Au Maroc, j’ai été torturé pendant des années dans une prison »

Ali Aarrass, résident de Bruxelles, est enfin de retour chez lui
On a enfoncé ma tête dans un seau d’eau jusqu’à ce que je suffoque. J’ai été violée à l’envers avec une bouteille. J’ai eu des chocs électriques. Pendant dix ans, Ali Aarrass, un Bruxellois emprisonné au Maroc, a été le visage de la campagne mondiale d’Amnesty International contre la torture. Aarrass insiste sur son innocence. Depuis l’été dernier, il est libre, « et infiniment reconnaissant à tous ceux qui lui ont écrit ».

On se retrouve à la Bourse et on fait l’entretien en marchant. « C’est comme si j’avais soudainement atterri sur une autre planète », dit-il. « Une planète avec seulement des gens sympas. C’est tellement bizarre de voir tous ceux qui ont écrit des lettres, qui vous ont défendu, dans la vraie vie après toutes ces années. Les tenir correctement pour une fois, malheureusement ce n’est pas encore possible. »

Après toutes les informations qui sont parvenues du Maroc depuis 2009 sur son sort, Ali Aarrass (58 ans) a l’air étonnamment courageux. Il a un long passé de boxeur et a servi dans l’armée belge. Il peut supporter beaucoup de choses. « Les cicatrices de brûlures de cigarettes disparaissent », dit-il. « D’autres ne le font pas. Et ce que ça fait dans votre tête, de passer par tout ça et de réaliser que les gens qui font ça sont spécifiquement formés pour ça, je n’arrive pas à l’expliquer. »

Ali Aarrass a vécu à Bruxelles pendant 29 ans. Il a d’abord tenu un magasin de souvenirs, puis un kiosque à journaux à Molenbeek. En 2004, il a décidé de revenir à Melilla, l’exclave espagnole proche de la ville marocaine de Nador, où se trouvent ses racines.

« Lorsque les agents de la Guardia Civil m’ont abordé dans la rue le 1er avril 2008, j’attendais un client. Ils ont fait croire que c’était lié à une amende pour infraction au code de la route. La première question était : « Qui sont vos amis ? ». J’ai trouvé ça un peu bizarre, ça avait l’air menaçant. J’ai dit que je n’avais qu’un seul vrai ami, mon père. Ils se sont moqués de moi. Après coup, j’ai compris qu’ils me suivaient depuis longtemps. Le soir, j’ai été amené devant un juge. Il a dit que je devais être transféré à Madrid. Là-bas, on m’a mis en isolement. Après un certain temps, j’ai été conduit devant Baltasar Garzón. »

Le magistrat qui s’est attaqué à Augusto Pinochet et à Silvio Berlusconi, et qui voulait poursuivre George W. Bush pour les tortures subies à Guantánamo.

« A la demande du Maroc, il a également enquêté sur les attentats de Casablanca (contre des centres touristiques le 16 mai 2003, ddc). Il m’a confronté à toute une série de noms qui ne signifiaient rien pour moi. Il m’a demandé qui je connaissais au Maroc. J’ai dit : « Personne du tout ». Je n’ai jamais vécu là-bas. Je suis né à Melilla et je sais pertinemment que l’enclave est regardée avec suspicion par le Maroc. M. Garzón a fait son travail correctement et a décidé que je ne devais pas être poursuivi. Cependant, je n’ai pas été libéré. Le Maroc a demandé mon extradition. Amnesty International Espagne a lancé une action. Parce que le Maroc est un pays qui torture. »

Grâce à d’autres détenus, les dessins qu’Aarrass a réalisés sur les horribles méthodes de torture dont il a été victime ont atteint le monde extérieur.

Connaissez-vous l’origine des soupçons qui pèsent sur vous ?

« Non, j’étais un pion sur un échiquier diplomatique. Nous étions deux au début. Avec moi, ils avaient récupéré un certain Mohamed el Bay, également à Melilla. Quelqu’un que je ne connaissais pas. Il a lui aussi été extradé vers l’Espagne et y a passé plus d’un an et demi en prison. Il avait la nationalité hispano-marocaine, il était né en Espagne, tout comme moi. Moi, avec ma nationalité belgo-marocaine, j’ai été extradé. Ils l’ont juste laissé partir.

« Lorsque j’ai appris que l’extradition devenait inévitable, j’ai entamé une grève de la faim. Le premier d’une longue série. J’ai été emmené à l’aéroport par des personnes de la Croix-Rouge espagnole et transporté à Casablanca sur un vol régulier de Royal Air Maroc le 19 novembre 2009. S’ils avaient vraiment vu un terroriste en moi, ils ne m’auraient pas mis sur un vol régulier, n’est-ce pas ? D’après tout ce qui m’est arrivé, il est clair que les personnes auxquelles j’ai eu affaire ne croyaient pas un mot de ce qui était dit sur moi. Ils ne faisaient qu’exécuter les ordres. Après l’atterrissage, je n’ai même pas passé la douane. On m’a poussé dans une voiture avec quatre hommes des services secrets à l’intérieur. L’un d’eux a dit : « Maintenant, tu es à ta place. J’ai dit que j’étais belge. J’ai eu le premier coup de poing. Nous avons conduit jusqu’à Rabat. Nous avons dû passer trois postes de péage. A chaque poste de péage, ils ont poussé ma tête vers le bas. »

Selon les normes marocaines également, votre arrestation était-elle illégale ?

