Mali : Fuir quelque chose

Le Mali, ainsi que ses voisins le Burkina Faso et le Niger, sont aujourd’hui la zone où se déroulent la plupart des activités terroristes islamiques. Les groupes terroristes islamiques ont été largement maîtrisés ou mis sur la défensive dans le reste du monde. Ce dernier endroit où les terroristes islamiques peuvent opérer avec le moins de résistance et d’interférence est centré sur le Mali. Cette tendance s’est manifestée pour la première fois en 2010 lorsque les terroristes islamiques fuyant l’Algérie et le Moyen-Orient se sont réfugiés au Sahel. Il s’agit de la région semi-désertique au sud du désert du Sahara qui s’étend de l’Atlantique à l’Éthiopie et au Nil. Avec peu d’eau ou d’autres ressources, le Sahel a longtemps été un refuge pour les personnes fuyant quelque chose. Les terroristes islamiques survivent souvent en évinçant les gangsters locaux et en s’emparant des activités illégales rentables disponibles. Dans le nord du Mali, la partie sahélienne du pays, la mine d’or des gangsters servait de maillon du réseau de contrebande illégale qui partait de l’Afrique centrale et s’étendait au nord jusqu’à la Méditerranée. Les marchandises illégales les plus courantes et les plus rentables étaient les drogues, les armes et les migrants. Cette dernière catégorie comprenait des personnes capables de payer leur passage et d’autres qui étaient essentiellement des captifs vendus comme esclaves (généralement sexuels) en Europe. En 2012, les nouveaux gangsters terroristes islamiques contrôlaient le nord du Mali. La France a donc pris l’initiative de se déplacer vers le nord pour briser rapidement le contrôle des terroristes islamiques sur cette région. Tous les terroristes islamiques n’ont pas été tués ou n’ont pas fui la région. Beaucoup sont restés sur place, opérant clandestinement parce qu’ils n’avaient pas d’autre endroit où aller. La France est depuis lors au centre de l’organisation des forces antiterroristes croissantes, qui comptent actuellement environ 20 000 soldats. Plus de 70 % d’entre eux sont issus de pays du Sahel occidental qui veulent que les terroristes islamiques disparaissent. Cela ne sera pas facile, car ces fanatiques islamiques n’ont nulle part où aller et ont une source de revenus régulière, bien que dangereuse.

En 2012, la plupart des violences terroristes islamiques se déroulaient encore au Nigeria, où un groupe local, Boko Haram, contrôlait une grande partie du nord-est du pays. En 2016, les forces de sécurité nigérianes ont brisé le contrôle de Boko Haram mais n’ont pas éliminé les terroristes islamiques. Par conséquent, depuis 2016, le Sahel occidental, centré sur le nord du Mali, est devenu l’épicentre de la violence terroriste islamique. Trois nations (Mali, Niger et Burkina Faso) ont subi plus de 4 000 décès liés au terrorisme islamique en 2019, contre un total de 770 au cours des trois années précédentes. En 2020, les niveaux de violence ont un peu diminué en raison de l’intensification des efforts de lutte contre le terrorisme. Cela a entraîné la mort de plusieurs dirigeants clés de groupes terroristes islamiques. La réduction de l’efficacité des groupes terroristes islamiques n’a pas duré car de nouveaux leaders ont fini par émerger. De nombreux groupes terroristes islamiques de cette région sont très dépendants de quelques dirigeants clés. Les querelles et les luttes de pouvoir sont un problème courant au sein des groupes terroristes islamiques et les Français ont appris à l’exploiter.

Actuellement, les terroristes islamiques du Sahel se sont rabattus sur la tactique consistant à ne lancer que des attaques majeures qu’ils ont plus de chances de gagner. Au cours du mois dernier, cette tactique n’a pas fonctionné au Mali, mais elle a été plus efficace dans les pays voisins. Même les attaques réussies sont coûteuses en termes de personnel et d’équipement perdus. Il s’agit également d’un modèle commun en ce qui concerne le terrorisme islamique. Cette forme de violence fondée sur la religion éclate toutes les quelques générations depuis près d’un millier d’années et est plus persistante depuis le 20e siècle en raison de l’augmentation des richesses (principalement le pétrole) dans le monde musulman et dans les médias du monde entier, ainsi que de la baisse du coût des voyages longue distance et des armes. Une solution permanente à ce problème doit venir de la communauté islamique, qui n’a jamais été unie sur le plan théologique. Des efforts sont actuellement déployés pour y remédier, mais cela prendra du temps. En attendant, de nouveaux fanatiques religieux continuent d’être créés par des vidéos de violence terroriste islamique spectaculaire quelque part dans le monde.

