Sahara occidental: la guerre sans fin entre le Front Polisario et le Maroc (Média italien)

Le peuple sahraoui revient pour dénoncer les violations des droits du Maroc, qui continue de nier le référendum d’indépendance, promis en 1991: c’est ce qui se passe

L’escalade de la violence et des représailles dans les territoires du Sahara occidental s’est intensifiée avec la rupture du cessez-le-feu en novembre 2020. Le 30 mars, les unités populaires de l’Armée populaire de libération sahraouie ont bombardé certains emplacements stratégiques marocains situés le long du mur. Et entre le 7 et le 8 avril « le chef d’état-major de la gendarmerie du Front Polisario ( le mouvement indépendantiste du Sahara occidental, ndlr ), Addah Al-Bendir , a été tué par une attaque de drone marocain à Tifariti, dans la zone libérée du Sahara occidental », comme le rapporte Mustafa Salma, ancien chef de la police du Front Polisario.

Les attaques de l’armée sahraouie se poursuivent sans relâche au rythme d’au moins une par semaine et le nombre de victimes causées par ces actions est inconnu. En revanche, ce qui est préoccupant, ce sont les représailles contre les militants pour les droits du peuple sahraoui qui subit les violences des autorités marocaines .

Mohamed Lamin Haddi, journaliste détenu depuis 2010

Mercredi 31 mars, l’Association des immigrés sahraouis de la ville espagnole de Cantabrie, ainsi que d’autres associations, par un communiqué, ont appelé à la fin de la répression des citoyens sahraouis par le Maroc, dénonçant le cas du journaliste sahraoui Mohamed Lamin Haddi.

Le 13 janvier, Haddi a entamé une grève de la faim qui a été interrompue il y a quelques jours par les autorités marocaines, qui lui ont imposé de la nourriture. Le cas de Lamin Haddi, emprisonné depuis 2010 et condamné à 25 ans pour crimes politiques , a été porté à l’attention du Parlement européen avec une question spécifique dans laquelle il a demandé comment l’accord entre l’Union européenne et le Royaume-Uni pouvait être concilié. du Maroc avec le fait que les droits du peuple sahraoui sont continuellement violés.

Sultana Khaya: une femme à la pointe des droits sahraouis

Les médias locaux insistent également pour dénoncer les attaques contre la militante sahraouie Sultana Khaya . Femme qui continue de manifester pour les droits de la population sahraouie. La dernière attaque ne remonte qu’au lundi 29 mars. Pas une attaque physique, mais la déconnexion du courant de la maison afin qu’il ne puisse pas communiquer avec l’extérieur.

Sultana Khaya, présidente de la Ligue sahraouie pour la défense des droits de l’homme et la protection des ressources naturelles et membre de la Commission sahraouie contre l’occupation marocaine, a été blessée au visage et aux yeux le 13 février après avoir été frappée par un jet de pierres par des Marocains. forces de sécurité.

Avant cela, une autre agression a eu lieu le 19 novembre de l’année dernière et impliquait également la mère et la sœur de 85 ans. Son cas est surveillé par Human Rights Watch . «Les autorités marocaines – a déclaré Eric Goldstein , directeur par intérim de l’ ONG pour le Moyen-Orient et l’ Afrique du Nord – peuvent ne pas aimer les opinions indépendantistes et le style droit de Sultana Khaya. Pourtant, parler paisiblement reste son droit et rien ne justifie le blocage de sa maison sans aucune raison ».

Human Rights Watch a mené une enquête sur les limitations de liberté imposées au militant en reconstituant toutes les attaques subies. La réponse de la délégation interministérielle du Maroc a été qu’il n’y avait pas de limitation de la liberté, mais a simplement été exhortée à respecter les mesures imposées par la pandémie.

Celui du respect des mesures anti Covid est apparu au président de Human Rights Watch comme une excuse:

« Le harcèlement constant de la police autour de la maison de Sultana Khaya montre comment le Maroc veut maintenir la pression, même psychologique, sur ceux qui refusent sa revendication de souveraineté sur le Sahara Occidental ».

En bref, dans cette bande de terre, il ne semble pas y avoir de paix et les débouchés diplomatiques ne présagent rien de bon.

Sahara occidental: l’ONU, le Polisario, espèrent un État indépendant et l’histoire d’une guerre oubliée

Le territoire est attractif car il est riche en phosphates et une zone de pêche et les milliers et milliers de jeunes sahraouis qui ont grandi dans les leaders réfugiés du désert voisin d’ Algérie en paient le prix . La majeure partie du Sahara occidental est sous contrôle marocain depuis que l’ Espagne , ancien administrateur colonial du territoire, s’est retirée en 1975 .

En 1991 , le Maroc et Fonte Polisario , une organisation militante et un mouvement politique au Sahara occidental pour le droit à l’autodétermination, ont convenu d’un cessez -le- feu négocié par les Nations Unies dans le but de conduire au référendum sur l’autodétermination. Référendum qui n’a jamais eu lieu .

Le Maroc considère le Sahara occidental comme une partie intégrante du Royaume et rejette les revendications d’un vote d’autodétermination qui inclurait l’indépendance comme option. En fait, aujourd’hui, une guerre oubliée par les médias internationaux se déroule dans cette bande d’Afrique .

La situation actuelle: les associations italiennes au Sahara Occidental

En Italie, il existe au moins soixante-dix associations qui suivent de près l’évolution de la situation au Sahara Occidental. L’association Jaima Sahrawi de Reggio Emilia est l’une des plus actives notamment dans le camp de réfugiés de Tindouf, qui a désormais dépassé les 200 000 présences.

«Ces dernières années, nous avons travaillé dur, obtenant d’excellents résultats, en particulier avec les plus jeunes garçons. Malgré mille difficultés, l’école fonctionne et la plupart des jeunes grandissent en apprenant deux langues, l’arabe et l’espagnol », explique la présidente Caterina Lusardi .

Elle dit que la dernière fois qu’elle s’est rendue à Tindouf, c’était en janvier de l’année dernière, puis ses voyages ont été suspendus en raison de la pandémie qui, heureusement, ne semble pas avoir créé de graves problèmes pour le chef des réfugiés.

Cependant, les autorités marocaines ne regardent pas favorablement les militants des droits humains et les journalistes . Il y a quatre ans, Lusardi elle-même et d’autres membres de l’association débarqués à l’aéroport de Laâyoune ont été arrêtés dans l’avion par les autorités marocaines et renvoyés. Tout s’est déroulé sans aucune forme de violence physique, mais l’épisode a montré que la présence d’activistes, de volontaires et de journalistes au Sahara Occidental n’est pas bien tolérée par les autorités marocaines.

Carte du Sahara occidental: la carte

Osservatorio Diritti, 12 avr 2021

Etiquettes : Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, ONU, MINURSO,


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image