« Du moins, c’est ce que j’ai ressenti. À la fin, j’avais les yeux bandés, donc je ne savais pas où j’avais atterri. D’abord, ils vous placent menotté par derrière sur une chaise très instable, de sorte qu’à un moment donné, vous vous cognez inévitablement la tête contre le sol. Vous l’avez donc fait vous-même, pour ainsi dire. Puis les questions ont commencé. Qui êtes-vous ? Combien de sœurs et de frères avez-vous ? Et tout d’un coup, « Où est-ce que vous cachez les armes ? ». Pendant quatre jours, ils n’ont cessé de répéter cette question. J’avais une barre de fer entre les jambes. On a enfoncé ma tête dans un seau d’eau jusqu’à ce que je suffoque. J’ai été violée à l’envers avec une bouteille. J’ai eu des chocs électriques. Leur but évident était une confession. »

Ce que, selon les autorités marocaines, vous avez également fait.
« Inventer un scénario est une chose très différente des aveux. Je ne pouvais plus supporter la douleur. Après quatre jours, j’ai mentionné l’adresse de ma tante, qui vit près de la frontière avec Melilla. Ils ont commencé à enquêter, en disant : « C’est vrai, il a une tante qui vit là-bas ». Ils ont commencé à fouiller toute la maison, et j’ai dû aller avec eux. J’ai été soudainement traité de manière agréable. D’après les données affichées sur le tableau de bord de la voiture que nous avons conduite, je me suis rendu compte que cela faisait quatre jours. Je n’avais aucune notion du jour ou de la nuit. Cette histoire de ma tante m’a fait gagner du temps. Je savais aussi qu’il y avait au moins sept heures de route. »

Comment ont-ils réagi quand ils n’ont pas trouvé d’armes ?

« Il s’est rallumé. Et dans l’économat, le téléphone sonnait tout le temps. Je les ai entendus dire : « Oui, chef, compris chef ». Avec respect, chef. On m’a mis nu, ils m’ont enfoncé un bâton dans le derrière. Ils m’ont pissé dessus. Ils ont tiré des balles en plein dans ma tête. Ils ont dit : « Si vous ne nous montrez pas la vraie cachette maintenant, nous vous tirerons dessus ». J’ai dit : « Allez-y. Je ne connais pas de cachette. Ils m’ont ensuite assommé. J’ai ensuite imaginé un autre scénario, avec le même résultat. »

Vous n’avez reçu aucune aide du consulat belge à ce moment-là ?

« Ils n’ont rien fait du tout. Pour eux, j’étais « juste » un Marocain. Au final, j’ai été condamné sur la base de mes « aveux ». D’abord à quinze ans, puis à douze. Et je les ai servis. Jusqu’au dernier jour. Dans la prison de Salé, notamment. Ils ont continué à me torturer là-bas. Parce que ma sœur, le Comité Free Ali et Amnesty International ont continué à faire du bruit. Ils ont continué à écrire des lettres. Je serai reconnaissant à votre journal de publier jusqu’à la fin de mes jours les dessins que j’ai fait sortir clandestinement par mes codétenus. C’est ce qu’ils voulaient arrêter : l’attention, la critique d’Amnesty. Leur idée, je pense, était : « Un jour, il s’arrêtera de lui-même ». Je suis bien conscient d’être privilégié. Au moins 2 000 personnes ont été arrêtées à la suite des attentats de Casablanca, dont des centaines ont été traitées comme moi. Qu’est-ce qu’ils sont devenus ? »

Vous avez été libéré au milieu de la première fermeture du Maroc.

« C’était déjà un point de discorde. On m’a dit en prison qu’ils ne pouvaient pas me libérer à cause de Corona. Il y avait alors une dame marocaine qui connaissait le Comité Free Ali et qui a proposé de m’héberger. Elle est venue me chercher avec sa voiture. Je suis resté avec sa famille pendant trois mois, car il n’y avait pas de vols. Jusqu’à ce que soudain je reçoive un message : vous pouvez venir sur un vol pour Paris. Je ne l’ai vraiment cru que lorsque nous étions dans les airs. Puis j’ai réalisé. Je n’ai eu que de bonnes personnes à remercier pour ça. A la générosité désintéressée. »

Comment vivez-vous maintenant ?

« De quelque chose que je n’ai imaginé aller m’arriver. Du CPAS. Toute ma vie, j’ai toujours travaillé, avec beaucoup de bonheur. Maintenant, je cherche du travail tous les jours, mais ce n’est pas facile. »

De Morgen, 17 fév 2021

Etiquettes : Maroc, Ali Aarrass, torture, Belgique,


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image