Guy Sorman, idéologue des attitudes progressistes, accusé d’être un pédophile : il a abusé de mineurs dans des cimetières tunisiens

Un intellectuel français, Guy Sorman, a déclenché une tempête parmi les intellectuels parisiens en affirmant que Foucault, mort en 1984 à l’âge de 57 ans, était un violeur pédophile qui a eu des relations sexuelles avec des enfants arabes alors qu’il vivait en Tunisie à la fin des années 1960, rapporte Contemporain.co.uk en citant le Times. L’influent philosophe français Michel Foucault, phare de l’idéologie qui fait rage dans le milieu universitaire américain et dont se réclame la guerre culturelle menée par Black Lives Matters (BLM), est devenu le sujet d’une rétrospective morale post-mortem, avec des accusations de pédophilie portées contre lui.

Sorman, 77 ans, a déclaré qu’il avait rendu visite à Foucault avec un groupe d’amis lors d’un voyage pendant les vacances de Pâques dans le village de Sidi Bou Said, près de Tunis, où le philosophe a vécu en 1969. « Les petits enfants couraient après Foucault en disant ‘Et moi alors ? Prends-moi, prends-moi' », a récemment déclaré Sorman dans une interview accordée au Sunday Times.

« Ils avaient huit, neuf, dix ans, il leur donnait de l’argent et leur disait : « On se retrouve à 22 heures à l’endroit habituel ». Il s’est avéré que l’endroit était le cimetière local : « Il les maltraitait sur les pierres tombales. La question du consentement ne s’est même pas posée. »

Guy Sorman a affirmé que « Foucault n’aurait pas osé faire une telle chose en France », le comparant à Paul Gauguin, le peintre impressionniste qui se vantait d’avoir des relations sexuelles avec les jeunes filles mineures qu’il peignait à Tahiti, et André Gide, le romancier qui s’attaquait aux enfants africains. « Il y a une dimension coloniale à cela. Un impérialisme blanc. »

Sorman regrette de ne pas avoir dénoncé Foucault à la police à l’époque et de ne pas l’avoir dénoncé dans la presse, qualifiant son comportement de « méprisable » et « extrêmement hideux moralement ».

Mais selon Sorman, les médias français étaient déjà au courant du comportement de Foucault. « Des journalistes étaient présents lors de ce voyage, il y avait de nombreux témoins, mais personne n’abordait de tels sujets à l’époque. Foucault était le roi des philosophes. Il est notre dieu en France. »

Avec ses polos emblématiques, son crâne rasé et ses lunettes à monture épaisse, Foucault, fils de chirurgien, a été l’un des premiers intellectuels célèbres du XXe siècle. On se souvient de lui non seulement pour ses analyses controversées des prisons, de la folie et de la sexualité, mais aussi pour avoir signé, en 1977, une pétition visant à légaliser les relations sexuelles avec des enfants de 13 ans.

Sa biographie la plus connue, The Passion of Michel Foucault (1993) de James Miller, décrit son intérêt pour les bains sado-masochistes des homosexuels américains – le philosophe a été l’un des premiers intellectuels à faire de l’homosexualité un enjeu de la vie publique ; il est mort du sida – mais ne fait aucune mention de ses « caprices » sexuels en Tunisie.

Foucault, parangon du néo-marxisme, est le savant le plus cité au monde, souvent associé à la montée des politiques identitaires en Amérique, où le rappeur MC Hammer est l’un de ses fans.

Dans l’Amérique des années 1980, les « foucaldiens », comme on appelle les admirateurs académiques du philosophe, « ont consacré Foucault comme une sorte de patron sacré, dont ils invoquaient régulièrement l’autorité pour légitimer en termes académiques leur propre marque de politique progressiste », écrit Miller dans sa biographie.

Sorman, un auteur prolifique, a d’abord diffusé ses affirmations sur Foucault dans « Mon dictionnaire des sottises », un livre qu’il a publié ce mois-ci, et a de nouveau fait référence aux transgressions sexuelles du philosophe en Tunisie dans une émission de télévision. L’animateur de l’émission est stupéfait : « Vous parlez de Foucault, selon vos propres termes, comme d’un pédophile, pas celui dont les gens se souviennent habituellement. »

Les affirmations de M. Sorman ont surpris les spécialistes du Royaume-Uni, où le dernier volume de l’histoire de la sexualité en quatre parties de Foucault vient d’être publié pour la première fois en anglais.

« Il y a un fort potentiel pour que cela ait un impact sur lui », a déclaré Phil Howell, spécialiste de la géographie historique à l’université de Cambridge. « Foucault s’est intéressé à la sexualité et a écrit à ce sujet, mais la maltraitance des enfants, c’est autre chose ».

