Le leader palestinien reporte les élections législatives et présidentielles, rejetant la faute sur Israël

Le président palestinien Mahmoud Abbas a reporté vendredi les élections prévues en raison d’un différend sur le vote à Jérusalem-Est annexée par Israël et de divisions au sein de son parti, le Fatah.

M. Abbas, 85 ans, a publié un décret présidentiel reportant les élections législatives du 22 mai et les élections présidentielles du 31 juillet, a indiqué l’agence de presse officielle WAFA.

Il a accusé Israël d’être responsable de l’incertitude quant à l’autorisation des élections à Jérusalem-Est ainsi qu’en Cisjordanie et à Gaza occupées.

« Face à cette situation difficile, nous avons décidé de reporter », a déclaré Abbas tôt vendredi après un discours passionné dans lequel il a déclaré : « Notre peuple est excité par les élections. Il y a de l’enthousiasme… mais qu’en est-il de Jérusalem ? Où est Jérusalem ? »

Il a déclaré que les élections seraient reportées « jusqu’à ce que la participation de notre peuple à Jérusalem soit garantie. »

Mais de nombreux Palestiniens ont considéré la question de Jérusalem comme une excuse pour éviter des élections que le Fatah pourrait bien perdre face à ses rivaux islamistes du Hamas, comme ce fut le cas lors du dernier scrutin parlementaire en 2006.

Le report a suscité des critiques immédiates de la part des opposants et des électeurs potentiels – aucun Palestinien de moins de 34 ans n’a pris part à des élections nationales.

Il est également intervenu le jour où la campagne devait commencer – les préparatifs étaient déjà bien avancés, avec des milliers de nouveaux électeurs et trois douzaines de listes de partis enregistrées.

« En tant que jeune citoyen palestinien, je demande la tenue d’élections, et je veux avoir le droit d’élire pour voir de nouveaux visages, des visages jeunes, et voir de nouvelles positions politiques », a déclaré Wael Deys, d’Hébron.

Mais la situation a changé depuis qu’Abbas a convoqué les élections en janvier.

Lui et ses alliés ont été affaiblis par de jeunes challengers au sein de son propre parti. En mars, Marwan Barghouti, leader du Fatah emprisonné, et Nasser Al-Qudwa, neveu de Yasser Arafat, fondateur défunt du parti, ont annoncé la création d’une liste de candidats rivaux qui se présenteront contre la liste d’Abbas.

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a exhorté M. Abbas à défier Israël et à poursuivre le scrutin.

« Au Hamas, nous ne voulons pas transformer la situation en une lutte palestinienne interne. Nous voulons que le langage du dialogue, de la communication et du dialogue prévale entre tous les Palestiniens », a déclaré Haniyeh.

Le Hamas, qui est considéré comme une organisation terroriste par Israël et les États-Unis, contrôle Gaza depuis peu après les dernières élections, qui ont déclenché une guerre civile.

DÉMISSIONNÉ, RÉINTÉGRÉ

Beaucoup ont vu dans le calendrier des élections la tentative d’Abbas de réinitialiser les relations avec Washington après le nadir de l’ère Trump, et une réponse attendue depuis longtemps aux critiques sur la légitimité d’Abbas. Il a été élu en 2005 et a gouverné par décret pendant plus d’une décennie depuis l’expiration de son mandat.

Depuis des semaines, il avait fait allusion à ce retard en affirmant qu’Israël n’avait pas accepté d’autoriser les Palestiniens de Jérusalem-Est à voter dans la ville.

Un porte-parole du bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré en début de semaine qu’il n’y avait pas eu d’annonce officielle de la part d’Israël sur l’autorisation du vote des Palestiniens à Jérusalem – comme cela avait été le cas lors des dernières élections en 2006 – et des responsables israéliens ont déclaré jeudi qu’il n’y avait pas eu de changement. lire la suite

Après le report, le Premier ministre Mohammad Shtayyeh a déclaré qu’il avait décidé de réintégrer les fonctionnaires qui avaient démissionné de leur poste afin de se présenter aux élections.

Mais ces mesures ne sont pas de nature à endiguer les critiques.

« Le report des élections législatives est illégal. Il a été décidé par un président qui a perdu sa légitimité depuis une décennie », a déclaré Mohammad Dahlan, ancien ministre palestinien de la sécurité et critique d’Abbas.

Le responsable de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a qualifié la décision de « profondément décevante » et a déclaré qu’une nouvelle date d’élection « devrait être fixée sans délai ».

« Ce retard causera une grande déception parmi les Palestiniens, dont la plupart (espéraient) qu’il était temps de mettre fin aux divisions et d’apporter un changement », a déclaré Talal Okal, analyste de Gaza. Selon les analystes, le conflit israélo-palestinien ne figurant pas parmi les priorités de M. Biden, Washington préfère éviter des élections qui pourraient renforcer le Hamas et provoquer la colère d’Israël, alors que les responsables américains poursuivent les négociations nucléaires avec l’Iran.

Avant le report, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré : « L’exercice d’élections démocratiques est une question que le peuple palestinien et les dirigeants palestiniens doivent déterminer. »

Reuters, 30 avr 2021

Etiquettes : Palestine, Israël, Gaza, Hamas, Cisjordanie, Jérusalem-Est, Fatah, élections,