L’organe politique le plus puissant de l’ONU reste paralysé face à une nouvelle guerre froide

Par Thalif Deen

NATIONS UNIES, 14 avr 2021 (IPS) – Une nouvelle guerre froide – cette fois, entre les Etats-Unis et la Chine – menace de paralyser l’organe le plus puissant de l’ONU, alors même que les conflits militaires et les guerres civiles balaient le monde, principalement en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique latine.

Les critiques de plus en plus nombreuses à l’encontre du Conseil de sécurité visent principalement son incapacité collective à résoudre les conflits et les crises politiques en cours dans plusieurs points chauds, notamment en Syrie, au Yémen, en Afghanistan, en Irak, au Myanmar, en Somalie, au Sud-Soudan, en Ukraine et en Libye, ainsi que son échec de longue date concernant la Palestine.

Les fortes divisions entre la Chine et la Russie, d’une part, et les puissances occidentales, d’autre part, devraient se poursuivre, ce qui soulève la question : Le Conseil de sécurité a-t-il dépassé son utilité ou a-t-il perdu sa crédibilité politique ?

Les cinq grandes puissances tendent de plus en plus leur bras protecteur autour de leurs alliés, malgré les accusations croissantes de crimes de guerre, de génocide et de violations des droits de l’homme portées contre ces pays.

La semaine dernière, Yasmine Ahmed, directrice pour le Royaume-Uni de Human Rights Watch, a appelé la Grande-Bretagne à « s’imposer comme porte-plume sur le Myanmar et à commencer à négocier un projet de résolution du Conseil de sécurité sur un embargo sur les armes et des sanctions ciblées contre l’armée ».
http://www.ipsnews.net/2021/02/china-russia-throw-protective-arms-around-myanmar/

Plus de 580 personnes, dont des enfants, ont été tuées depuis le coup d’État du 1er février : « il est temps que le Conseil de sécurité ne se contente pas de faire des déclarations et commence à travailler à une action de fond », a-t-elle averti.

Mais dans la plupart de ces conflits, y compris au Myanmar, les embargos sur les armes sont très peu probables car les principaux fournisseurs d’armes aux parties belligérantes sont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, à savoir les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie et la Chine.
http://www.ipsnews.net/2021/03/worlds-worst-humanitarian-disaster-triggered-deadly-weapons-us-uk/

Le président américain Joe Biden a décrit la nouvelle confrontation croissante comme une bataille entre démocraties et autocraties.

Dans un récent article analytique, le New York Times a déclaré que l’alignement le plus frappant de la Chine est avec la Russie, les deux pays se rapprochant après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Les deux pays ont également annoncé qu’ils allaient construire conjointement une station de recherche sur la lune, préparant le terrain pour concurrencer les programmes spatiaux américains.

« La menace d’une coalition dirigée par les États-Unis qui conteste les politiques autoritaires de la Chine n’a fait que renforcer l’ambition de Pékin d’être un leader mondial des nations qui s’opposent à Washington et à ses alliés », a déclaré le Times.

Ian Williams, président de l’Association de la presse étrangère basée à New York et auteur de « UNtold : The Real Story of the United Nations in Peace and War’, a déclaré à IPS que dans les premières années, avec une majorité sûre à l’Assemblée générale (AG), les Etats-Unis pouvaient prétendre à la vertu et éviter d’utiliser le veto. Les Soviétiques en difficulté y ont eu recours à maintes reprises.

« Mais, comme pour beaucoup d’éléments du droit international et des Nations unies, l’exception israélienne a permis aux États-Unis de rattraper le temps perdu. Maintenant, les Russes ont rattrapé leur retard avec des vetos pour la Serbie et la Syrie ».

La Chine, a-t-il souligné, évite d’utiliser le veto à moins que Taïwan ou le Tibet ne soient mentionnés. Autrefois, il y avait un soupçon d’élément idéologique – tiers-monde et socialisme contre impérialisme.

