Le « contre-terrorisme des Etats-Unis en Afrique a échoué. Quelle est l’alternative?

Le 10 mars, les États-Unis ont officiellement désigné le groupe d’insurgés du nord du Mozambique comme une organisation terroriste étrangère. Bien que le groupe soit localement désigné sous le nom d’al-Shabaab (qui signifie « les jeunes », sans aucun rapport avec l’organisation portant ce nom en Somalie), le département d’État américain l’appelle ISIS-Mozambique.

Cette désignation reflète les fondements idéologiques de la politique antiterroriste américaine en Afrique, à savoir que le fatras de groupes extrémistes sans lien ou vaguement affiliés opérant sur le terrain fonctionnent tous comme des avant-postes d’un ennemi terroriste mondial qui menace les États-Unis.

Les États-Unis et d’autres puissances occidentales s’apprêtent à fournir un nouveau soutien militaire aux forces gouvernementales mozambicaines dans ce conflit. Bien que l’implication internationale soit encore limitée, le fait de présenter le conflit comme une bataille contre ISIS ouvre la porte à une nouvelle escalade militaire – sans garantir la protection des civils ni aucun effort pour s’attaquer aux racines du conflit.

Ce serait une erreur fondamentale. Il suffit de regarder d’autres conflits récents dans des pays africains, où les forces militaires locales aidées par des puissances extérieures ont intensifié la violence au lieu de l’atténuer. Les cas les plus connus sont la Somalie et le Nigeria. Moins connus dans le monde anglophone sont les conflits au Mali, au Burkina Faso et au Niger, où les forces françaises et américaines ont été profondément engagées.

Une critique émergente

La critique de la stratégie antiterroriste à l’origine de ces guerres n’est pas nouvelle.

Nous faisons partie depuis longtemps des critiques qui affirment que les stratégies antiterroristes ont aggravé l’extrémisme violent (voir les commentaires de 2009 et 2020). Ce qui est nouveau en 2021, du moins pour le Sahel, c’est que le consensus dans les cercles politiques occidentaux d’élite se tourne vers une critique acerbe de la politique actuelle. Des publications récentes de Chatham House à Londres, du Center for Strategic and International Studies à Washington et de l’International Crisis Group à Bruxelles reflètent ce changement.

Les trois rapports s’accordent à dire que la politique occidentale de lutte contre le terrorisme au Sahel a échoué, étant à la fois sur-militarisée et inefficace. Tous suggèrent, dans un langage légèrement différent, que la politique doit être « rééquilibrée » ou « repensée » pour mettre l’accent sur la diplomatie et la bonne gouvernance. Cela inclut de « parler avec les terroristes ». Et si l’accent mis sur la gouvernance, parallèlement à l’action militaire, fait depuis longtemps partie de la rhétorique de la communauté internationale et des puissances engagées dans la région, le nouveau ton est clairement différent.

Le CSIS soutient que les puissances extérieures doivent revoir leurs hypothèses erronées sur les causes profondes de la violence au Sahel et recentrer leurs efforts sur la collaboration avec les partenaires locaux. Les objectifs devraient être d’établir une gouvernance réactive et responsable, une distribution plus équitable des ressources et un processus de paix plus inclusif qui implique les militants.

L’International Crisis Group insiste également sur l’amélioration de la gouvernance, la fourniture de services sociaux, les réformes fiscales et les discussions avec un éventail plus large de parties, y compris les populations locales et les militants. Chatham House dénonce les lacunes du paradigme dominant de la lutte contre le terrorisme, qui se concentre sur la notion de jihad mondial plutôt que sur les États corrompus et répressifs qui ne parviennent pas à fournir des services sociaux et la sécurité à leurs citoyens.

Les trois études concluent que le problème n’est pas l’absence d’autorité étatique, mais plutôt la présence d’États corrompus, répressifs et qui n’ont pas de comptes à rendre à la population. Cependant, il y a peu de preuves d’une volonté politique suffisante pour changer dans l’un ou l’autre des pays du Sahel.

Il ne semble pas non plus probable que les puissances occidentales modifient leurs politiques et leurs pratiques pour s’aligner sur la nouvelle rhétorique, du moins pas de sitôt. Les institutions investies dans les solutions militaires ont beaucoup plus d’influence que les groupes de réflexion politiques en raison de leur financement supérieur et de leur poids bureaucratique. Elles bénéficient également de l’acceptation générale de l’hypothèse selon laquelle la domination militaire des groupes d’insurgés doit précéder les efforts axés sur la gouvernance. Le dogme de la lutte contre le terrorisme, renforcé au niveau mondial, occulte l’attention portée aux réalités des gouvernements nationaux et des communautés locales, qui reste sporadique et incohérente.

La montée de l’extrémisme

En mars de cette année, le journaliste d’investigation Nick Turse, qui suit de près l’engagement militaire américain en Afrique depuis plus d’une décennie, a fait état de documents précédemment classifiés et d’un rapport du Pentagone montrant que les forces d’opérations spéciales américaines actives en Afrique depuis près de deux décennies ont largement échoué dans leur mission. En fait, l’activité extrémiste violente a augmenté, avec une hausse de 43 % pour la seule année 2020.

