The New York Times : Les hommes de pouvoir tombent, l’un après l’autre, dans le #MeToo retardé de la France

Depuis le début de l’année, des hommes connus dans divers domaines ont été accusés d’abus sexuels et placés sous enquête.

PARIS – Lorsque Sandra Muller a lancé la campagne #MeToo sur les médias sociaux en France en 2017, des dizaines de milliers de femmes ont répondu à ses appels à « #ExposeTonPorc ».

Mais le retour de bâton a été écrasant. Certaines des femmes les plus en vue du pays, menées par Catherine Deneuve, ont dénoncé le mouvement dans une lettre qui est venue définir la réponse initiale de la France à #MeToo. En 2019, Mme Muller a perdu un procès en diffamation contre un ancien cadre de télévision qu’elle avait exposé sur Twitter, la France semblant immunisée contre les forces mondiales plus larges qui remettent en cause la domination des hommes.

La semaine dernière, Mme Muller a gagné son appel. Bien qu’il n’y ait pas eu de nouveaux faits, une décision importante de la cour d’appel a souligné combien les choses ont changé au cours des deux dernières années.

« Avant l’arrêt, je pensais qu’il y avait des remous », a déclaré Mme Muller lors d’un entretien téléphonique depuis New York, où elle vit désormais. « Maintenant, j’ai l’impression qu’il y a eu un bond en avant ».

Depuis le début de l’année, une série d’hommes puissants issus de certains des domaines les plus en vue en France – politique, sport, médias, université et arts – ont fait face à des accusations directes et publiques d’abus sexuels, à rebours de la plupart des années de silence. Dans le même temps, face à ces affaires très médiatisées et à l’évolution de l’opinion publique, les législateurs français s’empressent de fixer à 15 ans l’âge du consentement sexuel – trois ans seulement après avoir rejeté une telle loi.

Les récentes accusations n’ont pas seulement donné lieu à des enquêtes officielles, à la perte de postes pour certains hommes et au bannissement pur et simple de la vie publique pour d’autres. Elles ont également entraîné une remise en question de la masculinité française et de l’archétype du Français séducteur irrésistible, dans le cadre d’une remise en question plus large de nombreux aspects de la société française et d’une réaction conservatrice contre les idées sur le genre, la race et le postcolonialisme prétendument importées des universités américaines.

La journaliste Sandra Muller à Paris en 2019. La semaine dernière, Mme Muller a gagné son procès en appel dans une affaire de diffamation avec un ancien cadre de télévision qu’elle avait dénoncé sur Twitter.
La journaliste Sandra Muller à Paris en 2019. La semaine dernière, Mme Muller a gagné son procès en appel dans une affaire de diffamation avec un ancien dirigeant de télévision qu’elle avait dénoncé sur Twitter.

« Les choses vont tellement vite que parfois ma tête tourne », a déclaré Caroline De Haas, une militante féministe qui a fondé en 2018 #NousToutes, un groupe contre les violences sexuelles. Elle s’est décrite comme « super optimiste ».

Mme Haas a déclaré que la France traversait une réaction retardée à #MeToo après une période de « maturation » au cours de laquelle de nombreux Français ont commencé à comprendre les dimensions sociales derrière les violences sexuelles et le concept de consentement.

C’est notamment le cas, selon Mme Haas, après le témoignage, l’année dernière, d’Adèle Haenel, la première actrice très médiatisée à s’exprimer sur les abus, et de Vanessa Springora, dont les mémoires, « Consentement », ont documenté les abus qu’elle a subis de la part de l’écrivain pédophile Gabriel Matzneff.

« Le début de l’année 2021 a été une sorte de contrecoup », a déclaré Mme Haas. « Ce qui est très clair, c’est qu’aujourd’hui en France, on n’a pas du tout la même réaction qu’il y a quatre, cinq ans face à des témoignages de violences sexuelles sur des personnes connues. »

Le mois dernier, Pierre Ménès, l’un des plus célèbres journalistes sportifs français de la télévision, a été suspendu pour une durée indéterminée par son employeur après la sortie d’un documentaire dénonçant le sexisme dans le journalisme sportif, « Je ne suis pas une salope, je suis un journaliste. »

Il y a encore quelques années, rares étaient ceux qui lui reprochaient des comportements qu’ils n’osent plus défendre en public, notamment embrasser de force des femmes sur la bouche à la télévision et, devant le public d’un studio en 2016, soulever la jupe d’une journaliste féminine – Marie Portolano, la productrice du documentaire.

