Des enseignants de l’enseignement supérieur d’Algérie, du Maroc et de Tunisie reçoivent une formation sur la pédagogie transformatrice pour la paix et le renforcement de la résilience et la prévention de l’extrémisme violent

Un deuxième cycle de formation avancée en ligne des formateurs sur «la conception et la prestation» pour les enseignants de l’enseignement supérieur s’est tenu du 15 au 18 février 2021. Cette fois, l’atelier s’est déroulé en français et en arabe, atteignant 25 participants d’Afrique du Nord. pays de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie.

Ces ateliers en ligne sont organisés en collaboration avec l’Institut international de l’UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique (IICBA), dans le cadre du projet Enseignement supérieur sur le renforcement de la paix et la résilience et la prévention de l’extrémisme violent .

Le projet vise à aider les pays à mettre en cascade une approche pédagogique transformatrice pour la paix et le renforcement de la résilience, en cherchant à prévenir l’extrémisme violent en Afrique du Nord. Dans cette optique, les participants ont travaillé sur leurs plans de mise en œuvre au niveau national mais aussi sur le renforcement de leurs compétences pour dispenser des sessions de formation, intégrant une approche pédagogique transformatrice.

«J’ai réalisé à quel point il est important de comprendre la violence et de comprendre comment les formes cachées de violence peuvent affecter les apprenants. Parfois, en tant qu’enseignant, vous sentez que vous avez résolu un conflit à l’école entre les apprenants, mais il y a quand même une tension, et c’est parce que certains des facteurs structurels et culturels à l’origine de la violence affectent la vie des apprenants à un niveau plus profond, Je me sens plus en mesure de comprendre ces types de violence maintenant », a déclaré un participant d’Algérie.

Les participants ont eu l’occasion de travailler avec des enseignants des autres pays participants et d’apprendre les uns des autres. L’agence des apprenants et comment la favoriser était l’un des sujets les plus discutés.

«Normalement, en tant qu’enseignant, j’ai le pouvoir dans la classe, mais maintenant je vois comment l’autonomisation des apprenants peut les faire se sentir plus connectés et rendre l’apprentissage plus pertinent et plus proche de leurs besoins», a déclaré un participant de Tunisie.

Chaque pays organisera des ateliers nationaux de formation en mars 2021. Certains seront en face à face et d’autres virtuels. Dans certains pays, la cascade impliquera des collèges de formation des enseignants, dans certains contextes des écoles associées à l’UNESCO, et dans certains cas, elle profitera aux enseignants sur le terrain.

«Maintenant, je vois à quel point il est crucial d’aider les apprenants à proposer des projets d’engagement avec la communauté, j’ai déjà été en contact avec des parties prenantes de ma communauté et des organisations de la société civile pour les inviter à venir partager ce qu’ils font pour inspirer le apprenants et les faire se sentir plus connectés avec leur communauté », a déclaré un participant du Maroc.

Arigatou International Geneva est partenaire de l’UNESCO IICBA depuis 2017, fournissant une expertise technique. Ce projet est soutenu par le gouvernement japonais et s’appuie sur les phases précédentes, notamment la Corne de l’Afrique en 2017 , la région du Sahel en 2018 et l’ enseignement supérieur en 2019 .

Nous remercions l’UNESCO-IICBA et le gouvernement du Japon de nous avoir invités à participer à ce projet, ainsi que les participants pour leur enthousiasme, leur dynamisme et leur engagement à apporter la paix par l’éducation.

Source : Arigatou International, 24 fév 2021

Tags : Maroc, Algérie, Tunisie, éducation, extrémisme,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
26 ⁄ 2 =