Espagne : les manoeuvres des Etats-Unis et du Maroc ne contribuent en rien à la stabilité du Sahara Occidental, selon un parti politique canarien

Nueva Canarias dénonce que les manoeuvres des Etats-Unis et du Maroc ne contribuent en rien à la stabilité du Sahara Occidental.

Son porte-parole parlementaire, Luis Campos, propose que l’archipel devienne une plateforme de paix et met en cause le gouvernement de l’État pour avoir évité d’exiger des explications du royaume alaouite en l’absence d’informations.

Nueva Canarias (NC) a dénoncé et rejeté les récentes manœuvres militaires conjointes des États-Unis et du Maroc à proximité de l’espace aérien et maritime des îles et celles qui, pour la première fois, auront lieu sur le territoire du Sahara occidental en juin prochain. Le porte-parole parlementaire du NC, Luis Campos, a condamné le fait que les gouvernements des Canaries et de l’Etat n’aient pas été informés, tout en censurant la maladresse d’opérations qui ne contribuent en rien à la stabilité du Sahara occidental et de ses environs. Le leader des nationalistes progressistes a proclamé le principe statutaire qui définit les îles Canaries comme une plate-forme de paix et a mis en cause le ministère des affaires étrangères pour avoir évité de demander des explications au royaume alaouite pour l’absence de toute communication.

Par le biais d’une question orale en commission au ministre de l’Intérieur, du Développement autonome, de la Justice et de la Sécurité, Julio Perez, le porte-parole parlementaire du NC a abordé le manque d’information sur les exercices militaires qui, fin mars dernier, ont été menés par les deux pays avec des navires situés à seulement 100 miles des côtes de Lanzarote et par des vols d’avions de chasse à 50 miles de La Graciosa. Ces activités ont également contraint à détourner certains vols commerciaux à destination et en provenance de Gran Canaria.

Campos a rejeté et condamné ces opérations, d’autant plus qu’elles ont eu lieu à un moment « particulièrement délicat », en raison du conflit armé, la guerre entre le Maroc et le Front Polisario.

Pour Campos, du point de vue diplomatique, c’est aussi une « maladresse » des États-Unis qui contribue à l’escalade de la tension subie après la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, annoncée en décembre dernier par le président Donald Trump.

Une situation qui acquiert « malheureusement » une « énorme gravité », a-t-il averti, avec les prochaines manœuvres militaires conjointes, appelées African Lion, prévues entre le 7 et le 18 juin et qui incluront, cette année pour la première fois, le territoire occupé du Sahara occidental, à proximité de la zone libérée et des camps de Tindouf. Campos a dénoncé le fait qu’ils ne contribueront en rien à la stabilité de la zone.

Après avoir condamné le fait que les gouvernements des Canaries et de l’État n’aient pas eu connaissance des manœuvres du mois de mars dernier pour  » du bon sens et de la diplomatie bien comprise  » ; le leader du CN a fait allusion aux articles 37.11 et 11.3 du Statut qui proclament les Canaries comme une plateforme de paix et de solidarité et la responsabilité de ses autorités publiques de veiller à la tolérance et à la coopération pour le développement avec les pays voisins, géographiquement ou culturellement, entre autres.

Comme « surprenant » a défini le leader de NC que le ministère des Affaires étrangères a évité d’exiger des explications au Maroc, comme il l’a fait avec les États-Unis et sur la base des relations de bon voisinage, par l’absence d’information et d’invoquer l’opportunité d’assurer la communication et la coordination.

Nueva Canarias, 6 avr 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Iles Canaries, Sahara Occidental, Etats-Unis, exercices militaires, Nueva Canarias,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image