad, au Pakistan. Au printemps 2011, avec le charismatique Ben Laden disparu et les ambitions d’Al-Qaïda pour un bouleversement régional apparemment devancées par des révoltes généralisées à travers le Moyen-Orient, les prédictions optimistes abondaient selon lesquelles Al-Qaïda risquait de perdre.

Les pessimistes, en revanche, ont sombrement averti qu’Al-Qaïda détournerait les révoltes et remplacerait les dictatures arabes par son propre émirat radical. Aucune de ces prédictions ne s’est produite: bien qu’Al-Qaïda ait certainement tenté d’infiltrer divers conflits à travers le monde, leur incapacité à influer sur le contrôle direct et l’émergence de concurrents leur a laissé peu de prix matériels.

Né comme un réseau diffus de militants, le groupe terroriste Al-Qaïda a longtemps été contraint de s’attacher à de plus grandes organisations islamistes et de les infiltrer ou de les influencer; ils ont tristement profité de l’hospitalité de l’émirat afghan des talibans avant 2001 et ont fortement influencé la frange la plus radicale de l’Union des tribunaux islamiques somaliens pour se séparer et former Shabaab à la fin des années 2000.

Avec la propagation de la guerre contre le terrorisme en Irak, au Yémen et au Pakistan, dans les années 2010, Al-Qaïda avait établi plusieurs affiliés dans des zones clés du monde musulman, qu’il est possible de classer en cinq points chauds.

Afghanistan-Pakistan: un quartier général sous le feu

Lors de l’invasion de l’Afghanistan en 2001, Al-Qaïda s’est échappé dans ce qui était alors le Pakhtun en grande partie autonome au nord-ouest du Pakistan, les soi-disant agences tribales administrées par le gouvernement fédéral, où des balayages à grande échelle par l’armée pakistanaise ont provoqué une insurrection généralisée parmi les clans de la région par la fin de la décennie. En 2010, Al-Qaïda avait non seulement établi des liens avec les clans rebelles, mais aussi avec des milices sectaires de longue date et même au sein de certaines parties des factions « moudjahidines » autrefois patronnées par l’État pakistanais, mais de plus en plus en colère contre lui.

L’externalisation tacite par le gouvernement de la contre-insurrection aux frappes de drones américains, qui ont dévasté la frontière, a exacerbé le problème mais a également entraîné la mort de plusieurs grands dirigeants d’Al-Qaïda: moins d’un an après la mort de Ben Laden, ses assistants libyens Attiatullah Abdelrahman et le commandant militaire Hassan Qaid . Les commandants insurgés pakistanais – Qari Waliur-Rahman , Jamshaid Hakeemullah , Fazlullah Hayat , Ilyas Kashmiri, et d’autres – seraient également un par un la proie des frappes aériennes de chaque côté de la frontière afghano-pakistanaise. Dans ces circonstances, le successeur de Ben Laden, Ayman Zawahiri, a laissé tomber les conséquences de la guerre.

L’année 2014 a été une année charnière à plusieurs égards. Alors que l’armée pakistanaise a lancé un assaut majeur qui a arraché le contrôle des agences, l’insurrection pakistanaise s’est également fragmentée. De nombreux commandants, dirigés par le commandant Orakzai Saeed Khan , ont fait défection vers la nouvelle organisation Daech. S’efforçant de réaffirmer la pertinence d’Al-Qaïda, Zawahiri a annoncé la création d’une franchise sous – continentale d’Al-Qaïda . Cependant, sa portée était limitée et, en 2019, ses principaux dirigeants, le transfuge cachemirien Zakir Musa et l’idéologue pakistanais Sanaul-Haq Umar , ont été tués.

Pourtant, l’arrivée de Daech a également renforcé, au moins en public, la solidarité entre Al-Qaïda et l’insurrection des talibans afghans, tous deux directement contestés par Daech. La rhétorique d’Al-Qaïda et les prouesses des talibans sur le champ de bataille se sont opposées à la franchise régionale de Daech, dont les dirigeants ont également été la proie des frappes aériennes américaines et qui chancelait à la fin de la décennie. Par conséquent, l’insurrection réussie des talibans en Afghanistan a une valeur potentielle majeure pour Zawahiri.

Les dirigeants talibans n’ont pas rompu leurs liens avec Al-Qaïda mais ont également promis d’interdire les attaques hors de leur territoire; Reste à savoir si leur influence accrue sur Al-Qaïda se traduit par une censure plus efficace qu’en 2001.

