Tunisie : la crise d’un pays entre démocratie et précipice

En dix ans depuis la révolution, beaucoup de choses ont changé en Tunisie. Aujourd’hui, nous pouvons dire que tous les éléments essentiels d’une vraie démocratie existent, mais si elle ne peut pas se débarrasser des déchets du passé, alors elle n’aura guère d’avenir.

En l’espace d’une semaine se sont multipliées les initiatives diplomatiques qui ont vu le président de la république Kaïs Saïed s’impliquer personnellement d’une part auprès des ambassadeurs des pays de l’UE, et d’autre part le président du parlement Rachid Ghannouchi et le chef de la gouvernement Hichem Mechichi avec l’ambassadeur américain.

Dans les deux cas, il s’agissait de plaider la bonne cause de la transition démocratique tunisienne, mise en danger par les effets dévastateurs d’une crise économique sans précédent auxquels se sont ajoutés ceux de la pandémie.

Si quelqu’un pouvait avoir des doutes sur le véritable objectif de ces rencontres, celle qui a eu lieu en fin de semaine, vendredi 26 février, entre le chef du gouvernement de Mechichi et les ambassadeurs des pays du G7 a clarifié la situation sans équivoque. Dans cette circonstance, en effet, Mechichi a explicitement demandé aux ambassadeurs d’intervenir auprès des agences de notation pour leur expliquer la situation dans le pays, en demandant compréhension et soutien. Tout cela suite à la publication par Moody’s du déclassement, avec perspective négative, à B3 en Tunisie. C’est-à-dire à un pas du précipice de la zone C, qui entraînerait le passage du pays dans le purgatoire du Club de Paris et la perte subséquente de ce qui reste encore de sa souveraineté.

Il est difficile de dire quelles seront les réactions des institutions financières internationales, d’abord celle du Fonds monétaire international FMI, qui depuis plus d’un an tente en vain d’inciter le pays à mettre en œuvre les réformes qui ont toujours été annoncées. et sont toujours restés lettre morte.

La Tunisie est aujourd’hui exposée au risque réel de perdre son autonomie et, avec elle, la démocratie qui aurait dû en faire le pays modèle qui aurait dû inspirer les pays arabes comme une possible alternative démocratique aux monarchies saoudiennes, aux républiques islamiques et aux dictatures.

S’il y a dix ans, il était relativement facile d’emballer le président Ben Ali et de l’envoyer en voyage aller simple en Arabie saoudite après des années d’avertissements inutiles de Bush d’abord puis d’Obama qui lui avait demandé de le planter avec du recyclage, qui est maintenant devenu partie intégrante et cœur de métier de l’économie nationale avec la complicité d’une banque centrale, des douanes, de la police des frontières et de la justice, aujourd’hui après dix ans au cours desquels sept gouvernements se sont alternés sans qu’aucun d’entre eux ne puisse nettoyer en profondeur le système, c’est impossible une solution comme celle du 14 janvier 2011, pour reproduire que toute la flotte de la compagnie aérienne nationale ne suffirait pas, il y a beaucoup de patrons de ces groupes familiaux qui continuent sans se décourager à mener, en privé, les travaux étatiques inachevés de Ben Ali et la famille Trabelsi qui appartenait à son épouse Leila.

En dix ans depuis la révolution, beaucoup de choses ont changé en Tunisie. Aujourd’hui, nous pouvons dire que tous les éléments essentiels d’une vraie démocratie existent: des élections libres, la liberté de pensée et d’expression, un parlement doté d’un pouvoir législatif, le multipartisme; de tout ce qu’il faut pour pouvoir dire que la démocratie existe vraiment, il ne manque rien. Mais si cette démocratie ne peut pas se débarrasser des scories du passé, il est peu probable qu’elle ait un avenir.

Formiche.net, 26 fév 2021

Tags : Tunisie, crise politique, Kaïes Saïed, Hichem Mechichi, Ennahdha,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
30 − 18 =