Le Maroc, le pays qui contrôle les plus grandes réserves d’un minerai essentiel à la vie

Le Sahara occidental était une colonie espagnole jusqu’en 1975, et bien que les Sahraouis revendiquent leur indépendance, le Maroc considère ce territoire comme le sien.

S’il est un minéral qui possède des propriétés essentielles à la vie et qui joue un rôle important dans l’alimentation de la population mondiale croissante, c’est bien le phosphate.

On en extrait le phosphore qui est présent dans chaque cellule de l’être humain car il est vital dans les processus biochimiques de base du corps.

Nous pouvons le trouver dans la structure de l’ADN, la membrane cellulaire ainsi que dans les os et les dents et nous l’obtenons à partir des aliments que nous mangeons.

Si nous nous concentrons sur l’industrie alimentaire, les phosphates sont essentiels pour produire des engrais pour les cultures.

Et à l’heure où l’on s’attend à ce que les besoins alimentaires de la population mondiale augmentent de 70 % dans les années à venir, on comprend l’intérêt qu’elle présente pour l’avenir de l’humanité.

Cependant, le phosphate est un minéral rare qui ne peut être synthétisé en laboratoire, c’est-à-dire qu’il ne peut être produit artificiellement. Il doit être extrait des roches phosphatées par des procédés miniers.

Pourquoi l’absence de phosphore dans l’univers réduit les chances de trouver une vie extraterrestre
Comme si cela ne suffisait pas, l’exploitation de ce minerai est impliquée dans un conflit géopolitique depuis plus de 30 ans : le conflit du Sahara occidental.

Le journaliste de la BBC Matthew Davies s’est rendu dans cette région pour découvrir cette industrie.

Un territoire contesté

Le Sahara occidental est une zone faiblement peuplée, essentiellement désertique, située sur la côte nord-ouest de l’Afrique.

Ancienne colonie espagnole, elle a été annexée par le Maroc en 1975. Depuis lors, elle fait l’objet d’un long conflit territorial entre le Maroc et le peuple sahraoui, dirigé par le Front Polisario.

La République arabe sahraouie démocratique, déclarée par le Front Polisario en 1976, a été reconnue par de nombreux gouvernements et est membre à part entière de l’Union africaine.

Cependant, le Maroc qualifie ce conflit d' »artificiel » et considère que le Sahara fait partie intégrante de son territoire.

6 ressources que vous ne connaissez peut-être pas, nous sommes à court de
Les Nations unies décrivent ce territoire de près de 270 000 kilomètres carrés, essentiellement composé de sable, comme un territoire non autonome, mais reconnaissent son droit à organiser un référendum d’autodétermination, qui n’a pas encore eu lieu.

Compromis

Une bande minée et fortifiée longe le territoire contesté et sépare la partie occidentale, administrée par le Maroc, de la zone orientale contrôlée par le Front Polisario.

La majorité de la population sahraouie a fui pendant les 16 années d’insurrection – jusqu’à ce que les Nations unies négocient une trêve en 1991 – et vit dans des camps de réfugiés en Algérie.

Le gouvernement de Rabat se dit engagé dans les efforts de l’ONU pour surmonter l’impasse actuelle et « parvenir à une solution politique acceptable, réaliste, durable et mutuellement convenue, basée sur l’initiative marocaine pour le statut d’autonomie du Sahara » qui respecte l’intégrité territoriale du pays et sa souveraineté.

« Si vous regardez une carte du Maroc, [pour eux] le Sahara n’est qu’une province du sud », explique Stephen Zunes, professeur de politique et d’études internationales à l’université de San Francisco, en évoquant l’histoire complexe de la région du Sahara occidental.

Mais le territoire abrite des réserves de phosphate et de riches zones de pêche au large de ses côtes, et le Sahara occidental ne semble pas encore avoir exploité de gisements pétroliers offshore.

Contrôle des mines

Aujourd’hui, le Maroc contrôle non seulement les principales villes et les riches zones de pêche le long de la côte du Sahara occidental, mais aussi l’extraction du minerai.

Par conséquent, le contrôle de cette ressource est devenu plus qu’un simple enjeu économique, étant donné les questions juridiques et le différend sur la souveraineté nationale sur le territoire.

Yahoo News, 25 fév 2020

Etiquettes : Maroc, phosphates, fertilisants, Sahara Occidental, agriculture,