Irak-Syrie: un sol non fertile dans le Croissant fertile

En 2011, l’aile irakienne d’Al-Qaïda était devenue la principale faction de l’insurrection irakienne. Mais elle s’essoufflait aussi, en particulier après l’assassinat américain de ses dirigeants en avril 2010. Alors que son dernier émir Ibrahim Badri se laissait aller pour reconstruire l’organisation, un lieutenant syrien, Ahmad Sharaa, a établi un front d’Al-Qaïda au sein de la insurrection syrienne récemment formée. Ambitieuse et rusée, Sharaa aurait un impact majeur sur la fortune d’Al-Qaïda.

Le Front Nusra que Sharaa a fondé s’est distingué sur le champ de bataille syrien; au milieu des années 2010, ils avaient établi un partenariat précieux avec Ahrarul Sham et étaient même en train de sonder le Liban. Pourtant, cela a provoqué une rupture coûteuse entre les ailes syrienne et irakienne, dans laquelle Zawahiri a refusé de mettre Sharaa sous le contrôle de Badri. Un Badri indigné a fait sécession de l’aile irakienne d’Al-Qaïda dans ce qui est devenu connu sous le nom de Daech, et dans une campagne éclair, a conquis la frontière irako-syrienne pour s’annoncer calife à Mossoul.

Non seulement Al-Qaïda avait perdu sa tristement célèbre franchise irakienne, mais cette franchise l’avait surenchéri en revendiquant directement le califat.

Les malheurs de Zawahiri ont été aggravés lorsque Nusra, sous la pression d’autres factions syriennes et ciblée à la fois par la Russie et les États-Unis, a rompu avec Al-Qaïda. Initialement rejetée par de nombreux observateurs comme un lifting, la rupture était suffisamment réelle pour qu’un groupe de loyalistes d’ Al-Qaïda , dirigé par le commandant militaire Samir Farouq, se soit séparé de Sharaa. À ce stade, cependant, le rusé Sharaa avait saisi Idlib d’Ahrarul-Sham et avait une base solide. Avec la rupture de deux émirs régionaux, Al-Qaïda n’avait pas grand-chose à célébrer dans une région où il avait suscité de grandes attentes.

Libya-Masr: les limites de la camaraderie

Si le Croissant Fertile s’est avéré stérile pour Al-Qaïda, l’Afrique du Nord-Est s’est avérée encore plus décevante. Une grande partie de la génération fondatrice d’Al-Qaïda s’était fait les dents dans l’opposition salafiste des années 90; Zawahiri avait été un chef du groupe Gihad qui s’opposait à la dictature de Hosni Moubarak, tandis que des commandants libyens d’Al-Qaïda comme Attiatullah et Qaid ont commencé leur carrière dans l’ insurrection de Muqatila contre Mouammar Kadhafi.

La chute des deux dictateurs – Kadhafi à une révolte soutenue par l’OTAN dans laquelle Muqatila a joué un rôle important, et Moubarak à un soulèvement non violent – en 2011 a certainement offert à Al-Qaïda une opportunité.

Attiatullah a déclaré avoir tenté de coopter Muqatila sous la bannière d’Al-Qaïda , mais s’est heurté à un refus. L’une des raisons était que Muqatila n’était pas disposé à mettre en péril le soutien international, qui comprenait les puissances occidentales, dans la campagne contre Kadhafi. Plusieurs dirigeants de Mouqatila ont occupé des postes politiques ou militaires clés après la chute de Kadhafi, que les ambitions insurrectionnelles d’Al-Qaïda ont encore menacé de saper. Le résultat a été que, même si ses anciens contacts jouissaient d’une influence majeure dans la Libye post-dictatoriale, Al-Qaïda n’a pas été en mesure d’obtenir une visite.

Le seul affilié qu’Al-Qaïda a réussi à créer dans la région était un front modeste dans l’insurrection du Sinaï, fondé par un transfuge de l’armée masri appelé Hesham Ashmawy , bien qu’il ait été éclipsé par les franchises régionales de Daech en Libye et dans le Sinaï. Ashmawy lui-même a déménagé dans la ville de Darna, dans l’est de la Libye, alors détenu par un groupe très fragmenté d’islamistes, et a été capturé pour exécution lorsqu’il est tombé dans une attaque de l’armée arabe soutenue par Khalifa Haftar au Caire en 2018.

Algérie / Mali: Agitation sur le front occidental.

L’Afrique du Nord-Ouest, en revanche, a semblé une période alléchante pour doter Al-Qaïda d’un émirat local. Al-Qaïda avait dans les années 2000 coopté un groupe militant salafiste algérien, la Prédication et le Combat dirigé par Abdelouadoud Droukdal, pour servir de front dans la région.

En 2010, ce front – dirigé par des commandants comme Khaled Belmokhtar – avait établi des liens solides dans le désert du Sahara, en particulier dans le nord du Mali dont la population touareg avait une histoire troublée avec le gouvernement. La chute de la dictature libyenne s’est accompagnée d’un afflux massif d’armes et d’armes dans le Sahara, sur lequel les rebelles touareg ont capitalisé pour s’emparer de la majeure partie du nord malien et ont trouvé le régime politique de courte durée de l’ Azawad à l’été 2012.

