Maroc : Après sa vidéo polémique, Brahim Bouhlel voit son procès reporté

L’acteur Brahim Bouhlel et l’influenceur « Zbarbooking » devaient être jugés cette semaine au Maroc après la diffusion de leur vidéo polémique. Finalement, ils feront face à la justice la semaine prochaine.

En détention préventive depuis plus d’une semaine au Maroc pour avoir diffusé une vidéo jugée insultante envers les Marocains sur les réseaux sociaux, Brahim Bouhlel, connu pour avoir joué dans la série «Validé» de Franck Gastambide, aurait vu son procès reporté, apprend-on ce jeudi 15 avril. De ce fait, le jeune homme reste en prison.

L’acteur franco-algérien, ainsi que l’influenceur franco-marocain «Zbarbooking» présent également sur les images controversées – et lui aussi incarcéré – restent poursuivis pour «diffusion d’une vidéo d’une personne sans son consentement», et «détournement de mineur».

En cause : les paroles professées sur la courte séquence qui ont provoqué un tollé auprès de nombreux internautes. «La dernière personne qui m’a mal parlé au Maroc, j’ai sorti une liasse et je l’ai baffée en dirhams», lançait notamment Brahim Bouhlel, attablé dans un restaurant à Marrakech au côté de Zbarbooking.

«Ce que j’aime bien, ici, c’est toutes les p*** que je paie 100 dirhams», avait-il poursuivi, avant d’insulter des enfants qu’il croise dans la rue de «fils de p***». Des mineurs qui apparaissent à visage découvert filmés par un troisième homme : l’acteur français Hedi Bouchenafa, qui a quitté le territoire marocain avant l’ouverture de l’enquête.

Prévu ce mercredi 14 avril, le procès aurait été finalement décalé au 21 avril prochain, indique notamment le site d’actualité musicale RapRnB.com. Le média précise qu’en réalité une première audience aurait bien eu lieu, mais que le tribunal de première instance de Marrakech aurait décidé de reporter le reste de la procédure de sept jours. Le site du Courrier de l’Atlas faisait état de la même information, mais l’article en question a été dépublié. Les accusés auraient par ailleurs demandé leur libération conditionnelle en attendant le jugement, mais cette demande leur aurait été refusée. Ils restent, de fait, en prison.

DE LA PRISON FERME POSSIBLE

Reste que selon les chefs d’accusation retenus, ils encourent des peines pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison, avait indiqué l’avocat Mourad Elajouti, à l’origine du signalement de la vidéo au parquet.

Face à la polémique, les accusés avaient présenté leurs excuses, invoquant une vidéo «parodique».

«Ma seule intention de comédien était de faire rire et non de heurter la sensibilité de qui que ce soit», avait assuré Brahim Bouhlel dans une publication sur Instagram.

«Les propos que j’ai tenus ne reflètent en rien la réalité ou ma perception du Royaume. Ils s’inscrivent seulement dans une parodie, qui incontestablement est ratée dans ses effets», avait-il ajouté.

A présent, la question est de savoir si cette version sera à même de convaincre le tribunal. Mourad Elajouti, lui, ne l’entend en tout cas pas de cette oreille. «Les propos tenus dans la vidéo ont choqué tout le monde et ne peuvent pas être qualifiés de parodie humoristique», avait-il commenté.

SWIGG, 16 avr 2021

Etiquettes : Brahim Bouhlel, Maroc, prison, procès, Validé, Zbarbooking, Canal+,