Marine Le Pen – troisième fois à l’élection présidentielle française

Un an avant l’élection présidentielle française, avec un soutien déclinant au président Emmanuel Macron, les sondages suggèrent qu’il pourrait à nouveau affronter la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen au deuxième tour, qui pourrait l’emporter cette fois, même si un électorat majoritairement conservateur de droite peut s’attendre à une lutte féroce, affirment les médias internationaux.

Un remake des élections passées

La France sera entre deux tours de l’élection présidentielle à la même époque l’année prochaine, mais la course à l’Elysée ressemble déjà à une bataille entre le fané Emanuel Macron et le leader d’extrême droite Marin Le Pen, écrit The Observer, la sœur du hebdomadaire The Guardian).

Les sondages d’opinion montrent qu’au premier tour de scrutin, il y aura à nouveau un éventail coloré de candidats de tout l’éventail politique, tandis que le second tour sera une sorte de reprise des élections tenues en 2017 – avec Macron et Le Pen. Mais certains analystes estiment qu’à la différence des élections précédentes, Le Pen a désormais de meilleures chances de gagner.

Au milieu de la crise sanitaire, que Macron a qualifiée de «guerre», les conseillers du président estiment que ce serait un désastre pour lui de mentionner les élections de l’année prochaine, et encore moins d’annoncer qu’il se présenterait pour un second mandat. Le Pen a été moins contrainte d’annoncer sa troisième candidature à la présidence, souligne le journal, mettant en exergue qu’à la mi-avril, elle a annoncé que son parti, l’Rassemblement Nationale (RN; ancien Front national), avait installé son siège électoral à Paris, au 16e arrondissement et d’avoir un soutien important dans le sud de la France.

Interrogé sur la possibilité pour Le Pen de gagner, Silvain Crépon, politologue spécialisé dans l’extrême droite à l’Université de Tours, a déclaré que la victoire était « possible mais pas probable ».

« Il y a six ans, nous pouvions être presque certains que Marin Le Pen ne gagnerait pas les élections. Cela a changé. Elle a de meilleures chances que la dernière fois », a-t-il déclaré, soulignant qu’une élection générale suivra et que lE Rassemblment Nationale en a peu de représentants locaux ou régionaux, peu de représentants élus au parlement, très peu de financement et peu d’électeurs.

La popularité de Macron, souligne l’Observateur, est actuellement d’environ 37% – faible mais toujours nettement supérieure à celle de ses deux prédécesseurs en même temps – 29% pour Nicolas Sarkozy et 17% pour François Hollande – bien qu’il se soit avéré qu’ils étaient tous les deux présidents en un terme.

Difficultés en temps de crise sanitaire

Un sondage réalisé par l’institut de recherche de l’IFOP a montré que la dirigeante d’extrême droite française Marin Le Pen augmente ses chances de remporter le premier tour de l’élection présidentielle de l’année prochaine tout en perdant face à Macron au deuxième tour, écrit Bloomberg.

Un sondage réalisé début avril a montré que Macron obtiendrait 23 à 28% des voix au premier tour, contre 25 à 27% pour Le Pen, ce qui signifie qu’il serait à la première place en un seul scénario possible, et Le Pen en six des 10.

Un précédent sondage en octobre de l’année dernière a montré que Macron gagnerait dans la plupart des cas, souligne Bloomberg, expliquant que lors des élections à la présidence de la France, un large éventail de candidats a été réduit aux deux dernières places au second tour.

Les résultats du sondage, selon l’IFOP, reflètent «la forte dynamique de Le Pen, ainsi que les difficultés du président Macron dans le contexte de la crise sanitaire». Federic Dabi (Frédéric), directeur général adjoint de l’IFOP, déclare que « jamais auparavant, avec seulement un an avant le vote, le candidat à l’Assemblée nationale n’avait eu de telles évaluations ».

Macron a du mal à satisfaire les électeurs alors que le pays fait face à une nouvelle épidémie de COVID-19, portant le nombre de morts de l’épidémie à 100000. Après des semaines de retards, ajoute Bloomberg, Macron a ordonné des mesures de fermeture dans tout le pays depuis le 3 avril. Dans le même temps, sa note a chuté d’un point à 33%, selon le sondage Elabe, qui indique que 63% des personnes interrogées ne font pas confiance à Macron, soit trois points de plus que dans l’enquête précédente.

‘Troisième bonheur’

Juste un an avant que les Français se rendent aux urnes pour élire un nouveau président, ceux qui espèrent remplacer Macron sortent de l’ombre, a rapporté Euronews, soulignant que bien que Macron n’ait pas officiellement rejoint la course, beaucoup attendent sa candidature.

Macron, 43 ans, est arrivé au pouvoir en 2017 en créant son propre parti – la République en mouvement (La République en marche) – et en promettant de remodeler la politique française. Jusqu’à présent, son mandat a été façonné par des problèmes internes, notamment des mois de manifestations de rue des «gilets jaunes», des réformes planifiées des retraites et la façon dont son gouvernement gère la pandémie. Selon les sondages, seuls 35% des Français déclarent soutenir les décisions du gouvernement dans la lutte contre le COVID-19.

