Maroc : Un journaliste ciblé par les autorités est jugé (Amnesty International)

Le journaliste marocain Omar Radi est jugé aujourd’hui après neuf mois de détention provisoire illégale, alors que l’équité de la procédure suscite de vives inquiétudes, a déclaré Amnesty International. L’organisation appelle les autorités marocaines à libérer Omar Radi de sa détention provisoire, à abandonner toutes les charges qui pèsent sur lui en raison de son travail de journaliste et à garantir un procès équitable pour toutes les parties.

« Rien ne justifie la détention provisoire d’Omar Radi depuis neuf mois et nous demandons sa libération. Omar Radi fait l’objet depuis des années d’un harcèlement judiciaire de la part des autorités en raison de son courageux travail de journaliste et ce procès est la dernière tentative en date pour le réduire au silence « , a déclaré Amna Guellali, directrice régionale adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

Le journaliste indépendant Omar Radi est connu pour ses critiques du bilan du Maroc en matière de droits humains et pour avoir dénoncé la corruption. Il a souvent fait l’objet d’un harcèlement judiciaire de la part des autorités pour son journalisme et son militantisme. En mars 2020, il a été condamné à une peine de quatre mois de prison avec sursis pour un tweet envoyé l’année précédente, qui fustigeait un juge du tribunal pour le procès inéquitable et l’emprisonnement des militants du Hirak EL-Rif.

En juin 2020, Amnesty International a publié un rapport qui révélait que le téléphone d’Omar Radi avait été ciblé par un logiciel espion sophistiqué du groupe NSO d’une manière qui ne pouvait provenir que des autorités. Le rapport a bénéficié d’une large couverture médiatique et les autorités ont nié toute surveillance illégale tout en affirmant simultanément qu’Omar Radi était impliqué dans des activités d’espionnage.

Deux jours après la publication du rapport, la police judiciaire de Casablanca a convoqué Omar Radi pour la première fois pour un interrogatoire le 24 juin. Il a ensuite été convoqué au moins huit fois de plus et interrogé pendant des heures à chaque fois, initialement uniquement sur des accusations liées à des soupçons de financement étranger lié à des groupes de renseignement. Une accusation de viol a ensuite été introduite à la suite d’une plainte déposée par l’une de ses collègues du journal Le Desk, qui a accusé Omar Radi de l’avoir agressée la nuit du 12 juillet 2020.

Le 29 juillet 2020, le Bureau du Procureur du tribunal de première instance de Casablanca a retenu une série d’accusations contre Omar Radi, dont l’espionnage basé sur son travail journalistique et les recherches qu’il a menées pour des ONG internationales, ainsi que le viol et l’agression sexuelle, accusations qu’Omar Radi a niées avec véhémence. Il a été placé en détention provisoire à la prison d’Oukacha le jour même.

Les allégations de violences sexuelles doivent toujours être prises au sérieux et faire l’objet d’une enquête appropriée. Cependant, ces dernières années, plusieurs cas d’infractions sexuelles ont été portés à l’encontre de critiques virulents du gouvernement marocain, notamment des journalistes et des militants indépendants.

En 2015, les autorités ont poursuivi Hicham Mansouri, journaliste et cofondateur de l’association marocaine de journalisme d’investigation, pour « adultère » et « exploitation sexuelle ». Il a passé 10 mois en prison avant d’être libéré et de choisir l’exil en France.

En 2019, une cour d’appel marocaine a condamné Taoufik Bouachrine, éditeur d’Akhbar el-Youm, l’un des derniers journaux d’opposition du pays, à 15 ans de prison pour agression sexuelle sur plusieurs femmes. Dans son avis sur cette affaire, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a conclu que le procès de Taoufik Bouachrine a été entaché de violations des procédures régulières et a estimé que la détention de Bouachrine fait partie d’un  » harcèlement judiciaire qui n’est imputable à rien d’autre qu’à son journalisme d’investigation « .

Un autre journaliste de renom, du même journal, Akhbar el Yaoum, Hajar Raissouni, a été condamné en 2019 à un an de prison sous l’accusation d' » avortement  » et d' » avoir des relations sexuelles hors mariage.  »

Le rédacteur en chef du journal, Suleiman Raissouni, est également détenu depuis le 22 juin 2020 pour agression sexuelle, après qu’un homme a affirmé qu’il l’avait agressé deux ans auparavant.

Le témoin de la défense dans l’affaire de viol contre Omar Radi, le journaliste indépendant Imed Stitou, qui était présent dans le même appartement au moment de l’incident, et qui a corroboré la version des faits d’Omar Radi, a ensuite été inculpé de complicité de viol. Imed Stitou doit également être jugé aujourd’hui.

Ce procès intervient alors que le bilan du gouvernement marocain en matière de droits humains ne cesse de se détériorer, le gouvernement ayant poursuivi des dizaines de personnes au cours des deux dernières années, notamment des journalistes, des YouTubeurs, des artistes et des militants qui ont exprimé des opinions critiques à l’égard des autorités en ligne ou hors ligne.

Contexte

Omar Radi est un journaliste d’investigation et un activiste marocain. Il est fondateur et journaliste au desk, une publication marocaine indépendante. Il a travaillé avec plusieurs médias nationaux et internationaux tels que Atlantic Radio, Le Journal Hebdomadaire, Telquel et Lakome. Le travail d’Omar se concentre sur l’investigation politique et les relations entre les pouvoirs politiques et économiques au Maroc.

Amnesty International, 6 avril 2021

Etiquettes : Maroc, Omar Radi, Imad Stitou, presse, journalistes, Amnesty Interntional,



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image