Maroc : Les services de Yassine Mansouri ordonnent à Rachad d’aller vers la désobéissance civile en Algérie

Les services marocains ordonnent à Rachad d’aller vers la désobéissance civile : Le complot contre l’Algérie se précise

L’infiltration du hirak par des services de renseignements étrangers, et par des ennemis jurés de l’Algérie, s’est largement accélérée et amplifié à la faveur du retour en force des marches hebdomadaires des vendredis et mardis.

Visiblement impatientés par les mesures hardies prises par le président de la République, parfaitement en phase avec le peuple, ces adversaires et ennemis jurés de l’Algérie semblent avoir changé de tactique et de fusil d’épaule.

Leur infiltration du hirak, devenue criarde désormais, se cristallise nettement à travers des slogans particulièrement hostiles à l’institution miliaire.

Ces slogans, portant l’estampille de l’ex-FIS remettent au goût du jour la sordide et obscène question du qui tue qui.

Désormais, absoudre et dédouaner les terroristes de leurs odieux crimes ne leur suffit plus. C’est s’en prendre aux institutions de l’Etat algérien qui représente leur actuel « plan de charge ».

Le complot contre l’Algérie, à commencer par son propre peuple, vise en premier lieu l’institution militaire, car c’est grâce à notre armée, avant tout populaire, proche du peuple et digne héritière e la glorieuse ALN, tombe définitivement son masque.

C’est l’ANP, en effet, qui avait permis à l’Algérie de rester debout, de traverser stoïquement toutes les tempêtes et d’empêcher que les institutions de l’Etat ne soient carrément dissoutes en pertes sans profits.

Les services de renseignements marocains, tenus de main de fer par Abdellatif Hammouchi et Yacine Mansouri, ont récupéré ce qu’ils pensent être des « ténors du hirak ».

Il s’agit de Mustapha Bouchachi, Karim Tabou, Larbi Zitout, Saïd Sadi… ces joyeux lurons, sans doute pressés par le temps, et amenés à obéir à leurs maitres du jour les yeux fermés, ne cachent plus leur fil à la patte. Leurs accointances avec l’intégrisme islamiste relèvent en effet du secret de polichinelle.

Or, en se répétant constamment, l’histoire a fâcheusement tendance à bégayer, à défaut de balbutier carrément.

Durant les années 1990, quand l’Algérie se battait seule contre l’hydre terroriste, au prix d’énormes sacrifices le Maroc avait fait pire que nous tourner le dos, en fermant ses frontières terrestres avec notre pays. Il avait en effet accordé asile, aides et assistance aux criminels et sanguinaires du GIA.

Le défunt roi Hassan II avait clairement annoncé la couleur en disant qu’il voulait faire de l’Algérie un laboratoire grandeur nature ».

L’émir fondateur du GIA, Abdelhak Layada, qui me recevait chez lui à Braki après sa libération de prison, m’avait confirmé que son groupe criminel bénéficiait de précieuses aides, tant militaires que financières de la part du Makhzen. Lui-même était assez régulièrement reçu au palais royal de Rabat par le roi Hassan II et son inamovible « vizir » Driss Basri.

La vigilance doit donc être de mise, aujourd’hui plus que jamais notre hirak, qui a ébloui la planète entière par sa force, sa détermination et son pacifisme ne doit absolument pas tomber entre de mauvaises mains.

Mohamed Abdoun

La Patrie News, 3 avr 2021

Etiquettes : Algérie, Maroc, Hirak, Rachad, complot,