Tous Pourris Pourquoi la France est-elle si sceptique à l’égard des vaccins ?


Natasha Livingstone

Natasha Livingstone explore la prévalence des sentiments anti-vaxxers au sein de la population française et son lien potentiel avec les accusations de corruption très médiatisées dont font l’objet les personnalités politiques du pays.

En novembre dernier, un documentaire est devenu « viral » sur les médias sociaux français. Mettant en scène des scientifiques, des chercheurs et un ancien ministre de la santé – qui a déclaré par la suite qu’il n’était pas au courant de la thèse du film et s’en est dissocié – Hold-Up affirmait que le coronavirus avait été créé pour que le « Nouvel ordre mondial » puisse asservir l’humanité. Le film remettait également en question l’utilité des masques de protection et l’utilité des vaccins.

En ce qui concerne la désinformation sur la pandémie, le contenu de ce documentaire n’était pas particulièrement nouveau. Comme dans d’autres pays, le sentiment anti-vaxx en France a suscité des craintes que les vaccins ne soient pas sûrs ou qu’ils créent des citoyens de seconde zone et une dictature de la santé.

Mais des millions de Français ont regardé ce documentaire – et l’on craint que son succès ne soit un symptôme du sentiment anti-vaxxiste de masse dans le pays.

Une étude Ipsos-World Economic Forum publiée en décembre indiquait que seuls 40 % des Français avaient l’intention de se faire vacciner contre le COVID-19. Une étude publiée en février prévoyait que près de 30 % de la population française en âge de travailler refuserait catégoriquement le vaccin. Une telle hésitation n’est pas propre au coronavirus, une enquête du Wellcome Trust portant sur 140 pays classant la France comme le pays le plus sceptique au monde en matière de vaccins dès juin 2019.

Mais pourquoi est-ce le cas ?

Une crise politique
Pour commencer, plusieurs ministres ont été accusés d’homicide involontaire après que les autorités sanitaires ont sciemment distribué des produits sanguins contaminés par le VIH à des hémophiles dans les années 1980.

Lors de l’épidémie de grippe porcine de 2009, le gouvernement français a également été accusé de privilégier les grandes entreprises pharmaceutiques en dépensant 780 millions de livres sterling pour 94 millions de doses de vaccin, alors que seulement six millions de personnes ont été vaccinées. Le professeur Jocelyn Raude, de l’École des hautes études en santé publique, a déclaré au Guardian que cette débâcle avait contribué au scepticisme à l’égard des vaccins.

Une autre façon d’expliquer cette disparité est de poser la question suivante : auriez-vous un avis différent sur une campagne de vaccination gérée par l’État si Theresa May ou David Cameron venaient d’être condamnés à une peine de prison pour corruption ?

Début mars, Nicolas Sarkozy, président français de 2007 à 2012, a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, pour avoir tenté de corrompre un juge. Il fait également l’objet d’enquêtes liées à des allégations distinctes. Son prédécesseur, Jacques Chirac, a également été condamné à deux ans de prison avec sursis en 2011 pour avoir détourné des fonds publics lorsqu’il était maire de Paris.

Parmi les condamnations plus récentes pour corruption figurent l’ancien ministre de la Défense François Léotard, François Fillon, ancien Premier ministre de Sarkozy et candidat à l’élection présidentielle de 2017, Jérôme Cahuzac, ancien ministre socialiste du Budget, Claude Guéant, ancien chef de cabinet de Sarkozy, et Patrick Balkany, ancien député du parti de Sarkozy et ancien maire de la banlieue parisienne.

Selon Philippe Marlière, professeur de politique française et européenne à l’University College de Londres, les hommes politiques français ne sont pas soudainement devenus corrompus. Ils font désormais l’objet d’une surveillance accrue de la part d’une génération de juges plus jeunes et moins respectueux.

Avant, dit-il, « on avait cette idée que, quoi que fassent les hommes politiques en France, ils étaient au-dessus des lois et que rien ne pouvait leur arriver. Le public était très sceptique et pensait qu’ils étaient corrompus, mais ne pensait pas que quelque chose pourrait leur arriver. »

Le professeur Marlière a ajouté que le gouvernement du président Macron a été perçu par les critiques comme étant du mauvais côté des récents scandales. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, dont le rôle est de lutter contre la corruption, a déclaré son « soutien amical » à Sarkozy quelques minutes après l’annonce de sa peine de prison et a lui-même été interrogé par des magistrats sur des allégations de viol.