« Mais aujourd’hui, c’est entièrement transactionnel, les détenteurs du droit de veto s’occupant de leurs clients et alliés, et personne ne devrait se faire d’illusions sur le fait que la Chine et la Russie agissent de manière progressive et constructive. Mais les Etats-Unis ne sont pas en position de montrer du doigt la Syrie alors qu’ils protègent l’Arabie Saoudite et Israël ».

« Nous pouvons espérer que la majorité des membres s’indigneront suffisamment pour essayer de provoquer l’indignation. Mais malheureusement, l’expérience historique suggère que de nombreux gouvernements ont une tolérance presque illimitée pour les meurtres de masse dans des pays lointains dont ils ne savent pas grand-chose », a-t-il noté, notamment au Darfour, dans les Balkans, au Rwanda et maintenant au Myanmar.

La percée serait que les États-Unis disent « mettez fin à l’occupation » et invitent ensuite les autres pays à se joindre à eux pour réaffirmer la Charte.

« Mais comme je ne crois pas vraiment à la petite souris, je devrais me contenter d’une coalition des conscients de l’AG unis pour la paix – et pour l’ordre public international », a déclaré M. Williams, un analyste chevronné qui a écrit pour des journaux et des magazines du monde entier, notamment l’Australian, The Independent, le New York Observer, le Financial Times et le Guardian.

Interrogé sur les meurtres au Myanmar et sur l’inaction du Conseil de sécurité des Nations unies, le secrétaire général Antonio Guterres a déclaré aux journalistes le 29 mars : « Nous avons besoin de plus d’unité dans la communauté internationale. Nous avons besoin de plus d’engagement de la part de la communauté internationale pour faire pression afin de s’assurer que la situation s’inverse. Je suis très inquiet. Je vois, avec beaucoup d’inquiétude, le fait que, apparemment, beaucoup de ces tendances semblent irréversibles, mais l’espoir est la dernière chose à laquelle nous pouvons renoncer. »

Vijay Prashad, directeur exécutif de Tricontinental : Institute for Social Research, qui a beaucoup écrit sur la politique internationale, a déclaré à l’IPS que les Nations Unies sont une institution essentielle, un processus, à bien des égards, plutôt qu’une institution entièrement achevée.

Les agences de l’ONU – y compris l’OMS, l’UNICEF, le HCR, a-t-il dit, fournissent un service vital aux peuples du monde ; « et nous devons rendre ces institutions plus robustes, et nous devons nous assurer qu’elles conduisent un agenda public qui fait avancer les principaux objectifs de la Charte de l’ONU (à savoir maintenir la paix, mettre fin à la faim et à l’analphabétisme, fournir la base d’une vie riche, en somme) ».

Le Conseil de sécurité est victime des batailles politiques dans le monde, a-t-il fait valoir.

Il n’y a aucun moyen de construire un meilleur cadre pour gérer les grandes différences de pouvoir », a déclaré Prashad, auteur de 30 livres, dont le plus récent « Washington Bullets » (LeftWord, Monthly Review),

« Il serait de loin préférable de donner du pouvoir à l’Assemblée générale des Nations unies, qui est plus démocratique, mais depuis les années 1970, nous avons vu comment les États-Unis – en particulier – ont sapé l’AGNU pour confier la prise de décision presque exclusivement au CSNU ».

Depuis la chute de l’URSS, a-t-il ajouté, le Secrétaire général des Nations unies est devenu inféodé au gouvernement américain (« nous l’avons vu de manière choquante avec le traitement réservé à l’ancien Secrétaire général Boutros Boutros-Ghali »).

Le nouveau « Groupe d’amis pour la défense de la Charte des Nations unies », qui comprend la Chine et la Russie, est une évolution positive, a déclaré M. Prashad.

L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a déclaré aux journalistes le 31 mars : « Et puis, en ce qui concerne la collaboration avec mes homologues du Conseil de sécurité, je sais qu’il y a des domaines – et c’est une discussion que j’ai eue – avec mes collègues russes et chinois – nous savons qu’il y a des lignes rouges ».

« Il y a des domaines où nous avons de sérieuses préoccupations, et nous avons été ouverts et francs à propos de ces préoccupations. En Chine, ce qui se passe avec les Ouïghours, par exemple. Avec la Russie, en Syrie, et il y en a beaucoup d’autres. Nous savons quelles sont les lignes rouges », a-t-elle ajouté.

