EXPLIQUANT : Qu’est-ce qui se cache derrière le conflit dans l’est de l’Ukraine ?

MOSCOU (AP) – Les tensions augmentent dans le conflit dans l’est de l’Ukraine, avec des violations croissantes du cessez-le-feu et un renforcement militaire massif de la Russie près de sa frontière avec la région.

L’Ukraine et l’Occident s’inquiètent de la concentration des troupes russes et ont demandé à Moscou de les retirer. La Russie a fait valoir qu’elle était libre de déployer ses forces sur son territoire et a sévèrement mis en garde le gouvernement de Kiev contre l’utilisation de la force pour reprendre le contrôle du territoire tenu par les rebelles à l’est, où plus de 14 000 personnes sont mortes en sept ans de combats.

Voici un aperçu de certaines des questions relatives au conflit dans l’est de l’Ukraine :

QUELLES SONT LES RACINES DU CONFLIT ?

L’Ukraine a fait partie de l’Union soviétique jusqu’à son effondrement en 1991, et depuis lors, la Russie a cherché à garder le voisin dans son orbite. Le conflit séparatiste dans le cœur industriel oriental de l’Ukraine, connu sous le nom de Donbas, abréviation de bassin de Donetsk, a éclaté en avril 2014. C’était quelques semaines après l’annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée, suite à l’éviction d’un président favorable à Moscou par un soulèvement populaire dans la capitale Kiev.

Des rebelles armés dans la région orientale majoritairement russophone ont saisi des bâtiments gouvernementaux et proclamé des « républiques populaires » dans les régions de Donetsk et de Louhansk, et l’armée ukrainienne et des bataillons de volontaires ont pris des mesures pour réprimer les troubles.

L’Ukraine et l’Occident ont déclaré que la Russie avait envoyé des troupes et des armes dans l’est du pays pour soutenir les séparatistes. Moscou a démenti ces affirmations et a insisté sur le fait que les Russes combattant aux côtés des rebelles s’y étaient rendus de leur propre chef.

Au milieu des hostilités, un avion de ligne de la Malaysia Airlines qui se rendait d’Amsterdam à Kuala Lumpur a été abattu le 17 juillet 2014 au-dessus de l’est de l’Ukraine, tuant les 298 personnes à bord. Les procureurs néerlandais affirment qu’il a été abattu par un missile Buk russe depuis une zone contrôlée par les séparatistes soutenus par la Russie. La Russie a nié toute implication.

Les États-Unis et l’Union européenne ont imposé des sanctions à Moscou pour son annexion de la Crimée, qui n’a pas été reconnue par la plupart des pays du monde, et son soutien aux séparatistes. Ces restrictions ont mis un terme au transfert de technologies occidentales et bloqué l’accès de la Russie aux marchés financiers mondiaux. La Russie a riposté en interdisant la plupart des importations alimentaires occidentales.

DES EFFORTS ONT-ILS ÉTÉ DÉPLOYÉS POUR PARVENIR À UN ACCORD DE PAIX ?

Après une série de défaites militaires de l’Ukraine, la France et l’Allemagne ont aidé à négocier un accord de paix qui a été signé en février 2015 dans la capitale biélorusse de Minsk.

L’accord a été un coup diplomatique pour la Russie, obligeant l’Ukraine à accorder une large autonomie aux régions rebelles et à déclarer une amnistie pour les rebelles. Il stipulait que l’Ukraine ne reprendrait le contrôle total de sa frontière avec la Russie dans les territoires tenus par les rebelles qu’après l’élection de dirigeants et de corps législatifs locaux. De nombreux Ukrainiens ont considéré l’accord comme une trahison des intérêts nationaux et s’y sont opposés.

L’accord de Minsk a contribué à mettre fin aux hostilités à grande échelle, mais des escarmouches sporadiques se sont poursuivies et les efforts en vue d’un règlement politique se sont enlisés.

Les responsables ukrainiens ont insisté à plusieurs reprises pour que l’accord de Minsk soit révisé, ce que la Russie a rejeté.

OÙ EN EST L’ACCORD DE PAIX ?

Les séparatistes ont demandé à la Russie d’incorporer les territoires rebelles, mais Moscou n’a pas donné suite à cette demande, estimant apparemment que ces régions orientales contribueraient à ramener l’Ukraine dans l’orbite de la Russie et à contrecarrer les aspirations de Kiev à rejoindre l’OTAN et l’UE. La Russie a accordé sa citoyenneté à plus de 600 000 personnes dans les régions contrôlées par les rebelles.

Le novice en politique Volodymyr Zelenskyy a été élu président de l’Ukraine par une victoire écrasante en avril 2019 en promettant de mettre fin aux combats et d’éradiquer la corruption endémique du pays. Il a fait pression avec succès pour une série d’échanges de prisonniers et a cherché à garantir une trêve durable en retirant les troupes et les armes lourdes de la ligne de contact.

En décembre 2019, les dirigeants de la Russie, de l’Ukraine, de la France et de l’Allemagne se sont rencontrés à Paris et ont réaffirmé leur engagement envers l’accord de paix de 2015, mais aucun progrès n’a été réalisé sur un règlement politique.

POURQUOI LES TENSIONS SE SONT-ELLES AGGRAVÉES MAINTENANT ?

L’absence de résolution durable du conflit a attisé de nouvelles tensions. Les autorités ukrainiennes affirment que les violations du cessez-le-feu sont devenues plus fréquentes ces dernières semaines, avec près de 30 soldats tués cette année.

Elles accusent la Russie d’alimenter les tensions en déployant 41 000 soldats près de la frontière avec l’est de l’Ukraine et 42 000 en Crimée, où la Russie maintient une importante base navale.

Les États-Unis et l’OTAN affirment que la concentration des troupes russes est la plus importante depuis 2014. Le ministre russe de la Défense, Sergueï Shoigu, a déclaré que l’augmentation des effectifs au cours des trois dernières semaines faisait partie des exercices de préparation en réponse à ce qu’il décrit comme des menaces de l’OTAN.

La Russie l’a également présenté comme une précaution de sécurité nécessaire au milieu de ce qu’elle décrit comme les provocations de l’Ukraine le long de la ligne de contrôle. Les responsables du Kremlin ont fermement mis en garde Kiev contre toute tentative de recours à la force pour reprendre l’est du pays, affirmant que la Russie pourrait être contrainte d’intervenir pour protéger les civils en cas de menace de massacre.

Le nouveau président américain Joe Biden a déclaré dans un discours que l’époque où les États-Unis se pliaient aux exigences du président russe Vladimir Poutine était révolue. Lors d’un appel téléphonique mardi avec M. Poutine, M. Biden l’a exhorté à « désescalader les tensions ». La Maison Blanche a déclaré que M. Biden avait « souligné l’engagement inébranlable des États-Unis en faveur de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. »

AP, 15 avr 2021

Etiquettes : Ukraine, Russie, Etats-Unis, UE,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image