Média Allemand / Silence radio au Sahara : Entre l’héritage colonial et la politique étrangère des Etats-Unis

Crise diplomatique entre le Maroc et l’Allemagne

Par Leonhard Pfeiffer*

Le gouvernement marocain met fin à tout contact diplomatique avec l’ambassade d’Allemagne à Rabat, la capitale du Royaume du Maroc. La raison en est la position allemande sur le conflit du Sahara occidental. Ce différend, non résolu depuis des décennies, sur le statut du territoire au regard du droit international a connu une nouvelle escalade à la fin de l’année dernière. Qu’est-ce que l’héritage colonial et la politique étrangère américaine ont à voir avec cela ? Une analyse.

Avec fracas, le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, a brusquement gelé le contact avec l’ambassade d’Allemagne au début du mois de mars. Mais l’ambassade d’Allemagne n’est pas la seule à être affectée, des fondations politiques telles que la Fondation Konrad-Adenauer, la Fondation Friedrich-Ebert et la Fondation Friedrich-Naumann, qui ont leurs propres bureaux au Maroc, n’ont plus de contact avec le gouvernement marocain. En fait, les relations sont « étroites, amicales et sans tension » – selon le ministère allemand des affaires étrangères à la fin du mois de février. Cependant, la situation est plus complexe : Il existe de nombreux contacts dans le domaine des affaires, de la science et de la culture.

Alors pourquoi ce changement soudain ? La lettre du ministre des affaires étrangères ne parle que de « profondes divergences », une déclaration officielle des deux gouvernements n’a pas encore été faite. Les raisons résident probablement dans l’attitude de l’Allemagne vis-à-vis du conflit du Sahara occidental. Le Maroc revendique depuis longtemps le territoire du Sahara occidental, au sud du pays, tandis que l’ethnie sahraouie qui y vit réclame l’indépendance. Son statut au regard du droit international est contesté depuis des décennies. La communauté internationale, y compris l’Allemagne, appelle à un référendum, mais cela ne progresse guère. Une solution est donc encore loin d’être trouvée. Maintenant plus que jamais.

Les origines se trouvent dans le colonialisme

Comme tant de conflits d’aujourd’hui, l’origine du conflit du Sahara Occidental peut être trouvée dans l’époque coloniale, plus précisément dans la Conférence du Congo de Berlin de 1884, où le continent africain a été divisé entre les grandes puissances européennes – le Sahara Occidental est devenu une colonie espagnole. La résistance de la tribu nomade sahraouie qui y vit n’a finalement pas abouti, tout comme les demandes annuelles des Nations unies d’organiser un référendum sur l’indépendance. L’Espagne a conservé le contrôle du territoire jusqu’à la mort du dictateur Francisco Franco en 1975. La mort de Franco aurait pu être un tournant pour le mieux pour les Sahraouis. Les troupes espagnoles se sont retirées, l’Espagne a soutenu les demandes de référendum et de création d’un État indépendant. Mais les choses se sont passées différemment : les États voisins du Maroc et de la Mauritanie, respectivement au nord et au sud, ont profité de la vacance du pouvoir et ont revendiqué le territoire. Au même moment, le mouvement de libération Front Polisario, fondé sous l’occupation espagnole, a proclamé un État indépendant, la République arabe sahraouie démocratique. Le Maroc a répondu par la « Marche Verte », au cours de laquelle 350 000 Marocains ont immigré au Sahara occidental. Après le retrait de la Mauritanie, le Maroc a annexé toute la région en 1979, mais cela n’a jamais été reconnu par l’ONU.

La situation est confuse

Une solution diplomatique pour le Sahara Occidental est toujours recherchée aujourd’hui. Bien que le conflit se soit quelque peu apaisé avec un cessez-le-feu entre le Polisario et le Maroc, la mission d’observation des Nations unies MINURSO n’a pas pu trouver un accord pour un référendum qui pourrait clarifier le statut juridique. L’une des raisons de cette situation est également la « Marche verte », car on ne sait toujours pas quels habitants du Sahara occidental ont le droit de voter lors du référendum : uniquement les Sahraouis ou également les Marocains et leurs descendants qui y vivent depuis près de 50 ans ? Alors que les experts en droit international cherchent une solution à ce problème, le Maroc crée des faits. Une clôture frontalière de 2 700 km de long – en partie minée – sépare les précieuses zones côtières de l’Atlantique d’une étroite bande de désert à l’est du pays. Là-bas, et dans quatre camps de réfugiés en Algérie voisine, les Sahraouis vivent aujourd’hui dans une solution temporaire qui dure depuis 45 ans. Nombre d’entre eux ont désormais abandonné tout espoir de retour, et plus de 200 000 réfugiés sahraouis vivent à l’étranger.