Plus troublant encore, le rapport du Centre d’études stratégiques du Pentagone pour l’Afrique a mis en évidence un schéma commun aux conflits du continent. « La poussée de la violence islamiste militante démontre la croissance constante des capacités des groupes dans chacun des théâtres respectifs au cours des dernières années », conclut le rapport. « Les niveaux de violence islamiste militante en Afrique continuent sur une pente ascendante abrupte ».

Existe-t-il une alternative ?

Le rapport de Chatham House indique qu’aujourd’hui, au Sahel, « le succès dépend avant tout de la volonté (bien plus que de la capacité) des dirigeants corrompus à se réformer et à renouveler leur contrat social avec les citoyens, en particulier dans les zones rurales. Les efforts internationaux échoueront tant que l’impunité prévaudra et que les armées locales pourront tuer des civils et renverser des gouvernements sans conséquence. »

Cette conclusion est incomplète. Les gouvernements africains portent en effet une grande part de responsabilité dans ces échecs. Elizabeth Shackelford a raison lorsqu’elle dit, dans un article précédent de Responsible Statecraft, que la solution au Mozambique « réside dans une gouvernance efficace, et il n’y a pas de raccourci pour y parvenir ». Cependant, c’est une erreur de faire porter la responsabilité de l’échec et de la recherche d’alternatives aux seuls gouvernements africains.

La corruption, la surmilitarisation et l’incapacité à financer les biens et services sociaux sont, dans leur grande majorité, le résultat de politiques mondiales définies par les États-Unis et d’autres puissances mondiales. L’impunité pour les abus contre les civils ne s’applique pas seulement aux gouvernements africains mais aussi aux puissances extérieures.

En outre, les facteurs locaux sont également décisifs pour ouvrir ou fermer les possibilités de rétablissement de la paix, comme le montre clairement la répartition inégale de la violence extrémiste entre les pays africains. Il n’existe pas de formule générale pour améliorer la gouvernance et réduire la violence. Toute proposition de changement doit tenir compte des détails de chaque cas plutôt que de se contenter de conseils généraux.

Au Mozambique, par exemple, les universitaires et les groupes de la société civile débattent activement des origines complexes de l’insurrection à Cabo Delgado. Parmi les facteurs pertinents figurent les divisions au sein de cette province, la marginalisation de la population locale par le gouvernement, les tactiques militaires répressives de l’État et l’impact des mines de rubis appartenant à des étrangers et des projets de gaz naturel à grande échelle.

La réponse militaire du gouvernement mozambicain a été à la fois inefficace et entachée de violations des droits de l’homme. En outre, malgré une réponse proactive au Covid-19, les investissements dans la plupart des services publics destinés aux zones rurales ont été paralysés par la corruption ainsi que par le manque de ressources. Ni la mauvaise gouvernance ni les échecs militaires ne peuvent être compris en dehors du contexte de la dette secrète de 2,2 milliards de dollars impliquant des fonctionnaires mozambicains, mais initiée par une compagnie maritime du Moyen-Orient et impliquant des banques suisses et russes.

Comme l’a souligné Human Rights Watch dans une récente déclaration, le Mozambique a à la fois le droit et le devoir de protéger les civils, et il a clairement besoin d’une aide extérieure pour y parvenir. Cependant, le danger est que le Mozambique devienne une nouvelle illustration du piège de l’intervention, dans lequel une militarisation menée de l’extérieur, accompagnée de l’impunité pour les abus et d’un engagement symbolique en faveur de la réponse humanitaire et de la sécurité humaine, renforce la violence extrémiste. Pour éviter ce résultat, le gouvernement mozambicain et ses partenaires étrangers doivent être tenus à des normes plus élevées de transparence et de responsabilité.

On ne peut faire confiance ni au gouvernement mozambicain ni aux forces extérieures qui fournissent une assistance militaire – qu’il s’agisse de mercenaires, de puissances occidentales ou de pays africains de la région – pour se surveiller eux-mêmes. En outre, malgré l’existence d’un important corpus de lois internationales sur les droits de l’homme et les conflits armés, il n’existe aucune agence multilatérale indépendante ayant le mandat ou la capacité de surveiller les conflits en cours.

La société civile et les médias mozambicains, ainsi que les groupes internationaux de défense des droits de l’homme, continueront de s’employer à dénoncer et à critiquer ces abus. Les critiques mozambicains et étrangers du gouvernement de Maputo sont également pratiquement unanimes pour réclamer davantage d’investissements dans les biens et services publics destinés à la population générale.

Au Mozambique, au Sahel et ailleurs, la responsabilité du contrôle des violations des droits de l’homme est une responsabilité mondiale et locale. Les pays qui en ont les moyens doivent également s’engager à financer ce que le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a appelé l’année dernière, lors de la conférence Nelson Mandela, « un nouveau contrat social pour une nouvelle ère ».

De tels changements risquent d’arriver au compte-gouttes, voire pas du tout. Même le Fonds monétaire international a averti qu’il était urgent d’augmenter les investissements dans les biens publics tels que l’éducation, la santé et un filet de sécurité sociale de base pour tous. Pourtant, l’alternative – maintenir le déséquilibre en faveur des réponses militaires – garantit presque certainement qu’il y aura un terrain fertile pour que l’extrémisme violent continue à se développer.

Foreign Policy in Focus, 15 avr 2021

Etiquettes : Etats-Unis, Afrique, Sahel, lutte antiterroriste, AFRICOM, Somalie, Shabab, ISIS, Mozambique, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Boko Haram,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image