Les juges rejettent la demande de la famille de l’auteur de la bombe de Lockerbie de faire appel devant la plus haute juridiction du Royaume-Uni


Les juges ont refusé à la famille de l’auteur de l’attentat de Lockerbie l’autorisation de faire appel de sa condamnation devant la plus haute juridiction du Royaume-Uni.

L’attentat à la bombe contre le vol 103 de la Pan Am, qui reliait Londres à New York le 21 décembre 1988, a fait 270 morts, ce qui constitue la plus grande atrocité terroriste jamais commise en Grande-Bretagne.

L’ancien officier de renseignement libyen Abdelbaset al-Megrahi a été reconnu coupable en 2001 de meurtre de masse et emprisonné à vie, avec une peine minimale de 27 ans – la seule personne condamnée pour cet attentat.

En janvier, les juges de la cour d’appel d’Édimbourg ont rejeté un troisième appel contre sa condamnation, interjeté par son fils.

Les avocats de la famille Megrahi ont alors demandé l’autorisation de faire appel devant la Cour suprême du Royaume-Uni, mais cette demande a été refusée par cinq juges écossais.

Aamer Anwar, l’avocat de la famille, a déclaré qu’ils allaient maintenant demander l’autorisation de faire appel directement devant la Cour suprême du Royaume-Uni, la dernière cour d’appel dans cette affaire.

Dans un jugement écrit rendu jeudi par Lord Carloway, le Lord Justice General, la Cour a déclaré « avoir eu quelques difficultés à comprendre la nature exacte de la contestation ».

Il a déclaré : « Bien que l’affaire soit clairement d’importance publique, les motifs d’appel proposés ne soulèvent pas de points de droit d’importance publique générale.

« Les principes de droit que la Cour a appliqués étaient tous bien connus, établis et largement non controversés dans le cadre de l’appel.

« Pour ces raisons, la cour refuse l’autorisation de faire appel devant la Cour suprême du Royaume-Uni. »

Megrahi a été libéré de prison en 2009 pour des raisons humanitaires alors qu’il était en phase terminale d’un cancer, et est mort en Libye en 2012.

Le troisième appel a été déposé après que la Commission écossaise de révision des affaires criminelles (SCCRC) a renvoyé l’affaire devant la Haute Cour en mars 2020, jugeant qu’une possible erreur judiciaire avait pu se produire.

Les juges ont alors accordé à son fils, Ali al-Megrahi, l’autorisation de faire appel en se fondant sur l’argument selon lequel « aucun jury raisonnable » n’aurait pu rendre le verdict rendu par le tribunal, et sur la non-divulgation de documents par la Couronne.

En janvier, les juges de la cour d’appel ont rejeté les deux motifs d’appel, ce qui signifie que sa condamnation est maintenue.

Ali Al-Megrahi a déclaré : « J’ai demandé à notre équipe juridique de demander l’autorisation de faire appel directement auprès de la Cour suprême du Royaume-Uni, qui est la dernière instance d’appel pour l’affaire de mon père.

« Il est temps d’avoir une nouvelle Libye, mais cela n’arrivera jamais tant que justice ne sera pas rendue à ceux qui sont morts à Lockerbie. Je considère mon père Abdelbaset Al-Megrahi comme la 271e victime de Lockerbie.

« Nous avons maintenant un nouveau gouvernement démocratique et nous comptons sur lui pour soutenir notre équipe juridique dans sa quête de justice. »

M. Anwar a déclaré : « Je ne doute pas que le nouveau gouvernement démocratique libyen dirigé par Abdul Hamid Aldabaibai soutiendra cet ultime appel à la justice au nom de la famille Al-Megrahi et nous aidera dans nos efforts pour prouver l’innocence de la Libye et de son peuple. »

Messenger, 2 avr 2021

Etiquettes : Libye, Lockerby, Abdelbaset al-Megrahi, Moamar Kadhafi,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image