Les commandants d’Al-Qaïda Abdelhamid Ghadir, Nabil Mekhloufi et Yahia Okacha ont participé à la révolte, alliés à un aventurier islamiste de la noblesse touareg appelé Iyad ag-Ghali . Ils ont rapidement déplacé des rivaux touareg plus indisciplinés et ont pris le contrôle des montagnes de Kidal et de la ville historique de Tombouctou, marquant le premier régime territorial d’Al-Qaïda au Sahara.

Pourtant, cela a à son tour provoqué une campagne d’envergure en 2013, menée par la puissance coloniale, la France, liée au Tchad, qui a reconquis la majeure partie du nord. La fragile coalition rebelle s’est fragmentée, une petite partie a finalement fait défection vers Daech. Les efforts acharnés d’Al-Qaïda pour reconstruire la coalition ont été entravés par l’élimination de ses dirigeants, dont Droukdal lui-même, dans une embuscade française en 2020.

Le Sahara présente à Al-Qaïda une énigme en ce sens que les territoires non gouvernés et les mouvements dissidents ne manquent pas. Mais former et maintenir la coordination entre ces dissidents hautement autonomes est un processus terriblement délicat, qui prend des années de négociations délicates à maintenir mais qui se perd facilement.

Somalie / Yémen: pics et creux le long de la mer Rouge

Au début des années 2010, les rives jumelles de la mer Rouge constituaient une région aussi prometteuse que n’importe quelle autre pour Al-Qaïda. L’émirat de Shabaab contrôlait le sud de la Somalie et contestait même la capitale Mogadiscio. Pendant ce temps, les malheurs du régime yéménite chancelant ont permis à la franchise d’Al-Qaïda, aidée par des clans qui avaient été contrariés par les frappes aériennes américaines, de s’emparer de Zinjibar et de Mukalla dans le sud profond du Yémen.

Pourtant, le moment est passé. Les deux Zinjibar et Mukalla ont été perdus dans l’année de leur capture, alors que la conquête de Sanaa par le Houthis a incité un grand nombre des membres du clan qui avait rejoint Al – Qaïda pour passer leurs services à la campagne menée par du Golfe plus contre les Houthis.

L’émir d’Al-Qaïda Nasir Wuhaishi et son successeur Qasim Raimi ont été repoussés par les frappes aériennes américaines, laissant Khalid Batarfi aux commandes d’un front en difficulté.

Pendant ce temps, une campagne de l’Union africaine au début des années 2010 a aidé le gouvernement somalien à récupérer beaucoup de terrain, y compris Mogadiscio et Kismayo , sur Shabaab. Les pertes de l’émirat se sont accompagnées d’une féroce purge interne de son émir autocratique Mukhtar Goodane, lui-même tué en 2014. Des défections de haut niveau ont accompagné le déclin de Shabaab, notamment le rival de Goodane, Mukhtar Robow en 2017.

De manière inattendue, cependant, Shabaab a récupéré sous le successeur de Goodane, Ahmed Omar. Le groupe détient toujours une tranche de territoire autour de Jilib, tout en lançant des attaques dévastatrices contre la capitale. Cela peut s’expliquer en partie par les faux pas d’un gouvernement fragmenté – qui, par exemple, a bizarrement nommé l’ancien maître-espion du Shabaab Zakaria Hersi en tant que maître-espion même en interdisant d’autres transfuges comme Robow – mais cela témoigne également de la résilience de Shabaab. En dépit de l’autonomie pratique de Shabaab, cela devrait venir comme un soulagement à un Al-Qaïda qui a besoin d’amis avec des avantages.

Vivant, mais flétrissant

Au cours de la dernière décennie, Al-Qaïda a été confronté à des déceptions majeures, en particulier l’éclatement de leurs fronts dans le Croissant fertile et le défi lancé par le «califat» de Daech, qui a braconné des milliers d’adeptes. Tout aussi décevant a été leur performance en Afrique du Nord-Est après la chute de leurs anciens ennemis Moubarak et Kadhafi. Les fronts prometteurs le long de la mer Rouge et du Sahara ont été nettement réduits, tandis que l’influence d’Al-Qaïda auprès du mouvement taliban a diminué.

Ayman Zawahiri peut être réconforté par le fait que son organisation terroriste a survécu. Mais le schéma dominant des années 2010 était la perte de son contrôle sur les fronts d’Al-Qaïda, qui, à des fins pratiques, jouissaient d’une autonomie dont la loyauté n’est en aucun cas garantie.

TRT World, 03 mai 2021

Etiquettes : Al Qaïda, Oussama Ben Laden, terrorisme, Daech,