Algérie : La voie des urnes

Le rendez-vous du basculement démocratique tient toutes ses promesses. Au soir du 12 juin, lorsque le verdict des urnes tombera, la nouvelle Algérie des institutions légitimes et crédibles peut se prévaloir d’un consensus national patiemment élaboré. A l’orée d’une campagne électorale qui s’annonce captivante, au regard de la mobilisation de la classe politique, la démarche consensuelle s’est donc imposée en alternative au déni démocratique prôné par les semeurs de la haine et de la désespérance. Une majorité claire se dégage en faveur du scrutin jugé incontournable.

Du FFS (Front des forces socialistes) au MSP (Mouvement pour la société pour la paix), en passant par le FJD (Front de la justice et du développement), le choix est acté. Il s’agit de contribuer au renforcement du front interne, revendiqué par le premier secrétaire du FFS, Youcef Aouchiche, prêt à explorer toutes les possibilités de sortie de crise et appelant à un «vrai dialogue inclusif» pour bâtir un consensus national.

«Notre pays a plus que jamais besoin d’apaisement», a affirmé le premier secrétaire du FFS, à l’ouverture des travaux de la préconvention nationale. L’engagement électoral est perçu par Abdallah Djaballah comme «un devoir» pour la mise en œuvre du changement. Il est, pour le responsable du MSP, Abderrazak Makri, porteur d’un « grand espoir » garantissant une concurrence loyale, démocratique, en adéquation avec la volonté populaire.

La locomotive du changement est bien partie pour réussir le pari des élections pas comme les autres qui consacrent les vertus de la neutralité, de la régularité et de la transparence. Toutes les garanties ont été apportées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, appelant à mettre à la disposition de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) tous les moyens matériels et financiers pour accomplir dans les meilleures conditions ses missions constitutionnelles.

Il est admis que la voie des urnes reste indéniablement la seule pour concrétiser la rupture avec les anciennes pratiques à jamais bannies dans la nouvelle Algérie attachée au respect de la volonté populaire.

Horizons, 3 avr 2021

Etiquettes : Algérie, élections législatives, vote, démocratie, transparence, volonté populaire,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image