Maroc : “Soit vous m’achetez les tomates, soit j’envoie les ouvriers.”

Après les déclarations douteuses -pour certains réactionnaires- de Pablo Iglesias et la position neutre de l’Espagne concernant le conflit du Sahara Occidental, puisque le Maroc conditionne ses bonnes relations bilatérales avec l’Espagne à la reconnaissance par l’Exécutif espagnol de sa souveraineté sur le territoire sahraoui, en ligne avec la reconnaissance faite dans le même sens par les Etats-Unis, je veux supposer que cela a à voir avec l’augmentation de la population immigrée traversant depuis l’ancienne province espagnole, je pense que les plans vont dans ce sens. Eh bien, nos politiciens doivent bouger, pour négocier le chantage du “squat illégal” contre le paiement de la dîme ou des avantages politiques, surtout liés à l’ancienne province espagnole. Mais, depuis le règne d’Hassan II, non seulement les ministres espagnols, mais aussi les commissaires européens, chéquier en main, se rendent à Rabat, d’abord chaque année, puis tous les six mois et maintenant tous les trois mois.
Un chantage, l’immigration et la pression frontalière, deux concepts que Garcia-Margallo a reconnu à la télévision de Melilla, dans Cerrados, le programme d’Alberto Benzaquén, selon Mah Iahdih Nan et Lehbib Abdelhay dans son article, affirmant l’ancien ministre que, ” le Maroc a répondu en fermant les frontières avec Ceuta pour étouffer l’économie de la ville autonome espagnole “, lorsque certains membres de Podemos de la coalition gouvernementale ont rencontré des membres du Front Polisario.
Le gouvernement marocain, dirigé par une monarchie omnipotente présentant certains traits d’ouverture politique, économique et sociale, tente de noyer l’Europe en introduisant la migration, en déchargeant “le marécage” selon sa stratégie internationale. Un réservoir qu’il remplit avec l’eau de différents fleuves guinéens, sénégalais, mauritaniens… De cette façon, il obtient son armée migratoire, la plus puissante pour accéder à ce qu’il veut, produisant une source de revenus avec d’énormes bénéfices, poursuivant ainsi les méthodes utilisées par son défunt père. Par exemple, lorsque le conflit du Sahara s’est terminé, il avait beaucoup de “têtes rondes”, ses sujets, ce qui a provoqué l’une des premières vagues de migration massive vers l’Europe. Souvenons-nous de son expression menaçant l’Union européenne, lorsqu’elle ne voulait pas acheter des tomates du Maroc, il a lancé un ultimatum : ” soit vous m’achetez les tomates, soit j’envoie les travailleurs “, finalement l’Europe a gardé les deux, les tomates et les travailleurs depuis l’année 1990, moment où la torture de l’immigration illégale a commencé, d’abord de l’Espagne et ensuite de l’Europe.
Son fils, de notoriété publique, sempiterno vacancier du palais de Rincón, aime se promener dans la baie sud avec son bateau de plaisance ou son jet ski et, le 7 août 2014, a eu un incident -connu de tous- avec un contrôle du Service maritime de la Garde civile de Ceuta (SEMAR). Je ne me tromperais pas en pensant que cela a ouvert la clé du marais migratoire : cinq jours plus tard, le 12 exactement, a eu lieu la plus grande avalanche d’Andalousie, en provenance des côtes marocaines. “La riposte a duré trois jours en envoyant des pateras”, selon Margallo. Cette histoire grotesque s’est terminée par un voyage du ministre au Maroc en guise d’excuses, qui n’a eu aucun effet. Ce fait est relaté par Fernández Díaz dans ses mémoires, intitulées “Cada día tiene un afán” (Chaque jour a un empressement). Je ne vais pas entrer dans les détails des demandes du monarque à l’Espagne, ou je dois vous rappeler l’hélicoptère espagnol qui a survolé le yacht de la famille royale alaouite à Al Hoceima en 2010, entre autres. Rappelons également que le mois suivant, les protestations de Rabat ont commencé, car la police espagnole maltraitait ses sujets à la frontière. Je vous assure qu’il s’est trompé de police. Eh bien, c’est à cause de l’abandon présumé de huit immigrants subsahariens en “mauvaise santé” par la Garde civile devant leurs côtes. Et quelle coïncidence que les produits espagnols aient été bloqués à la frontière, également par la Coordinadora de la Sociedad Civil en el Norte de Marruecos (CSCNM) et le Comité Nacional para la Liberación de Ceuta y Melilla (CNLCM).
