Maroc : les vacances transformées en fermeture


Plus de 3 000 Espagnols attendent une chance de quitter le Maroc. Pour le moment, on sait que l’ambassade d’Espagne à Rabat a affrété un bateau pour partir de Tanger vers Algésiras, mais la situation devient dramatique si l’on considère que la décision de l’exécutif maghrébin est de maintenir l’espace aérien fermé jusqu’à nouvel ordre, pour éviter la propagation du virus.

Pour la proximité, pour le prix, pour l’attrait : pour tout ce que vous voulez. Le Maroc est l’une des principales destinations touristiques choisies par les Espagnols, surtout par les temps qui courent, pour les « petits voyages ». Mais cette fois, le voyage risque de durer beaucoup plus longtemps que prévu. La raison pour laquelle nous vous en parlions récemment : le pays voisin a immédiatement fermé son espace aérien avec les pays étrangers (à l’exception de New York, Montréal, le Moyen-Orient et certains pays d’Afrique) afin d’éviter la propagation du virus. Surtout à l’approche du mois de Ramadan.

Ainsi, entre autres, 3 000 compatriotes sont actuellement bloqués dans le pays voisin. L’activité au ministère des affaires étrangères est un peu moins que frénétique : en ce moment, un bateau pour les Espagnols et les résidents en Espagne a été annoncé avec un départ de Tanger et une destination Algeciras pour le 6 avril prochain. Il a été affrété par l’ambassade d’Espagne dans le pays voisin, qui recommande de rester très attentif à ceux qui veulent retourner en Espagne, et vous pouvez organiser votre voyage en cliquant sur le gras.

Mais tout semble indiquer que cela ne sera pas suffisant. Ou qu’il sera, dans certains cas, en retard. Un touriste espagnol, par exemple, a déclaré au journal « 20minutos.es » qu’il est descendu à Casablanca avec sa femme et son beau-frère – originaires du Maroc – et qu’ils se retrouvent maintenant dans cette situation. À l’incertitude de ne pas savoir quand ils rentreront en Espagne s’ajoute maintenant celle de leur emploi, car tous trois craignent de recevoir une lettre de licenciement à leur retour à Madrid. Le même journal raconte même l’histoire de Yousseff : un dentiste marocain travaillant dans notre ville, qui voudrait revenir le plus vite possible – il est à Tétouan – qui conclut que ses patients « peuvent m’attendre, mais la clinique (sans préciser) ne peut pas rester un mois sans dentiste ».

Toutes les personnes, tant dans le rapport des collègues que sur les réseaux sociaux, se plaignent de la désinformation dont elles disent avoir été victimes. Certains déplorent même que « nous avons appelé lorsque les rumeurs ont commencé à courir sur une éventuelle annulation des vols à l’étranger, et ils nous ont dit qu’il n’y avait rien ». C’était quelques heures avant que le Maroc n’officialise la fermeture de son espace aérien, sauf pour les exceptions mentionnées.

La ministre des Affaires étrangères elle-même, Arancha González Laya, a commenté l’affaire. Dans des déclarations à Onda Cero, la chef de la diplomatie espagnole souligne que la chose la plus prudente à faire est de ne pas voyager, même si elle insiste sur le fait que le ministère des affaires étrangères « sera toujours là ». C’est la politicienne de Guipuzcoa qui donne le chiffre : 3 000 personnes piégées au Maroc, et montre son espoir qu’en juin sera prête la  » carte verte  » européenne : celle qui certifie que la personne qui la possède est vaccinée ou, au moins, n’est pas infectée par le COVID-19.

D’autres histoires proviennent, comme nous l’avons dit, des réseaux sociaux. Comme celui d’un enseignant galicien qui commence à enseigner à Ourense le sixième jour et qui est marié à un autre enseignant, avec une place dans une école espagnole à Tanger. Il ne reproche rien au gouvernement espagnol (le débat sur la question de savoir si l’action du Maroc ou la réaction de l’Espagne est plus dommageable est également intense), mais au Maghreb de ne pas avoir prévenu à l’avance. Cela a également un effet d’entraînement : un homme d’affaires travaillant entre l’Espagne et le Maroc craint pour l’avenir de son entreprise, car il doit se rendre à Tanger pour effectuer des paiements au début du mois, et ne sait pas comment il pourra les effectuer. L’échange d’informations sur la manière de s’inscrire pour les prochains bateaux, ou même la langue dans laquelle ils doivent présenter le RCP négatif, est également un débat intéressant entre les Espagnols et les Marocains qui sont coincés de part et d’autre de la frontière. Piégé : un terme qui a commencé à devenir familier le 13 mars de l’année dernière, après la fermeture d’El Tarajal, et qui continue à ce jour, baignant dans l’incertitude la vie de milliers de personnes des deux côtés de la frontière.

Ceuta TV, 1 avr 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, vacances, confinement, fermeture des frontières, covid 19, pandémie,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image