Depuis 2014, cinq nations ; l’Irak, l’Afghanistan, le Nigéria, la Syrie et le Pakistan, ont représenté la plupart des décès liés au terrorisme. Cette liste a récemment changé, la Syrie et le Pakistan étant remplacés par la Somalie et le Mali (y compris le Niger et le Burkina Faso voisins). La principale source de décès liés au terrorisme islamique au cours de cette période est l’ISIL (État islamique en Irak et au Levant), une faction plus radicale d’Al-Qaïda qui est actuellement le praticien le plus radical du terrorisme islamique. Le terrorisme islamique reste, comme depuis les années 1990, la principale source de décès liés au terrorisme, représentant environ 90 % des décès. Le reste des décès liés au terrorisme sont dus à des conflits ethniques (souvent tribaux) en Afrique et en Asie. Le terrorisme purement politique ne représente qu’une fraction d’un pour cent de tous les décès liés au terrorisme et est dépassé par les décès causés par des criminels de droit commun (souvent organisés).

En Afrique centrale, l’activité terroriste islamique du Mali, pays enclavé, s’est étendue au Niger voisin et surtout au Burkina Faso qui, comme le Mali, est enclavé et compte 17 millions d’habitants (environ 20 % de plus que le Mali). Le Burkina Faso n’a pas non plus de minorité touareg/arabe gênante dans le nord du Mali. Le Burkina Faso étant situé au sud du Mali, il ne bénéficie pas non plus du climat totalement sahélien que l’on trouve dans le nord du Mali et au Niger voisin. Le Burkina Faso présente également une plus grande diversité religieuse, un quart de la population étant chrétienne et 60 % musulmane. De plus, la population musulmane se compose de plusieurs « écoles » différentes de l’Islam, dont certaines sont assez hostiles au terrorisme islamique sunnite tel que pratiqué par Al-Qaïda et ISIL. En revanche, le Niger et son voisin occidental, la Mauritanie, sont presque entièrement musulmans et ont toujours été le foyer de certains conservateurs islamiques qui n’étaient satisfaits que si leurs voisins adoptaient également le conservatisme islamique.

7 avril 2021 : dans le nord (Gao), 250 soldats britanniques du LRRG (Long Range Reconnaissance Group) achèvent un mois d’opérations, passant la plupart de leur temps sur les longues routes du désert qui relient trois villes du nord, comme Gao, entre elles et avec des dizaines de villages voisins. Les origines du LRRG mécanisé remontent à la Seconde Guerre mondiale, lorsque le premier LRRG a opéré au nord-est, plus près de la Méditerranée, mais dans le même climat et terrain du désert du Sahara que l’on trouve dans le nord du Mali. La Grande-Bretagne a accepté de fournir environ 300 soldats pendant trois ans et envoie de nombreuses unités de l’armée au Mali à des fins de formation et d’essais sur le terrain de nouveaux équipements. L’armée britannique est en train de moderniser son équipement et ses armes et souhaite tester ce nouvel équipement dans des conditions de combat, ou du moins dans des conditions difficiles. Le Nord Mali offre les deux. Parmi les nouveaux articles que le LRRG a apportés avec lui, il y a un nouveau drone 40mm UAV (Unmanned Aerial Vehicle) qui peut être lancé à partir du lance-grenades standard de 40mm souvent porté par les unités d’in fanterie. Une fois lancé, ou jeté, comme une grenade, le Drone40 reste en l’air grâce à l’extension de quatre hélices de type quadri-coptère. Utilisant une forme de vol de drone préférée de l’infanterie, le Drone40 peut faire une pause pour scruter des zones ou des objets ainsi que pour entrer dans des structures, y compris des grottes. La capacité de vol stationnaire est beaucoup plus utile dans les zones bâties où il faut regarder dans les fenêtres ou les allées. Si les troupes trouvent l’ennemi à l’aide d’un drone en vol stationnaire, elles peuvent soit appeler une frappe aérienne ou d’artillerie, soit, si l’ennemi est suffisamment proche, utiliser leur lance-grenades pour tirer des grenades explosives de 40 mm. Si l’ennemi est vraiment proche et arrive en vue, vous pouvez ouvrir le feu en utilisant vos fusils. Drone40, et le LRRG, ont tous deux réussi pendant leur bref passage à garder des parties du nord du Mali au sud.