Mais la libération des Marocains a pris fin lorsque l’Espagne a accordé des visas à Zapatero (600 000 sur 800 000), ce qui a permis aux Marocains d’entrer en Espagne sans avoir à le faire dans de petites embarcations, bar gratuit dans les consulats pour obtenir des visas, mais le Majzén a dû réinventer l’affaire pour faire pression sur l’Europe en ne recevant pas les lezdas. C’est ici que commence la deuxième étape du chantage migratoire.
Je pourrais m’étendre sur ce sujet, qui est parfaitement documenté dans un article de Lehbib Abdelhay et Lehbib Abdelhay, dans lequel il parle également d’une compagnie aérienne dont les vols étaient : “des vols aller chargés de résine de cannabis et des vols retour chargés de candidats à l’émigration”.
Comme la route du détroit de Gibraltar a été fermée à l’immigration irrégulière avec un pot-de-vin précédent de 208 millions d’euros, maintenant le corridor d’entrée par les îles Canaries est déplacé, pour voir ce qui peut être fait, qui a introduit de la côte atlantique marocaine plus de 18.400 immigrants irréguliers en 2020. D’importantes villes et villages parmi eux sur la côte du Sahara occidental, comme Sidi-Ifni, Guelmin et Tan Tan, sont les routes choisies par les Sahraouis et les Marocains principalement, étant les îles les plus proches, Fuerteventura et Lanzarote. De Tarfalla, El Aaiún, Boujdour font les Sahraouis et subsahariens, qui peuvent choisir entre Gran Canaria ou Fuerteventura, la même chose qu’à Dakhla, avec le danger que cette traversée due aux courants marins est où plus de décès ont été enregistrés.
Tout au long de l’année 2020, les ports où les journalistes ont été le plus gênés sont ceux des îles Canaries, Almeria et Carthagène, ces deux derniers étant ceux où l’accès a été le plus fréquemment refusé. Les ports de Melilla et de Ceuta présentent également des obstacles à l’accès de la presse, comme le dénoncent depuis un certain temps les journalistes syndiqués qui vivent dans ces villes. Ce chiffre s’élève à 50% si l’on inclut les plaintes des photographes de Ceuta qui ont été affectés par ces mesures. Les autorités ont imputé les obstacles et les problèmes d’accès aux ports à la crise sanitaire, ont rapporté les journalistes.
Alors que l’Espagne donne au Maroc 130 véhicules d’une valeur de 8,6 millions d’euros en plus de ceux déjà envoyés en 2016 et 2006, pour contrôler les flux migratoires à ses frontières, et il faut passer par Tanger, vous savez pourquoi, elle ne veut pas qu’ils passent par Ceuta et Melilla parce que “ce sont des villes occupées”.
Le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, s’était rendu à Rabat, où il a rencontré son homologue marocain, Abdelouafi Laftit, dans le but de renforcer et d’accroître la coopération entre les deux pays en matière de politique migratoire, notamment sur la route de la côte atlantique vers les îles Canaries. Et dans le cadre des objectifs de cette politique, l’Espagne coopère avec les pays des flux migratoires, pour lesquels elle renforcera la frontière marocaine avec des caméras thermiques et des visières de nuit pour un montant de 10,6 millions d’euros.
Cette route a déjà commencé à bénéficier de la tirelire espagnole, la vice-présidence pour les droits sociaux, a fourni un fonds extraordinaire de 10 millions d’euros pour les soins de la région MENA. Aussi, le gouvernement central s’est engagé à les transférer aux communautés autonomes, afin que la solidarité soit activée dans la réception de ceux-ci dans d’autres régions. Non, désolé, je n’allais pas avec vous, je répondais à mon autre blogueur, qui lit ma partie de l’article et il me dit que le Maroc sera déduit de ceux qui sont envoyés, que cela compte aussi comme, comme …, et j’avale.
