Guterres exhorte à contrer les mouvements motivés par la haine, en évoquant le génocide rwandais.

Alors que le monde marque le triste anniversaire du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda, au cours duquel des Hutus et d’autres opposants au massacre ont également été tués, le Secrétaire général des Nations Unies a appelé à des efforts concertés pour vaincre les mouvements motivés par la haine afin d’éviter que l’histoire ne se répète.

Dans un message commémorant la Journée internationale de réflexion sur le génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda, le Secrétaire général António Guterres a souligné que tout le monde doit « regarder attentivement le monde d’aujourd’hui et s’assurer que nous tenons compte des leçons d’il y a 27 ans ».

Plus d’un million de personnes ont été systématiquement tuées au Rwanda, en l’espace de 100 jours seulement.

« Aujourd’hui, partout dans le monde, des personnes sont menacées par des groupes extrémistes déterminés à renforcer leurs rangs par la polarisation sociale et la manipulation politique et culturelle », a averti M. Guterres, ajoutant que si les technologies et les techniques utilisées par les extrémistes évoluent, les « messages et la rhétorique ignobles restent » les mêmes.

« La déshumanisation des communautés, la désinformation et les discours de haine attisent les feux de la violence ».

Le COVID-19 alimente la discrimination et la polarisation

M. Guterres a souligné l’urgence de s’attaquer aux clivages qui se creusent, notamment en raison de la crise du COVID-19, qui a profondément affecté « tout le spectre » des droits de l’homme partout et alimenté davantage la discrimination, la polarisation sociale et les inégalités, « toutes choses qui peuvent conduire à la violence et au conflit ».

« Nous avons vu ce qui s’est passé au Rwanda en 1994 et nous connaissons les conséquences horribles de la haine », a-t-il déclaré, appelant chacun à défendre les droits de l’homme et à garantir le plein respect de tous les membres de la société.

« En cette journée solennelle, engageons-nous tous à construire un monde guidé par les droits de l’homme et la dignité pour tous », a ajouté M. Guterres.

Les Rwandais se reconstruisent à partir de leurs cendres

Le Secrétaire général a poursuivi en notant qu’après avoir vécu « l’un des chapitres les plus douloureux » de l’histoire humaine moderne, le peuple rwandais a « reconstruit à partir de ses cendres ».

« Après avoir subi des violences et des discriminations sexistes inqualifiables, les femmes rwandaises occupent aujourd’hui plus de 60 % des sièges parlementaires, ce qui fait du Rwanda un leader mondial », a-t-il ajouté, notant également la démonstration par les Rwandais du « pouvoir » de la justice et de la réconciliation.

UN News, 7 avr 2021

Etiquettes : Rwanda, France, génocide, hutus, tutsis,