Voici comment l’armée américaine a volé un hélicoptère soviétique.

En 1988, un hélicoptère soviétique Hind s’est écrasé au Tchad. L’armée américaine a donc cherché à le capturer.

PAR JAMES CHADWELL

La progression de la technologie militaire a toujours été essentielle dans la guerre. Disposer des armes et des armements les plus avancés peut procurer un avantage crucial sur le champ de bataille. Au cours des millénaires passés, la création d’armes en bronze dans la région de la mer Égée a permis aux cultures de la Grèce mycénienne et minoenne de devenir des puissances régionales. Pendant la Première Guerre mondiale, les chars d’assaut britanniques ont permis de sortir de l’impasse de la guerre des tranchées. Aujourd’hui, des drones miniatures offrent aux soldats américains une paire d’yeux supplémentaire.

Dans les années 1980, l’hélicoptère était la pièce de technologie de pointe qui permettait de dominer la guerre. Extrêmement mobile, capable de remplir une variété de rôles allant du transport à l’attaque en passant par l’évacuation sanitaire et presque intouchable par l’armement conventionnel de la première moitié du 19e siècle, la qualité de l’hélicoptère d’une armée pouvait déterminer l’issue d’un conflit. Et dans les années 80, il y avait peu d’hélicoptères plus redoutables que le Mil Mi-24 Hind D soviétique. Bien sûr, face à un ennemi aussi impressionnant, l’armée américaine était impatiente de découvrir le fonctionnement du Hind.

Ainsi, en 1988, lorsqu’un Hind utilisé par l’armée de l’air libyenne s’est écrasé et a été abandonné au Tchad, un complot a été mis au point pour le capturer.

Le Hind

Le Mi-24 Hind D était à la pointe du progrès. Mais s’il était en avance sur tout ce que l’armée américaine avait mis en service à l’époque, il était en fait inspiré par les hélicoptères américains des années 60. Selon Military History Now, son inventeur, Mikhail Leontyevich Mil, a pris note des modèles américains utilisés au Vietnam pour créer le Hind.

L’une des principales avancées du Hind était qu’il combinait pour la première fois plusieurs fonctions. Alors que les hélicoptères américains comme le Bell UH-1 Iroquois (mieux connu sous le nom de Huey) étaient utilisés pour le transport de troupes, l’évacuation sanitaire et les missions d’attaque au sol, chaque mission spécifique nécessitait l’utilisation d’une version spécialisée de l’hélicoptère, et la plate-forme était essentiellement un véhicule de transport. Le AH-1 Cobra était un hélicoptère de combat beaucoup plus efficace, mais son rôle sur le champ de bataille était limité.

Le Hind, en revanche, était capable de servir efficacement tous ces objectifs sans compromis. Ce mastodonte aéroporté pouvait transporter jusqu’à une douzaine de soldats ou plus de deux tonnes de marchandises. Un canon rotatif de 12,7 mm était monté sous le nez dans une tourelle motorisée, deux canons de 23 mm étaient situés sur les côtés du fuselage, et des ports de tir supplémentaires permettaient à l’équipage de l’hélicoptère d’utiliser des armes légères en cas de besoin.

Bien que cela soit déjà suffisant pour fournir un appui au sol, engager un combat aérien ou détruire un char, le Hind pouvait également transporter 3 300 livres de munitions comme des missiles guidés sur des points de montage externes.

La capacité de survie était assurée par le blindage, qui rendait l’hélicoptère résistant aux balles de tous les angles pour des calibres allant jusqu’à 12,7 mm. Le Hind avait également la vitesse de son côté ; c’était l’hélicoptère le plus rapide du monde avec une vitesse de pointe de plus de 200 mph. Le Mi-24 a réellement surpassé ses homologues américains à tous les égards, et il a permis à l’Union soviétique de contrôler le ciel dans un certain nombre de conflits sur plusieurs décennies.

Compte tenu des capacités et des succès du Mi-24, il n’est pas surprenant qu’il ait été adopté par plusieurs autres pays. Rebaptisé Mi-25 pour indiquer qu’il s’agissait d’un modèle d’exportation, l’armée de l’air libyenne a acheté des Hinds aux Soviétiques et les a utilisés dans un conflit avec le Tchad dans les années 80.

La Libye, alors contrôlée par le dictateur militaire tyrannique Mouammar Kadhafi, était déjà intervenue dans les affaires de son voisin du sud, politiquement instable, à la fin des années 70. Pendant la majeure partie des dix années suivantes, les forces libyennes ont soutenu les groupes tchadiens dans leur lutte contre les factions soutenues par la France.

À la fin des années 80, cependant, la plupart des forces tchadiennes se sont unies contre l’occupation libyenne. Les Libyens étant en fuite, les soldats français et tchadiens avaient mis la main sur un Mi-25 abandonné et en parfait état sur une base aérienne déserte.

Malgré le réchauffement des relations américano-soviétiques vers la fin des années 80, il n’était toujours pas question pour les Etats-Unis d’acquérir un Hind pour étude auprès de l’URSS. Comme les Hind n’étaient pas encore sur le marché d’eBay, l’armée américaine devait en obtenir un clandestinement, et l’exemple libyen était un candidat de choix pour la capture. Les Français, qui étaient alors les gardiens de l’hélicoptère abandonné, ont accepté de le remettre à la CIA. Malheureusement, la question de son extraction d’une zone de guerre reste entière.

Le retour

L’armée de l’air libyenne était toujours active dans la région, et les tensions entre les États-Unis et la Libye étaient assez fortes à l’époque en raison d’une attaque terroriste sanctionnée par la Libye qui avait tué des soldats américains et d’une attaque de représailles de l’armée de l’air américaine contre la Libye. Le désert est également connu pour être inhospitalier, et les risques environnementaux avaient joué un rôle important dans la catastrophe de l’Eagle Claw en 1980.

Pour mener à bien cette récupération risquée, la CIA a fait appel au 160e régiment d’aviation d’opérations spéciales, une unité de l’armée de terre fréquemment sollicitée pour des missions de haut niveau, dont le raid qui a tué Oussama ben Laden. Deux MH-47 Chinooks ont été envoyés au Tchad, où ils ont subrepticement pris possession du Hind. Après l’avoir sécurisé sans être détecté par les forces libyennes voisines, les Chinooks ont ramené le Mi-25 en territoire tchadien ami, en faisant la course pour éviter une tempête de sable qui a projeté des débris jusqu’à 3 000 pieds dans les airs.

Enfin en sécurité, les Chinooks et les Hinds ont été chargés sur des avions de transport C-5 Galaxy et ramenés en Amérique. Une fois aux États-Unis, le Hind a été examiné, ses secrets ont été révélés à la CIA et l’histoire du Mi-25 capturé a pris fin.

Hot cars, 5 avr 2021

Etiquettes : Russie, Etats-Unis, Guerre froide, armes, armement, hélicoptère,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image