« Nous avons essayé de combler ces écarts, mais nous essayons aussi de trouver les domaines où nous avons un terrain d’entente. Nous avons été en mesure de trouver un terrain d’entente sur la Birmanie (Myanmar). Avec les Chinois, nous travaillons sur le changement climatique d’une manière, je pense, très positive. Nous ne sommes pas exactement au même endroit, mais c’est un domaine dans lequel nous pouvons avoir des conversations les uns avec les autres. »

« Donc, en tant que principale diplomate américaine à New York, il est de ma responsabilité de trouver un terrain d’entente afin que nous puissions atteindre des objectifs communs, mais pas de donner un laissez-passer à l’un ou l’autre pays lorsqu’ils enfreignent les valeurs des droits de l’homme ou poussent dans des directions que nous trouvons inacceptables », a-t-elle déclaré.

Entre-temps, pour revenir à une époque révolue, au plus fort de la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique dans les années 1960, les Nations unies étaient le champ de bataille idéologique où les Américains et les Soviétiques s’affrontaient, que ce soit dans la salle de l’Assemblée générale ou à la table en fer à cheval du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’une des guerres de mots les plus mémorables a peut-être eu lieu en octobre 1962, lorsque l’ambassadeur américain Adlai Stevenson (1961-1965), politiquement très engagé et deux fois candidat démocrate à la présidence des États-Unis, a défié l’envoyé soviétique Valerian Zorin au sujet d’allégations selon lesquelles l’URSS, peut-être sous le couvert de l’obscurité, avait déplacé des missiles nucléaires vers Cuba, à une distance annihilante des États-Unis.

S’exprimant lors d’une réunion tendue du Conseil de sécurité, Stevenson admonesta Zorin : « Je vous rappelle que vous n’avez pas nié l’existence de ces armes. Au contraire, nous avons entendu dire qu’elles étaient soudainement devenues des armes défensives. Mais aujourd’hui – encore une fois, si je vous ai bien entendu – vous dites maintenant qu’elles n’existent pas, ou que nous n’avons pas prouvé leur existence, avec un autre beau déluge de mépris rhétorique. »

« Très bien monsieur », dit Stevenson, « laissez-moi vous poser une question simple. Niez-vous, ambassadeur Zorin, que l’URSS a placé et place encore des missiles et des sites de portée moyenne et intermédiaire à Cuba ? » « Oui ou non ? N’attendez pas la traduction : Oui ou Non ? », insiste Stevenson sur un ton d’arrogance implicite.

S’exprimant en russe par l’intermédiaire d’un traducteur de l’ONU (qui a fidèlement traduit en anglais les sentiments de l’envoyé américain), Zorin a répliqué : « Je ne suis pas dans un tribunal américain, monsieur, et je ne souhaite donc pas répondre à une question qui m’est posée à la manière d’un procureur. En temps voulu, monsieur, vous aurez votre réponse. Ne vous inquiétez pas. »

Ne voulant pas se laisser distancer, Stevenson a hurlé en retour : « Vous êtes dans le tribunal de l’opinion mondiale en ce moment, et vous pouvez répondre oui ou non. Vous avez nié leur existence. Je veux savoir si … je vous ai bien compris. »

Lorsque Zorin a dit qu’il fournirait la réponse en « temps voulu », Stevenson a déclaré : « Je suis prêt à attendre ma réponse jusqu’à ce que l’enfer gèle. »

*Thalif Deen est l’auteur d’un nouveau livre sur les Nations Unies intitulé « No Comment – and Don’t Quote Me on That ». Ce livre de 220 pages est rempli de nombreuses anecdotes – des plus sérieuses aux plus hilarantes – et est disponible sur Amazon dans le monde entier et à la librairie Vijitha Yapa au Sri Lanka. Les liens sont les suivants :

Roderic Grigson

Vijitha Yapa

IPS, 14 avr 2021

Etiquettes : ONU, Conseil de Sécurité, Guerre Froide, Chine, Etats-Unis, Russie,




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image