L’agitation en Ukraine reflète l’histoire de l’Europe

Par Arthur I.(*)

Une fois de plus, l’Ukraine apparaît comme un foyer de tension entre la Russie et les États-Unis ainsi que l’Europe. Un cessez-le-feu toujours incertain a été rompu et des mouvements très importants de troupes russes dans la région accompagnent désormais des combats sporadiques.

En outre, Moscou déclare et signale par ailleurs que les relations diplomatiques avec l’Occident en général, et les États-Unis en particulier, se détériorent sérieusement, voire dangereusement. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, a déclaré que les relations avec Washington avaient « touché le fond ».

Moscou n’a pas l’intention dans l’immédiat de renvoyer l’ambassadeur aux États-Unis, Anatoly Antonov, dans ses fonctions. M. Antonov a pris le chemin du retour après que le président Joe Biden a déclaré publiquement que le président russe Vladimir Poutine « est un tueur ».

Les chasseurs à réaction de l’OTAN se sont brouillés à de nombreuses reprises à la fin du mois de mars. Ils ont suivi un nombre exceptionnellement élevé d’avions militaires russes apparaissant au-dessus de la mer Baltique, de la mer Noire, de la mer du Nord et de l’océan Atlantique Nord.

Le 2 avril, le président Biden s’est entretenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le secrétaire d’État Antony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan sont en bon contact avec leurs homologues ukrainiens. Le président des chefs d’état-major, le général Mark Milley, s’est entretenu au téléphone avec ses homologues russe et ukrainien.

L’Ukraine combat les forces séparatistes dans les régions orientales de Donetsk et de Louhansk depuis 2014, lorsque la Russie a brusquement annexé la Crimée. L’Union européenne a servi de médiateur pour une trêve, qui a apporté un calme passager, en particulier dans la capitale, Kiev.

Depuis l’annexion, des centaines de Criméens ont été emprisonnés, accusés d’espionnage pour le compte de l’Ukraine. Parmi eux figure au moins une femme d’une soixantaine d’années, identifiée uniquement par une initiale et non par son nom.

La violence persistante en Ukraine est le reflet d’une lutte d’alliance et d’influence plus large entre la Russie et l’Occident. Moscou a initialement bénéficié d’une forte influence, mais depuis 2014, l’Ukraine a évolué dans la direction opposée.

L’adhésion à l’UE se profile à l’horizon, et la coopération avec l’OTAN se développe. En juin 2020, l’Ukraine a rejoint un programme de partenariat de l’OTAN, et le gouvernement fait un lobbying intense pour une adhésion complète à l’alliance cette année.

Les dirigeants occidentaux doivent condamner les violations des droits de l’homme, mais une politique efficace nécessite une appréciation du contexte historique général. La guerre à mort avec l’Allemagne nazie a eu un impact profond et continu sur la Russie, y compris sur la génération actuelle. Le totalitarisme a alimenté les angoisses traditionnelles concernant le territoire et la sécurité nationale.

Les fonctionnaires de l’administration de George W. Bush, au discours musclé, ont fait pression pour l’expansion de l’OTAN vers l’est, y compris l’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine. Il n’est pas surprenant que la Russie se soit alarmée.

Au cours de cette période, la Géorgie a lancé une attaque militaire contre l’Ossétie du Sud séparatiste. En réaction, l’armée russe, en 2008, a envahi le pays. Le président français Nicolas Sarkozy a négocié le cessez-le-feu. L’administration Obama a judicieusement mis fin à l’accent mis par l’administration Bush sur l’expansion de l’alliance vers l’est.

Historiquement, l’Ukraine et la Géorgie sont liées à la Russie de manière complexe. Le début de la révolution russe en 1917 a déclenché des mouvements d’indépendance. Après des années de lutte, l’Ukraine a fini par être absorbée par la nouvelle Union soviétique.

Moscou a imposé la collectivisation des fermes, ce qui a entraîné une grande dislocation de la population. L’Ukraine a également été la cible de vastes purges staliniennes et de famines massives forcées. Les autorités russes suppriment toujours les informations sur cette période.

L’Atlantic Council est aujourd’hui l’une des sources les plus impressionnantes d’analyse politique sur un large éventail de sujets, dont les développements actuels en Ukraine. Accédez à leur rapport sur l’administration Biden et l’Ukraine : https://www.atlanticcouncil.org/in-depth-research-reports/issue-brief/biden-and-ukraine-a-strategy-for-the-new-administration.

Les États-Unis et leurs alliés doivent rester conscients de l’histoire, tout en démontrant par des actions militaires ainsi que par des déclarations un engagement clair pour la défense de l’Ukraine.

(*) Arthur I. Cyr est Clausen Distinguished Professor au Carthage College et auteur de « After the Cold War » (NYU Press et Macmillan). Contact acyr@carthage.edu.

Imperial Valley Press, 7 avr 2021

Etiquettes : Ukraine, Union Européenne, Europe, UE, Russie, Etats-Unis, Donetsk, Louhansk, Crimée, Kiev,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image