Média grec : Opération Takuba : les secrets de l’Afrique, de la Turquie et de nous-mêmes

Le Sahel est une large bande de terre escarpée, qui traverse horizontalement l’Afrique centrale, de l’Atlantique à la mer Rouge et à l’océan Indien. La zone sahélienne traverse les territoires du Sénégal, de la Mauritanie, du Mali, du Burkina Faso, du Niger, du Nigeria, du Tchad et du Soudan.

Cette bande de terre inhospitalière est dominée par un mélange explosif de pauvreté, d’ingouvernabilité et d’effets dramatiques du changement climatique. Une conséquence directe de ce quotidien tragique est la propagation sans entrave de l’islam sunnite radical. L’État islamique du Grand Sahara (EIGS), fondé par les islamistes touaregs, opère et se développe presque sans entrave dans une vaste zone qui s’étend sur les territoires du Mali, du Niger, du Nigeria, du Burkina Faso, de l’Algérie et de la Libye.

Il s’agit d’une très grande organisation politique et militaire islamique dans laquelle l’influence d’ISIS et d’Al-Qaeda (en particulier) est évidente, puisque de nombreux djihadistes des Frères musulmans qui, au cours des années précédentes, étaient actifs lors du Printemps arabe dans les États d’Afrique du Nord (Algérie-Libye-Égypte-Tunisie-Maroc-Mauritanie) ont trouvé refuge auprès des islamistes de l’EIGS.

Pour contrer l’action déstabilisatrice des djihadistes, cinq des États sahéliens (Mauritanie-Mali-Tchad-Burkina Faso-Nigeria) ont formé la coalition civilo-militaire G5-Sahel qui, avec l’aide de la France (mais aussi des États-Unis), tente (sans grand succès) de contrer l’expansion des islamistes. À plusieurs reprises, la France (le président F. Hollande) a dû intervenir directement militairement pour soutenir les gouvernements de ces pays et contrer les attaques réussies de l’État islamique. C’est une autre guerre inconnue en Afrique.

À ce stade, il serait utile de souligner qu’au cours de la dernière décennie, la Chine et la Turquie, armées de leur diplomatie économique, ont tenté de pénétrer avec succès sur le continent africain. Aujourd’hui, de nombreux pays du continent africain (par exemple, la Zambie) sont considérés comme des protectorats économiques chinois.

La pénétration de la Chine dans les pays du Sahel s’est arrêtée au Nigeria. Au cours de cette période initiale, qui était la plus critique, les communistes chinois ont pieusement appliqué la doctrine léniniste « un pas en avant, deux pas en arrière ». Ils ne voulaient pas d’un conflit avec la France et l’UE, car il ne faut jamais oublier que dans les pays du G5-Sahel, qui ont acquis relativement récemment (1960) et pacifiquement leur indépendance vis-à-vis de la France, l’influence de l’Élysée est très forte.

La Turquie (contrairement à la Chine) a tenté de pénétrer les pays du G5-Sahel principalement sur le plan économique. Cette pénétration avait les caractéristiques du succès, mais comme nous le verrons plus loin, elle est l’une des causes qui alimentent le conflit de la Turquie avec la France (et l’UE).

Nous ne faisons que mentionner certaines des causes géo-économiques et des résultats géo-politiques de ce conflit.

Le Niger est le huitième pays au monde en termes de réserves d’uranium ; à ce jour, des réserves d’uranium de 280 000 tonnes (environ) ont été certifiées. Ces gisements alimentent la production de la deuxième usine (mondiale) de production d’uranium. L’entreprise publique française Areva est le principal actionnaire de ce projet d’extraction et de production d’uranium.
Le Mali est le troisième pays africain pour la production d’or. Des entreprises françaises, belges et néerlandaises sont actives dans le pays et dans le secteur de l’exploitation aurifère. La production d’or dans les pays de l’UE est très faible (environ 2 % de la production mondiale). Il va de soi que la présence de ces entreprises européennes dans ce pays est un facteur décisif pour l’industrie aurifère européenne et, par conséquent, pour l’économie européenne.
C’est depuis la base aérienne française située dans la capitale du Tchad, N’Djamena, que les avions de guerre français qui ont bombardé et détruit la base turque d’Al-Watiya en Libye ont décollé le 4 juillet 2020.
Peu avant l’émergence de la pandémie et à l’initiative de la France, est créée la Task Force Takuba, une force militaire d’élite européenne mixte (Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, République tchèque, Danemark, Estonie, Portugal, Suède, Norvège). L’objectif de la Task Force Takuba est d’aider les forces militaires des États du G5-Sahel dans la guerre contre l’État islamique. Pendant la période où la pandémie a commencé à se propager (avril-mai 2020), les premières unités de la Task Force Takuba ont été déployées au Mali et au Niger et, en coopération avec les forces armées de ces pays, ont commencé des opérations de combat contre les djihadistes.

Il s’agit d’une très grande organisation politique et militaire islamique, dans laquelle l’influence d’ISIS et d’Al-Qaeda (en particulier) est évidente, puisque de nombreux djihadistes des Frères musulmans qui, les années précédentes, ont été actifs lors du Printemps arabe dans les États d’Afrique du Nord (Algérie-Libye-Égypte-Tunisie-Maroc-Mauritanie) ont trouvé refuge auprès des islamistes de l’EIGS.

