The Washington Post : Ce qu’il faut savoir sur la Jordanie, l’allié des Etats-Unis

Ce qu’il faut savoir sur la Jordanie, l’allié des États-Unis confronté à une tentative de coup d’État présumée.

Le roi de Jordanie Abdallah II, deuxième à partir de la droite, la reine Noor, veuve du roi Hussein, à droite, et la reine Rania, à gauche, posent pour une photo avec le demi-frère d’Abdallah, le prince Hamzeh bin Hussein, et son épouse, la princesse Basma Otoum, lors de leur cérémonie de mariage au palais royal d’Amman, le 12 janvier 2012. (AFP/Getty Images) (Yousef

Par Miriam Berger

Un complot présumé visant à destituer le roi Abdallah II de Jordanie s’est déroulé samedi, déstabilisant un proche allié des États-Unis au Moyen-Orient.

Suite à ce que la Jordanie a appelé une « menace pour la stabilité du pays », les autorités ont déclaré samedi qu’elles avaient arrêté près de 20 personnes et limité les déplacements de l’ancien prince héritier Hamzeh bin Hussein.

La Jordanie accuse l’ancien prince héritier et de hauts responsables de « promouvoir la sédition » avec un soutien étranger.

Le Royaume hachémite de Jordanie a été épargné par les bouleversements politiques qui ont secoué d’autres capitales du Moyen-Orient au cours de la dernière décennie.

Mais il a été le théâtre de mouvements de protestation en faveur de la démocratie, a souffert économiquement de la pandémie de coronavirus et s’est efforcé d’accueillir plus d’un million de réfugiés déplacés par la guerre en Syrie voisine.

Ce que vous devez savoir sur la Jordanie :

Qui est le roi Abdallah II de Jordanie ?

Le roi Abdallah II, 59 ans, dirige la Jordanie depuis 1999. Sa famille, les Hachémites, remonte au prophète Mahomet.

Abdullah est le fils aîné de feu le roi Hussein de Jordanie et de sa seconde épouse, la princesse Muna. Abdullah est le demi-frère de Hamzeh, qui a été arrêté dans le cadre de la tentative présumée de coup d’État au palais.

Abdullah a fait ses études à l’étranger, notamment en Angleterre et aux États-Unis. Il a également servi dans les forces armées jordaniennes. Il a quatre enfants avec sa femme, la reine Rania, qui est d’origine palestinienne.

Abdullah a cherché à présenter la Jordanie comme une force régionale modérée et stable, et lui-même comme le visage moderne de la monarchie constitutionnelle du pays. Critiquer le roi est toutefois un crime en Jordanie, tandis que de nombreux autres droits politiques et libertés d’expression sont restreints.

Ces dernières années, Abdullah a dû faire face à plusieurs vagues de protestations sur des questions économiques, ainsi qu’à des appels à davantage de libertés politiques. Jusqu’à présent, il a réussi à écarter ces menaces en remaniant son gouvernement et en faisant quelques concessions politiques.

Près de 20 personnes arrêtées dans un complot présumé contre le roi Abdullah II de Jordanie

Quelle est l’histoire moderne de la Jordanie ?

La Jordanie a officiellement déclaré son indépendance de la domination coloniale britannique en 1946. Peu après, la Jordanie s’est jointe à la lutte contre le nouvel État d’Israël lors de la guerre israélo-arabe de 1948. À la fin de la guerre, la Jordanie contrôlait Jérusalem-Est et la Cisjordanie, et accueillait de nombreux réfugiés palestiniens. La Jordanie a ensuite perdu le contrôle de ces territoires au profit d’Israël lors de la guerre de 1967.

Selon certaines estimations, environ la moitié des Jordaniens d’aujourd’hui sont d’origine palestinienne. Toutefois, le système politique a historiquement favorisé les tribus traditionnelles et les populations rurales du pays, parfois appelées « Cisjordaniens de l’Est » pour les distinguer des Palestiniens originaires de Cisjordanie. ) Les emplois du secteur public ont également été dominés par les Jordaniens issus des tribus et des populations rurales, tandis que les Palestiniens ont joué un rôle clé dans le développement du secteur privé du pays.

Cet équilibre provisoire a toutefois été menacé au fil des ans par des facteurs tels que les coupes dans le secteur public, qui ont érodé la base de pouvoir traditionnelle de la famille royale.

Pourquoi la Jordanie est-elle un allié des États-Unis ?
La Jordanie a entretenu des liens étroits avec une succession de présidents américains. Elle a également cherché à maintenir des relations stables avec ses voisins, y compris Israël. Un traité de paix avec Israël a été signé en 1994.

Pendant la guerre d’Irak, la Jordanie a été une voie de communication terrestre essentielle vers l’Irak. Elle a également accueilli un afflux de réfugiés irakiens et a servi de base à de nombreuses organisations non gouvernementales internationales. Plus récemment, la Jordanie a été un partenaire majeur dans la campagne menée par les États-Unis contre l’État islamique et a aidé les forces américaines dans des opérations de sécurité dans le monde entier.

En tant que pays à majorité musulmane sunnite, la Jordanie s’est traditionnellement alignée sur les autres pays de la région, comme l’Arabie saoudite et l’Égypte, et contre l’Iran.

Le Royaume hachémite tient également à préserver son rôle de gardien des lieux saints musulmans et chrétiens de Jérusalem, notamment la mosquée al-Aqsa.

Qui est le prince Hamzeh bin Hussein ?

Hamzeh est le fils aîné de feu le roi Hussein et de la reine Noor, sa quatrième épouse d’origine américaine. Depuis samedi, il se trouverait dans son palais d’Amman, au centre d’une enquête sur le prétendu complot visant à renverser son demi-frère aîné.

Dans une déclaration remise à la BBC par son avocat, l’ancien prince héritier a nié ces allégations et a déclaré qu’il était visé pour s’être élevé contre la corruption.

« Je ne suis pas la personne responsable de l’effondrement de la gouvernance, de la corruption et de l’incompétence qui ont prévalu dans notre structure gouvernementale au cours des quinze à vingt dernières années et qui ont empiré d’année en année », a déclaré M. Hamzeh dans sa déclaration.

M. Hamzeh a occupé le poste de prince héritier pendant quatre ans avant que le fils aîné d’Abdallah, Hussein, ne soit désigné en 2004. M. Hamzeh est une figure bien connue de la famille royale. Il a occupé d’autres postes au sein de la monarchie et a le grade de brigadier dans l’armée jordanienne.

The Washington Post, 4 avr 2021

Etiquettes : Jordanie, Israël, Etats-Unis, Proche Orient, Moyen Orient,