Les nostalgiques de l’Algérie française ne désarment pas : Guillaume Bigot ou le racisme à fleur de peau

Il est difficile de croire que les partisans de l’Algérie française ont encore de la rancœur plein l’esprit et n’ont pas désarmé. Près de six décennies après l’indépendance de l’Algérie, il se trouve encore des voix, à l’instar du chroniqueur de Cnews, Guillaume Bigot, qui font encore l’apologie de la colonisation et qui nous appellent à louer « les bienfaits civilisationnels » de la présence française en Algérie.

Au moment où une volonté, des deux bords, est exprimée pour dépassionner les relations entre la France et son ancienne colonie et au moment où l’Algérie a clairement affichée sa volonté de tisser des relations apaisée avec l’ancien colonisateur, des rejetons de Jouhau, Salan et autres aigris et partisans de l’OAS, pérorent sur les toits en affirmant que les Algériens doivent être fiers d’avoir été colonisés par la France. Rien que ça !

Ce politicard qui semble dépourvu de la notion des intérêts suprêmes de l’État aurait dû s’épargner cette sortie impromptue qui risque de porter un sérieux coup aux efforts de normaliser les relations entre les deux pays. Il serait naïf de croire que c’est une simple méprise. C’est un coup savamment calculé par les milieux de droite et d’extrême droite qui sont déjà en campagne pour les élections régionales et pour la réélection d’Emmanuel Macron. Ces derniers ont trouvé en les anciennes colonies leur souffre-douleur qu’ils n’hésitent pas à malmener quand leur cote est au plus bas dans les sondages.

Actuellement c’est une véritable campagne de séduction qui est lancée à l’adresse des français de la classe moyenne pour tenter de gagner leurs voix et barrer la route devant la montée en puissance du clan Le Pen, Marine et sa nièce qui sont des nostalgiques avérées de l’Algérie française. La méthode est très simple pour ces politicards : se montrer plus extrémistes que les extrêmes.

Ces déclarations sont une façon de détourner les regards des Français des véritables problèmes qu’ils vivent. La pandémie et sa gestion au coût social et économique très élevé, le mouvement des gilets jaunes qui a rassemblé toutes les victimes de la politique de Macron, les élections pour le renouvellement de l’Assemblée européenne et la montée des nationalismes qui risquent de faire imploser l’Union déjà fragilisée par la sortie de la Grande Bretagne.

Actuellement, soixante ans après l’indépendance, le discours des franco-centristes et des nostalgiques de la colonisation n’est plus porteur, car la société française a mué et compte aujourd’hui des français issus de mariages mixtes de français ou françaises avec des émigrés ou leurs descendants des anciennes colonies. C’est même une tare et un accident de l’Histoire que certains citoyens français tentent d’oublier et d’effacer de la mémoire collective. Il y a quelques mois, des français ont demandé de débaptiser des rues et des places qui portent les noms d’anciens officiers de l’armée coloniale et des négriers.

Vouloir aujourd’hui faire croire aux Algériens que la colonisation avait ses bienfaits c’est feindre d’oublier les crimes contre l’humanité commis au nom d’une colonisation vantée, encore aujourd’hui, par les nostalgiques. La colonisation c’est avant tout un corps expéditionnaire, débarqué à Sidi Fredj un mois de juillet 1830, armé jusqu’aux dents. Ces soldats ont tué, blessé, mutilé, déporté, brûlé des récoltes et commis les pires crimes contre l’humanité. La colonisation c’était une tentative d’exterminer les populations autochtones.

La colonisation c’étaient les enfumades et c’étaient les massacres du 8 mai 1945. Que reste-t-il alors aux Algériens pour remercier la France et son œuvre civilisationnelle dans leur pays ? Les politiciens français devraient construire leur argumentaire en s’appuyant sur les difficultés que vit leur concitoyen Lambda. Mais convoquer à chaque fois leur passé de puissance coloniale pour tenter de rameuter leur électorat, comme l’a fait le chroniqueur de CNews, Guillaume Bigot, est un coup qui ne porte pas aujourd’hui car les crimes commis par leur armée sont revenus les éclabousser en plein visage.
Slimane B.

Le Courrier d’Algérie 13 avr 2021

Etiquettes : Algérie, France, colonisation, RN, extrême droite,