Événements récents

En août 2020, le Mali a connu un coup d’État militaire qui a renversé le gouvernement pro-français du président Ibrahim Boubarak Keita. Les premières estimations indiquaient que le nouveau gouvernement militaire se sevrerait de l’influence française et poursuivrait une politique indépendante (pro-chinoise). La Turquie s’est empressée d’offrir (malgré le tollé international contre les putschistes) un soutien communicatif généreux avec une rhétorique clairement anti-française. Petit à petit, cependant, la rhétorique anti-occidentale du régime a commencé à s’adoucir. L’impact économique de la pandémie a nécessité les « poches profondes » de l’Occident (Article connexe « Dette mondiale et vaccin » 18 novembre 2020). Le nouveau gouvernement militaire change progressivement de position et s’engage à continuer à participer au G5-Sahel et à coopérer avec la Task Force Takuba dans la guerre contre les islamistes de l’EIGS. C’est précisément ce changement d’avis du régime militaire qui a jeté un froid dans les relations du pays africain avec la Turquie.

Tout au long du mois de février 2021, les mercenaires turcs djihadistes stationnés dans les camps du nord de la Syrie et de la Libye ont protesté publiquement et en masse parce qu’ils n’étaient pas payés. L’événement a « échappé » aux camps de mercenaires et à la « surveillance » des services de renseignement turcs et est devenu un sujet d’actualité international.

Le 3 avril 2021, il a été officiellement annoncé que l’Export-Import Bank of China avait accordé un prêt de 400 millions de dollars à la Ziraat Bank, une entreprise publique turque. Dans le monde financier mondial, un prêt de 400 millions de dollars est plutôt banal et n’est certainement pas un événement majeur.

Le 4 avril 2021, il a été annoncé (par la Cour syrienne des droits de l’homme basée à Londres) que les mercenaires turcs djihadistes combattant en Syrie contre les Kurdes ont été payés pour tous les arriérés de droits de guerre et ont reçu une prime supplémentaire pour le paiement tardif de 300 livres turques (environ 30-31 euros). Tous les correspondants étrangers présents dans la région l’ont confirmé et, dans le même temps, ont publiquement mis en doute l’origine de cet argent.

Les mercenaires turcs qui se trouvaient à Tripoli, en Libye, étaient également payés les mêmes jours. Immédiatement après, environ la moitié d’entre eux (6 à 7 000) ont « disparu ». Dans la presse internationale, après que les paiements des mercenaires ont été confirmés, aucune explication n’a été donnée sur l’origine de l’argent des pots-de-vin. Au contraire, de nombreuses informations ont été canalisées pour alimenter les « théories du complot » concernant la fuite des mercenaires « disparus » vers l’Europe et leur participation à des réseaux illégaux de terrorisme islamique. Soyons raisonnables et réalistes. Quelques milliers de mercenaires armés ne disparaissent pas et ne peuvent pas non plus voyager secrètement et rejoindre, sans être détectés par les services de sécurité européens, des réseaux terroristes islamiques illégaux. Il était évident que tout ce battage médiatique était une campagne de désinformation.
Ces dernières heures, des informations fiables, mais non encore confirmées, ont indiqué que ces mercenaires turcs ont déjà été transférés vers des bases militaires de l’État islamique au Mali et au Niger.

Mauvaise nouvelle pour la présence française (et donc européenne) en Afrique centrale. Les mercenaires islamiques turcs qui n’ont pas été payés et qui ont été abandonnés en Libye, après avoir été payés (je me demande où l’argent a été trouvé et les salaires de guerre de ces mercenaires ont été payés ?), se préparent à combattre aux côtés de leurs coreligionnaires de l’État islamique contre les régimes pro-occidentaux africains et la Task Force Takuba. Il est évident que ce développement favorise exclusivement l’infiltration chinoise dans le continent noir puisqu’il intensifie le conflit militaire et perpétue la déstabilisation des Etats du G5-Sahel.

C’est peut-être précisément cette évolution qui explique la visite précipitée (il y a un mois, cette visite était considérée comme prématurée) de la présidente de l’UE Ursula Von Der Leyen et du président du Conseil européen Charles Michel en Turquie et leur rencontre avec T. Erdogan. De plus, l’ordre du jour officiellement annoncé de cette réunion incluait la Libye (d’où la question des mercenaires turcs).

En février avec deux articles ( 1er février – « Mercenaire un jour, mercenaire toujours » & 10 février – « Changement de garde. les loups gris s’en vont, le loup arrive »), nous avions évoqué l’importance de l’évolution de la situation en Libye pour la région au sens large (et donc aussi pour notre pays) et nous avions particulièrement insisté sur la question cruciale des mercenaires turcs qui ont combattu pour la Turquie et le gouvernement de Tripoli dans la guerre civile libyenne et qui sont aujourd’hui sans emploi et abandonnés dans leurs camps à la périphérie de la capitale libyenne. Dans ces articles, nous avions conclu que les pensées furtives de la politique étrangère turque seraient facilement lisibles lorsque la solution choisie par la Turquie sur la question de ces mercenaires serait connue.

En bref, si ces unités de mercenaires et de djihadistes étaient dissoutes et que ceux qui y ont servi retournaient dans leur pays, la Turquie aurait choisi la voie pacifique. Au contraire, si ces unités ne sont pas dissoutes et, dans un scénario encore plus extrême, sont promues sur un autre front de guerre actif, il est alors évident que la Turquie continue de choisir la voie de la confrontation dynamique pour résoudre les différends interétatiques.

Deux mois se sont écoulés depuis lors et les événements survenus entre-temps, tels que présentés ci-dessus, tendent à montrer que la Turquie choisit le rôle de l’État mercenaire.

Reporter, 12 avr 2021

Etiquettes : Sahel, G5, Mali, Takuba, Turquie, Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigéria, Tchad, Soudan, Niger, Nigéria, Burkina Faso, Algérie, Libye,





Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image