Rapport de l’ONU : De nombreuses femmes dans les pays pauvres ne peuvent pas dire « Pas de sexe ».

Par EDITH M. LEDERER Associated Press

NATIONS UNIES – Moins de la moitié des femmes de 57 pays en développement n’ont pas le droit de dire « non » aux relations sexuelles avec leur partenaire, de décider d’utiliser des moyens de contraception ou de demander des soins de santé, selon un rapport des Nations Unies publié mercredi.

Le rapport du Fonds des Nations unies pour la population précise que les données ne couvrent qu’environ un quart des pays du monde, dont plus de la moitié en Afrique. Mais les résultats « dressent un tableau alarmant de l’état de l’autonomie corporelle de millions de femmes et de filles » qui n’ont pas le pouvoir de faire des choix concernant leur corps et leur avenir sans crainte ni violence, indique le rapport.

Selon le Fonds, 55 % seulement des filles et des femmes de ces 57 pays sont en mesure de décider d’avoir ou non des relations sexuelles, d’utiliser ou non des moyens de contraception et de choisir le moment où elles souhaitent bénéficier de soins de santé tels que des services de santé sexuelle et génésique.

« Le déni de l’autonomie corporelle est une violation des droits humains fondamentaux des femmes et des filles qui renforce les inégalités et perpétue la violence découlant de la discrimination de genre », a déclaré la directrice exécutive du fonds, le Dr Natalia Kanem. « Le fait que près de la moitié des femmes ne puissent toujours pas décider elles-mêmes d’avoir ou non des relations sexuelles, d’utiliser des moyens de contraception ou de se faire soigner devrait tous nous indigner. »

Selon le rapport intitulé « Mon corps m’appartient », les pourcentages varient selon les régions.

Alors que 76 % des adolescentes et des femmes d’Asie de l’Est et du Sud-Est et d’Amérique latine et des Caraïbes peuvent prendre des décisions concernant les rapports sexuels, la contraception et les soins de santé, moins de 50 % le peuvent en Afrique subsaharienne et en Asie centrale et du Sud, indique le rapport.

Il existe également des différences au sein des régions. Citant un exemple, le rapport indique que dans trois pays d’Afrique subsaharienne – le Mali, le Niger et le Sénégal – moins de 10 % des adolescentes et des femmes contrôlent ces trois décisions.

Les différences régionales entre les pays sur ces trois décisions sont moins prononcées ailleurs mais varient encore beaucoup, allant de 33% à 77% en Asie centrale et du Sud, de 40% à 81% en Asie de l’Est et du Sud-Est, et de 59% à 87% en Amérique latine et dans les Caraïbes, selon le rapport.

Le fonds, qui s’appelle désormais l’agence des Nations unies pour la santé sexuelle et reproductive, a également cité des incohérences au sein des pays.

Au Mali, par exemple, 77 % des femmes prennent des décisions indépendantes ou conjointes en matière de contraception, mais seules 22 % d’entre elles sont en mesure de faire de même en matière de soins de santé, indique le rapport. En Éthiopie, seules 53 % des femmes peuvent dire « non » aux relations sexuelles, alors que 94 % d’entre elles peuvent prendre des décisions indépendantes ou conjointes en matière de contraception.

Le Kanem a déclaré dans l’avant-propos du rapport que de nombreuses femmes se voient également refuser le droit de choisir la personne qu’elles épousent, ou le bon moment pour avoir un enfant « en raison de leur race, de leur sexe, de leur orientation sexuelle, de leur âge ou de leurs capacités ».

« Les progrès réels et durables dépendent en grande partie du déracinement de l’inégalité entre les sexes et de toutes les formes de discrimination, et de la transformation des structures sociales et économiques qui les maintiennent », a-t-elle déclaré. « En cela, les hommes doivent devenir des alliés ».

Star Tribune 14 avr 2021

Etiquettes : Femmes, contraception, sexe, planification familiale,