« Le monde a changé, c’est #MeToo, on ne peut plus rien faire, on ne peut plus rien dire », a déclaré M. Ménès dans une interview télévisée après la sortie du documentaire. Il a dit ne pas se souvenir de l’incident de la jupe, ajoutant qu’il ne se sentait pas lui-même à l’époque en raison d’une maladie physique.

La liste des autres hommes en vue est longue et ne cesse de s’allonger. Il y a Patrick Poivre d’Arvor, le présentateur de journal télévisé le plus célèbre de France, qui fait l’objet d’une enquête sur des allégations de viol d’une jeune femme et qui s’est défendu à la télévision en disant qu’il appartenait à une génération pour laquelle « la séduction était importante » et incluait « des baisers dans le cou ». Il a nié les accusations de viol.

Il y a Georges Tron, un ancien ministre du gouvernement, qui a été blanchi en 2018 du viol d’une employée mais qui a été condamné en février à cinq ans de prison dans un arrêt de la cour d’appel qui, selon Le Monde, reflète le fait que la société « a incontestablement changé sa compréhension du consentement. »

Georges Tron, à gauche, au palais de justice de Paris en janvier. Ancien ministre du gouvernement, il a été blanchi en 2018 pour le viol d’une employée mais a été condamné en février à cinq ans de prison.
Georges Tron, à gauche, au palais de justice de Paris en janvier. Ancien ministre, il a été blanchi en 2018 pour le viol d’une employée mais a été condamné en février à cinq ans de prison.

Il y a Gérard Depardieu, la plus grande star du cinéma français, et Gérald Darmanin, le puissant ministre de l’Intérieur, également mis en examen dans des affaires de viols rouvertes l’an dernier. Tous deux ont déclaré qu’ils étaient innocents.

Olivier Duhamel, un intellectuel de premier plan, et Richard Berry, un acteur célèbre, ont tous deux été récemment mis en examen après des accusations d’inceste par des membres de leur famille. M. Berry a nié les accusations ; M. Duhamel n’a pas commenté les accusations portées contre lui.

Claude Lévêque, artiste de renommée internationale, fait l’objet d’une enquête pour soupçon de viol sur mineur et a été publiquement accusé pour la première fois en janvier par une ancienne victime. Il a nié ces accusations.

Dominique Boutonnat, un producteur de cinéma que le président Emmanuel Macron a nommé président du Centre national du cinéma l’année dernière, a été mis en examen en février pour tentative de viol et agression sexuelle sur son filleul et a déclaré qu’il était innocent.

« Cette vague récente en France, c’est une réaction différée à l’affaire Matzneff », a déclaré Francis Szpiner, l’avocat représentant Mme Muller, ajoutant que la chute de l’écrivain pédophile et de M. Duhamel a fait prendre conscience aux gens que les hommes puissants en France n’étaient pas « intouchables ».

En 2017, dans le sillage immédiat des révélations #MeToo impliquant le magnat d’Hollywood Harvey Weinstein, Mme Muller, une journaliste, a lancé #ExposeTonPorc – #BalanceTonPorc en français – en France. Dans un message sur Twitter, elle a raconté comment, lors d’un festival de télévision à Cannes, un cadre lui a dit : « Vous avez de gros seins. Vous êtes mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit ».

L’intellectuel français Olivier Duhamel à l’école de Sciences Po à Paris en 2016. M. Duhamel a été placé sous enquête récemment après des accusations d’inceste.
L’intellectuel français Olivier Duhamel à l’école de Sciences Po à Paris en 2016. M. Duhamel a été mis en examen récemment après des accusations d’inceste.Crédit…Stephane De Sakutin/Agence France-Presse – Getty Images
Le cadre, Eric Brion, n’a pas nié avoir tenu de tels propos. Mais comme les deux ne travaillaient pas ensemble, M. Brion a soutenu que les commentaires ne constituaient pas du harcèlement sexuel et a poursuivi Mme Muller pour diffamation. Un jugement rendu en 2019 qui condamnait Mme Muller à payer 15 000 euros de dommages et intérêts, soit environ 17 650 dollars, a été annulé la semaine dernière.