L’exploitation des ressources conduit à une nouvelle guerre

Pour le Maroc, cette situation est une affaire lucrative. La région du Sahara occidental est riche en ressources naturelles : L’or, le pétrole et sans doute l’un des plus grands gisements de phosphate du monde se trouveraient dans la région. Malgré une population clairsemée, le tourisme est en train de devenir un secteur économique lucratif dans la région. Cependant, les touristes ne sont pas les seuls à être attirés par le climat chaud et désertique du Sahara occidental ; les entreprises européennes montrent également un grand intérêt pour la production d’énergie solaire et éolienne dans la région, dans le cadre de la transition énergétique. Le projet « Desertec », qui vise à produire de l’hydrogène vert dans les déserts d’Afrique, a été salué par de nombreux observateurs comme une avancée majeure dans le développement des énergies renouvelables. Les principaux consommateurs de ce vecteur énergétique sans émissions seraient l’UE et ses États membres. Le projet est donc un élément important de la stratégie européenne visant à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. La politique européenne est donc étroitement liée aux actions du Maroc dans la région. En fin de compte, c’est cette exploitation de la région qui a provoqué une nouvelle flambée du conflit en novembre 2020. Afin d’empêcher les transports de la région via une route illégalement construite, 200 activistes sahraouis ont mis en place un blocus routier comme action de protestation pacifique. En raison de l’étroitesse du réseau routier, la manifestation a durement touché l’économie marocaine. La réaction a été aussi rapide qu’importante : le 13/11/2020, les militaires marocains ont levé le blocus par la force. Ce faisant, elle a violé l’accord de cessez-le-feu, après quoi le Polisario a repris les hostilités. Aujourd’hui, la guerre fait à nouveau rage au Sahara occidental.

Un héritage de la politique étrangère américaine

Le Maroc des États-Unis s’enhardit, malgré une condamnation diplomatique généralisée. En décembre 2020, ils ont reconnu la domination du Maroc sur le Sahara occidental. En contrepartie, le Maroc est devenu le quatrième pays musulman à accepter l’existence de l’État d’Israël. Comme souvent au cours des quatre dernières années, la politique étrangère des États-Unis s’est montrée plus intéressée par les « accords » fructueux et les gros titres positifs que par le droit international, les institutions internationales ou la situation complexe de la région. La nouvelle escalade de la violence dans la région fait également partie de l’héritage peu glorieux de la présidence de Donald Trump. Parmi les critiques les plus virulentes de l’accord figure l’Allemagne. En tant que détenteur de la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies, il a mis l’accent sur une solution multilatérale. Vient alors la rupture diplomatique du contact. Ce n’est pas la première fois que le Maroc tente d’exercer des pressions de cette manière, déjà en 2016, lors du conflit sur un accord de pêche avec l’UE, les canaux diplomatiques ont été bloqués – sans succès. L’accord n’inclut pas les zones de pêche au large du Sahara Occidental réclamées par le royaume, la CEJ ayant également rejeté la demande du Maroc.

Où allons-nous à partir d’ici ?

L’expérience passée montre qu’une réponse unifiée des États européens est nécessaire pour contrer toute nouvelle augmentation de la violence. Il n’y a pas de solution magique au conflit, la situation politique est trop complexe, trop d’intérêts doivent être pris en compte. Néanmoins, il n’y a pas d’alternative à la renonciation à la violence, au respect des droits de l’homme et à l’action diplomatique.

*Président de la JEF Passau et membre du conseil régional de la JEF Bavière. Il étudie le droit à Passau avec une spécialisation en droit pénal et se réjouit de l’un de ses derniers séjours Erasmus au Royaume-Uni. Il est rédacteur au journal étudiant « Der Jurist » et remplit ses tours de jogging avec des sessions de podcast d’une heure.

Die Webmagazine der Jungen Europäischen Föderalisten, 15 avr 2021

Etiquettes : Sahara Occidental, Front Polisario, Maroc, Allemagne,