2 avril 2021 : Dans le nord (à l’extérieur de Kidal), une base de casques bleus a été attaquée par une centaine de terroristes islamiques sur des motos et des camionnettes. Les défenseurs ont perdu quatre hommes, plus 19 blessés, mais ont repoussé l’assaut, tuant au moins 22 des attaquants et en blessant encore plus. En d’autres termes, au moins la moitié des attaquants ont été blessés et plusieurs motos et camions ont également été perdus. L’attaque a duré environ trois heures et les assaillants ont utilisé des mortiers, des mitrailleuses et au moins une voiture piégée dans leur effort pour envahir la base, qui était occupée par des soldats de la paix du Tchad voisin. La bataille a eu lieu près d’Aguelhok, à environ 200 kilomètres de la frontière algérienne. Certains groupes terroristes islamiques utilisent des camps des deux côtés de la frontière pour éviter l’activité intense des patrouilles au Mali ou les patrouilles moins fréquentes du côté algérien.

Au sud, dans le centre du Mali (Diafarabe, près du fleuve Niger), une base militaire a été attaquée par une importante force de terroristes islamiques et brièvement occupée avant que des renforts n’arrivent et que les attaquants ne soient chassés, laissant dix morts derrière eux et emportant de nombreux morts et blessés. L’armée a perdu deux morts et dix blessés.

21 mars 2021 : au nord-est (au sud de Gao), dans la zone des trois frontières (Mali, Niger et Burkina Faso), une attaque terroriste majeure a eu lieu juste de l’autre côté de la frontière, au Niger, faisant au moins 137 morts parmi les civils. Les terroristes islamiques ont fait une incursion dans plusieurs villages à la recherche de butin et pour intimider les civils locaux afin qu’ils ne coopèrent pas avec les forces de sécurité. La partie malienne de la zone des trois frontières était le premier point chaud du terrorisme islamique en Afrique centrale, avant la croissance rapide et le déclin de la violence de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria entre 2013 et 2016. De nombreux groupes terroristes islamiques préfèrent la zone des trois frontières car ils peuvent échapper à une opération antiterroriste majeure dans un pays en traversant simplement la frontière. Cela a conduit les trois nations à coordonner leurs efforts de contre-terrorisme dans cette zone. Le Mali est avantagé car il bénéficie de l’aide de plus de 12 000 soldats de la paix, auxquels s’ajoutent les 5 100 soldats français chargés de la lutte contre le terrorisme qui opèrent dans toute la région. Les Français ont aidé à former un équivalent similaire, la force G5, forte de 5 000 hommes. Il s’agit d’un auxiliaire local de la force antiterroriste française au Sahel. Les troupes du G5 sont fournies par le Mali et quatre pays voisins, tandis que l’UE (Union européenne) verse des millions de dollars par an pour fournir aux troupes du G5 des équipements supplémentaires, des armes, des formations et des suppléments à leur solde. Cela permet à la force française d’opérer partout où elle détecte la présence de terroristes islamiques. Les Français consacrent d’abord beaucoup d’efforts en matière de renseignement et de surveillance aérienne aux groupes terroristes islamiques qu’ils localisent. Cela permet aux Français d’identifier les principaux chefs (pour les fonctions de combat et de soutien) et de savoir où ils se trouvent. Cela permet aux Français de tuer un grand nombre de ces personnes clés. Comme l’ont démontré les campagnes antiterroristes depuis les années 1990, cette approche affaiblit et souvent détruit les groupes terroristes islamiques. L’incapacité des terroristes islamiques locaux opérant au Mali ou à proximité à mener des attaques de grande envergure ou quoi que ce soit en Europe en est la preuve. Laissez de tels groupes tranquilles que la quantité et la qualité des attaques augmenteront.

Une attaque moins meurtrière a également eu lieu du côté malien de la région des trois frontières, lorsqu’une force importante d’hommes armés de l’ISGS (État islamique au Grand Sahara) a attaqué une base militaire, tuant 33 soldats et en blessant 14 avant de se retirer avec.

Strategy page, 14 avr 2021

Etiquettes : Mali, Sahel, migration, terrorisme, pauvreté,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image