Si le premier tour de l’élection présidentielle avait lieu maintenant, il serait remporté par Marin Le Pen – qui espère avoir une troisième chance cette fois, après s’être présenté aux dernières élections ainsi qu’à celles de 2012. questions culturelles telles que la laïcité, séparatisme et migration et omettent l’économie, que beaucoup considèrent comme l’un de ses points les plus faibles.

Xavier Bertrand est le seul autre candidat de droite crédible à annoncer sa candidature, souligne Euronews. Il appartenait autrefois au principal parti républicain de droite (Les Républicains, LR), mais l’a quitté après les élections de 2017, critiquant la direction pour ne pas avoir explicitement soutenu Macron au deuxième tour contre Le Pen. Bien que, selon les estimations, il serait à la troisième place au premier tour, il pourrait battre Le Pen au deuxième tour.

Un homme politique populiste de gauche, Jean-Luc Mélenchon du parti LFI, a également annoncé sa candidature pour l’année prochaine. Lors de la dernière élection présidentielle, il occupait la quatrième place avec 19,5% des voix. Au cours des quatre dernières années, le parti LFI a envoyé des législateurs aux parlements nationaux et européens, mais a eu un effet plutôt faible lors des élections locales de l’année dernière, a rapporté Euronews.

Ambitions éparses de la droite

Lorsque les sondages d’opinion montrent que les deux tiers des électeurs français sont conservateurs, comme c’est le cas actuellement, les dirigeants du mouvement de centre-droit du pays devraient se réjouir de la prochaine élection présidentielle. Au lieu de cela, souligne le Financial Times (The Financial Times), les personnes affiliées au Parti républicain (LR) sont confrontées à la possibilité de luttes fratricides de la part de politiciens ambitieux où tout le monde se bat pour être candidat à la présidentielle 2022.

Outre Bertrand, qui a déjà annoncé sa candidature, les politiciens de centre-droit envisageant une candidature présidentielle au milieu de la pandémie COVID-19 incluent Valérie Pécresse, chef de file de la région Ile-de-France près de Paris; et Michel Barnier, ancien négociateur de l’Union européenne pour le Brexit et ancien ministre français.

Selon le journal londonien, LR est la dernière incarnation de la droite républicaine française autrefois puissante – lorsque les présidents Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy étaient au pouvoir. Le parti maintient une forte présence au sein du gouvernement local et du Sénat et devrait bien réussir aux élections régionales de juin. Cependant, elle a mal fait aux élections nationales qui ont porté Macron au pouvoir en 2017, et aux élections européennes de 2019, elle a remporté moins de 9% des voix françaises.

Dominique Reynie du groupe de réflexion Fondapol estime qu’un candidat comme Bertrand a une chance de se qualifier pour le second tour et de battre Le Pen, à condition que le mouvement de centre droit s’unisse. Bertan a fermement placé son drapeau sur le territoire populiste pour tenter d’aveugler Macron et Le Pen, promettant la «réindustrialisation» de la France, la fin du «centralisme parisien», les quotas d’immigration, le rétablissement de l’ordre public et l’écrasement des islamistes.

D’autre part, Barnier met davantage l’accent sur la sauvegarde du pays de la crise économique causée par le virus corona. Dans une déclaration au Financial Times, il a déploré la « dispersion des ambitions » au centre-droit, mais a souligné que le mouvement cultive moins de différences idéologiques que la gauche. Le choix de Le Pen et de son parti d’extrême droite, a-t-il prévenu, est une réelle possibilité pour la première fois. « Si la droite républicaine n’est pas ferme, elle continuera de s’effondrer et c’est la meilleure chance pour Marin Le Pen. »

Possibilité de ‘Frexit’

La France pourrait quitter l’UE si Macron tire les leçons du Brexit « trop ​​tard », a averti Michel Barnier, qui tente de prendre un rôle de premier plan dans la droite française, écrit The Times, soulignant que le commentaire intervient à un moment où il se trouve à la tête des sondages dans l’opinion publique avant les élections de l’année prochaine.

Barnier, qui a quitté son rôle de négociateur en chef de l’Europe pour le Brexit le mois dernier, prévient que l’UE et la France ne devraient pas être complaisantes au milieu des «troubles sociaux».

« Nous pouvons trouver, non seulement au Royaume-Uni, mais aussi en France, dans les régions du nord et de l’est, des citoyens qui veulent quitter l’UE », a déclaré Barnier, soulignant que beaucoup se plaignent que l’UE n’a pas répondu aux souhaits légitimes de citoyens et qu ‘«il y a des troubles sociaux».

Après le Brexit, souligne le journal, de nombreux membres de l’Union européenne ont rejeté la menace de l’euroscepticisme populaire, en particulier après que l’Assemblée nationale d’extrême droite (RN) Marin Le Pen a adouci sa rhétorique explicitement anti-UE, ou «  Frexit  ».

Mais les récents sondages d’opinion ont donné à Le Pen des avantages évidents par rapport à Macron, alors que la France se prépare à ce que le Times souligne comme des élections présidentielles difficiles en avril de l’année prochaine.

Radio Slobodna Europa, 19 avr 2021

Etiquettes : France, éléctions présidentielles, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, droite, extrême droite, sondages,