En parlant de manger, d’avaler et de digérer, ce sont les déclarations d’un média marocain qui dans ses publications utilise l’attirail de la clameur au régime et a eu l’impudence de nous donner des classes d’égalité, de traitement et de tragédie, lorsque l’Espagne a “mendié” un couloir humanitaire pour ne pas ancrer dans les villes autonomes à ses sujets transfrontaliers, indépendamment des dépenses qui ont causé leur déplacement et leur entretien, les éclairés de ce média révise que :
“Malgré la décision prise par notre pays au cours du mois de juillet dernier d’ouvrir exceptionnellement les frontières aux Marocains bloqués à l’étranger, la tragédie de certains citoyens bloqués dans les villes occupées de Ceuta et Melilla se poursuit. Au contraire, ils vivent, surtout les femmes, dans des conditions très difficiles, ce qui était considéré comme une insulte aux femmes”.
Le Maroc n’est pas un bon voisin de l’Espagne, comme il l’a démontré par ses constants affronts et hostilités à la souveraineté nationale, il y a les dernières déclarations du premier ministre marocain sur son intention d’annexer les villes autonomes. Le royaume alaouite est en traces d’expansion à moyen/long terme, à commencer par l’asphyxie économique des villes autonomes avec la fermeture de la frontière. Depuis le Maroc a averti que son entéléchie d’annexion motivée par l’augmentation de la population musulmane à Ceuta n’a pas fonctionné. Les musulmans de Ceuta et Melilla sont et se sentent espagnols. Seule une petite minorité peut avoir un certain sentiment pro-marocain. La religion ou la culture ne doivent pas être confondues avec la nationalité. Une grosse erreur du plan marocain original. Ceuta et Melilla ne sont pas seulement espagnoles mais européennes.
Et en parlant de l’Europe, soit les Européens paient l’éternel tribut au Maroc, soit ils le sanctionnent en suspendant les aides en cas d’arrivée de migrants ou de drogue, le contraire de maintenant qui le récompense pour son chantage. Cette mesure devrait être étendue ou appliquée aux pays qui rejoignent déjà le wagon du Makhzen, pour demander leur part du gâteau de l’aide européenne à l’immigration.
Mais attention, le Maroc est entouré de pays ou de territoires en conflit. Au nord par les indépendantistes du Rif, à l’ouest par l’Algérie et la République arabe sahraouie démocratique, et au sud par le conflit autour du col d’El Guerguerat. Quel cocktail explosif qui, s’il est trop secoué, pourrait exploser dans ses mains ou enflammer la mèche.
Cependant, le royaume alaouite s’est jeté dans les bras des Américains, principal fournisseur d’armes et d’équipements militaires aux Forces armées royales, et les deux pays ont signé le 2 octobre 2020, dans la capitale Rabat, un traité intitulé “Feuille de route pour la coopération en matière de défense 2020-2030 entre le Royaume du Maroc et les États-Unis d’Amérique”. Et ils effectuent des manœuvres navales avec les Américains, juste au large des côtes des Canaries.
Les journalistes français Cathérine Graciet et Éric Laurent, proposent le visage inconnu de Mohamed VI, dans le livre “Le Roi Prédateur”. Saisir le Maroc”, publié aux éditions du Seuil (2012), où ils décortiquent l’augmentation rapide de la fortune de Mohamed VI pour devenir, en 2008, le septième monarque le plus riche du monde. <>>, publié par El País le 26 février 2012.
Bien qu’en Espagne, à l’exception de nombreuses considérations, nous avons un monarque de campagne qui nous a également laissé de grands moments pour la postérité.
Nous terminons cette chronique par les événements funestes qui se déroulent jour après jour sur la côte canarienne, où un peuple qui, en d’autres temps, ne souffrait pas de la faim, succombe aujourd’hui à la crise sanitaire, devient des mariés de la mort, afin d’obtenir un avenir de bien-être pour leurs familles dans notre pays. Dans une Espagne où la jeunesse -qui pousse- remet en cause la valeur de la monarchie, dans une Europe noyée. Par exemple, en Allemagne, 3 451 000 chômeurs, selon Eurostat, et de plus en plus de personnes âgées avec de maigres pensions ou de citoyens avec des emplois précaires et des revenus insuffisants pour couvrir les frais de logement, d’électricité, de chauffage et autres factures.
En mémoire de ces “travailleurs”, qui sont des “dommages collatéraux” du système, se trouve cet article.
Bloggers des frères D’Lápiz
L’âme et l’âme
CEUTA TV, 11 avr 2021
Etiquettes : Maroc, Espagne, tomates, migration, Union Européenne, Europe, chantage, Sahara Occidental, souveraineté marocaine,