Il est peu probable que cette série d’affaires ait renforcé la confiance du public dans le gouvernement français qui, selon une enquête publiée en février par l’université française Sciences Po, n’a pas dépassé 35 % depuis plus de dix ans. Plus inquiétant encore, cette méfiance se manifeste de plus en plus par une hésitation à se faire vacciner.

« Si je ne crois pas que la méfiance des Français à l’égard des vaccins puisse être directement attribuée à des affaires de corruption spécifiques, je pense en revanche qu’elle est directement liée à une ‘crise politique’ française latente », déclare Laurent-Henri Vignaud, un historien qui a récemment rédigé une histoire du mouvement anti-vaxxer en France.

« Une atmosphère générale de tous pourris ne facilite pas la confiance dans le vaccin, qui est essentiellement un médicament d’État, recommandé et administré par l’État à l’échelle nationale. »

Le professeur Marlière abonde dans le même sens : « N’oubliez pas que, lorsque la pandémie a commencé, elle a mis fin au mouvement des Gilets jaunes qui a duré deux ans et qui consistait en fait à contester le gouvernement pour son manque de transparence. Être anti-vaccination est une façon de dire ‘quoi que le gouvernement dise ou fasse, je ne lui fais pas confiance pour nous dire la vérité’. C’est plus courant en France qu’en Grande-Bretagne et donc probablement plus dangereux. Globalement, le mouvement anti-vax reflète un manque de confiance dans les paroles et les décisions du gouvernement. »

Dans ce contexte, une série de volte-face embarrassantes sur le vaccin AstraZeneca peut rapidement alimenter les craintes de corruption et d’incompétence de l’État. Un certain nombre de messages sur les médias sociaux ont spécifiquement visé AstraZeneca, certains affirmant que le Premier ministre français Jean Castex était « pourri » et « corrompu » pour avoir promu le vaccin de la société. En effet, un récent sondage a révélé que seulement 20 % du public français lui faisait confiance, contre 80 % des Britanniques.

Pour M. Vignaud, la capacité des anti-vaxxers à porter atteinte au programme français de vaccination COVID-19 est toutefois mineure comparée à « un retard de livraison, un mot de travers d’un ministre, un usage frivole du principe de précaution [pierre angulaire de la réglementation européenne qui met l’accent sur la prudence], un désaccord entre États ou une erreur de fabrication par un laboratoire particulier ».

À ce jour, environ sept millions de personnes ont reçu une première dose en France, contre plus de 30 millions au Royaume-Uni. La bonne nouvelle est que, malgré les prévisions pessimistes concernant la volonté de se faire vacciner, 91 % des résidents des maisons de retraite françaises ont été vaccinés, ce qui soutient la comparaison avec le chiffre équivalent en Angleterre, qui est d’environ 93 %.

Mais certains observateurs ne sont pas optimistes quant à la suite des événements. Michaël Schwarzinger, chercheur au CHU de Bordeaux et auteur principal d’une étude récente sur l’hésitation à se faire vacciner en France, a récemment déclaré à The Atlantic : « Nous n’arriverons pas à l’immunité de groupe avec la vaccination. Il n’y a qu’une seule alternative – et si ce n’est pas avec un vaccin, c’est par l’infection. »

Peut-être que la phrase de Sarkozy représente une nouvelle culture politique qui examinera plus efficacement, et donc préviendra, la corruption et pourrait à long terme conduire à une plus grande confiance, y compris dans les campagnes de santé publique.

Quoi qu’il en soit, les dommages causés par les allégations de corruption politique généralisée en France devraient servir d’avertissement à ceux du Royaume-Uni, où des allégations d’irrégularités dans l’attribution de contrats gouvernementaux ont amené certains à se demander si les ministres n’ont que les meilleurs souhaits de leurs citoyens à cœur.

Byline Times, 7 avril 2021

Etiquettes : France, «Tous Pourris», coronavirus, covid 19, pandémie, vaccin, vaccination, Emmanuel Macron,