Pour Sorman, le comportement de Foucault est symptomatique d’une mentalité française maladive qui remonte à l’époque de Voltaire. « Il pensait qu’il y avait deux mœurs, une pour l’élite, qui était immorale, et une pour le peuple, qui devait être restrictive. »

« La France n’est pas encore une démocratie, on a fait la révolution, on a proclamé une république, mais il y a encore une aristocratie, c’est l’intelligentsia et elle avait un statut particulier. Tout y est permis », a ajouté M. Sorman.

Foucault n’était pas la seule star française à avoir un sentiment exagéré de droit à certains privilèges. Ces dernières années, un certain nombre de rapports très médiatisés ont conduit à des enquêtes criminelles sur des personnalités littéraires et artistiques accusées d’abus sexuels sur des enfants, dans le sillage des émeutes étudiantes maoïstes de mai 1968.

Les allégations ont commencé en 2016, lorsque la présentatrice de radio et de télévision Flavie Flament a écrit un livre accusant le photographe britannique David Hamilton de l’avoir violée lorsqu’elle avait 13 ans. « À cet âge, je suçais encore mon pouce », a-t-elle déclaré dans une interview.

Hamilton s’est tué quelques jours plus tard.

Il y a un an, Vanessa Springora, 48 ans, éditrice, a décrit dans un livre comment elle a été « préparée », alors qu’elle était adolescente dans les années 1980, par Gabriel Matzneff, un romancier en vogue à cette époque. Matzneff s’était vanté de sa pédophilie à la télévision et avait remporté des prix littéraires pour des livres faisant la promotion de ce sujet.

Lorsque le sujet a explosé, l’élite parisienne était déjà choquée par les révélations de Camille Kouchner, 46 ans, la fille de Bernard Kouchner, ancien ministre des affaires étrangères, selon lesquelles son beau-père, Olivier Duhamel, 70 ans, un intellectuel public très influent, avait abusé sexuellement de son frère jumeau à la fin des années 1980, alors qu’il avait 13 ans.

Ni Matzneff ni Duhamel n’ont admis les accusations ou n’ont été condamnés pour un quelconque crime.

Les Mai-68 sont maintenant sur la défensive. Luc Ferry, philosophe de 70 ans et ancien ministre de l’éducation, estime que ses contemporains ont beaucoup à se reprocher. « Les gens ont oublié que la pensée de 1968 a promu la pédophilie », écrit-il dans Le Figaro. « Chaque adulte avait le droit voire le devoir, affirmaient-ils, de réveiller la sexualité que la bourgeoisie cachait. »

Ces accusations sont à l’origine d’un nouveau projet de loi – actuellement débattu au Parlement – qui criminaliserait toute relation sexuelle avec un mineur de moins de 15 ans. Mais la semaine dernière, il a été question d’un amendement dit « clause Roméo et Juliette » destiné aux adolescents. L’amendement revendique une exception à la criminalisation des relations sexuelles avec une personne de moins de 15 ans si la différence d’âge entre les deux « protagonistes » est inférieure à cinq ans.

Le président Macron a soutenu cette modification de la loi, qui a suscité des ricanements sur la façon dont Brigitte, sa femme, aurait pu tomber en infraction lorsque leur relation a débuté dans les années 1990 : il avait 15 ans et elle 40.

En ce qui concerne Foucault, il ne faut pas le « radier », a affirmé M. Sorman. « J’ai une grande admiration pour son travail, je n’invite personne à brûler ses livres, mais simplement à comprendre la vérité sur lui et comment lui et certains de ces philosophes ont utilisé leurs arguments pour justifier leurs passions et leurs désirs », a souligné M. Sorman. « Il pensait que ses arguments pouvaient lui permettre de faire ce qu’il voulait. »

Michel Foucault meurt à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris le 25 juin 1984, à l’âge de 57 ans. Le communiqué de presse de l’hôpital indique qu’il souffre de septicémie, avec « plusieurs centres suppuratifs dans le cerveau ».

Aucune des nécrologies concernant Foucault ne mentionne qu’il avait le SIDA. Foucault lui-même a choisi de ne pas reconnaître sa maladie et a refusé tout traitement.

Six ans plus tard, son ancien partenaire, Hervé Guibert, fait scandale avec son roman autobiographique À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, révélant les horribles derniers jours de Foucault et le fait que son obsession pour les « orgies violentes dans les saunas » se poursuivait alors que les risques de transmission de la maladie étaient évidents.

Stiripesurse.ro, 2 avr 2021

Etiquettes : Pédophilie, pédocriminalité, inceste, #Metoo, #Metooinceste, Guy Sorman, Michel Foucault, Olivier Duhamel, Camille Kouchner, Emmanuel Macron, Brigitte Macron,


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image