En 2019, le tribunal avait déclaré que Mme Muller avait « dépassé les limites acceptables de la liberté d’expression, car ses commentaires descendaient en une attaque personnelle. » Cette fois, les juges ont estimé que Mme Muller avait agi de bonne foi, ajoutant que « les mouvements #balancetonporc et #MeToo avaient attiré beaucoup d’attention, avaient été salués par divers responsables et personnalités et avaient contribué positivement à laisser les femmes s’exprimer librement. »

Camille Froidevaux-Metterie, philosophe féministe de premier plan, a déclaré qu’il était significatif que les hommes faisant désormais l’objet d’une enquête soient des leaders dans une diversité de domaines. Les révélations qui les entourent ont mis à mal les mythes des Français comme grands séducteurs et d’une culture romantique raffinée où « nous, Français, dans notre jeu de séduction, savons interpréter les signes non verbaux et nous avons cet art de la séduction, un doux commerce entre les sexes », a-t-elle dit.

« Ce sont des hommes qui incarnent tous, d’une certaine manière, le vieil ordre patriarcal des choses – des hommes de pouvoir et des hommes qui ont usé et abusé de leur pouvoir pour exploiter sexuellement le corps des autres, qu’il s’agisse de femmes ou de jeunes hommes », a déclaré Mme Froidevaux-Metterie, ajoutant : « Nous vivons peut-être le premier véritable choc de ce système. »

Certains intellectuels conservateurs considèrent la liste toujours plus longue d’hommes éminents accusés comme la preuve de la contamination de la société française par les idées américaines sur le genre, la race, la religion et le postcolonialisme.

Pierre-André Taguieff, historien et principal critique de l’influence américaine, a déclaré dans un courriel que « les idéologues néo-féministes et néo-antiracistes dénoncent l’universalisme, en particulier l’universalisme républicain français, comme une fraude, un masque trompeur de l’impérialisme, du sexisme et du racisme. »

L’acteur français Gérard Depardieu fait également l’objet d’une enquête dans une affaire de viol. M. Depardieu a déclaré qu’il était innocent.

Bien que M. Taguieff n’ait pas commenté les spécificités des affaires récentes, il a déclaré que cette nouvelle vague de #MeToo représente un « sexisme misandrique et androphobe qui encourage une chasse aux sorcières d’hommes blancs sélectionnés sur la base de leur célébrité ou de leur renommée, afin d’alimenter l’envie sociale et le ressentiment envers les élites blanches/masculines ». M. Taguieff a récemment aidé à fonder « The decolonialism watchdog », un groupe menant la charge contre ce qu’il décrit comme la menace intellectuelle des États-Unis.

La première réaction de la France à #MeToo a été de le rejeter comme une déformation américaine du féminisme, de la même manière que les conservateurs français essaient maintenant de rejeter les idées sur la race et le racisme comme des concepts américains non pertinents, a déclaré Raphaël Liogier, un sociologue français qui enseigne à Sciences Po Aix-en-Provence et qui a récemment été un chercheur invité à l’Université de Columbia.

Alors que Mme Deneuve et d’autres femmes en 2017 dénonçaient #MeToo comme un produit du « puritanisme » et une menace pour la « liberté sexuelle », les conservateurs ont riposté en affirmant que les femmes américaines étaient sexuellement réprimées et en fait moins libres que les femmes françaises, a déclaré M. Liogier.

« Donc, en fait, en France, notre ligne de défense consistait à dire : « Ce n’est pas nous, ce sont les Américains », a-t-il dit, ajoutant : « Aujourd’hui, cette ligne de défense s’est effondrée. »

The New York Times via La Nacion, 10 avr 2021

Etiquettes : France, #Metoo, #Metooinceste, inceste, pédophilie, Olivier Duhamel, Camille Kouchner, Sciences Po,