Tunisie : La Turquie entre sur le marché avec des armes éprouvées au combat: une évaluation technique et stratégique

Par Can Kasapoglu*

Fin 2020, la Turquie a finalement obtenu un paquet lucratif de vente d’armes à la Tunisie après une longue période de négociations. Le portefeuille de 150 millions de dollars, qui a attiré des acteurs clés de la base technologique et industrielle de défense turque, tels que Turkish Aerospace Industries (TUSAS) et British Motor Corporation (BMC), signifiera plus que de simples revenus de défense pour la Turquie ( TRT Haber , 24 décembre 2020). Il marquera également l’entrée de l’armement turc sur le marché tunisien dans le contexte des quêtes géopolitiques d’Ankara en Afrique du Nord, qui est devenue un point d’éclair géopolitique englobant diverses formes de militantisme, de terrorisme transnational et de guerre par procuration.

Ventes d’armes turques à la Tunisie: les drones d’abord

D’un point de vue militaire, la Turquie offre des solutions robustes et éprouvées au combat à l’armée tunisienne, qui fait depuis longtemps face à d’importantes menaces hybrides à la fois dans son pays et émanant des pays voisins (voir Terrorism Monitor , 1er mars 2019). Comme prévu, ces ventes fournissent une dimension de guerre des drones prononcée pour la Tunisie, puisque les drones sont récemment devenus les best-sellers de la Turquie. L’armée tunisienne, par exemple, utilisera bientôt des systèmes aériens sans pilote ANKA-S de moyenne altitude / longue endurance (MALE) fabriqués par TUSAS. ANKA-S, la variante de communication par satellite de la ligne de drones, est dotée d’une plage de contrôle étendue et d’une plus grande résistance aux menaces de guerre électronique et aux environnements brouillés grâce à la capacité de communication par satellite (SATCOM).

La plate-forme est dotée d’une autonomie de 24 heures et d’une altitude de vol maximale d’environ 30 000 pieds. ANKA-S dispose de 250 kilogrammes de charge utile de combat, ce qui permet des systèmes avancés de renseignement électronique et de signaux, tels que l’ISAR (radar à synthèse d’ouverture inverse) et des caméras de surveillance à grande surface, ainsi que des munitions de haute précision ( TUSAŞ, 25 janvier). ANKA-S, ainsi que Bayraktar TB-2, le «Pantsir-hunter» de Baykar, ont joué un rôle essentiel dans les campagnes de guerre des drones de la Turquie en Syrie au cours des dernières années ( Milliyet, 1er mars 2020). S’il était utilisé correctement, ANKA-S équivaudrait à un multiplicateur de force pour les forces armées tunisiennes sous plusieurs aspects, y compris l’intégration artillerie-drone, les frappes de précision dans les zones à haut risque et la collecte de renseignements en temps réel.

Lors de l’évaluation des exportations de drones de la Turquie, il ne faut pas oublier que les entreprises de défense turques ne produisent pas seulement des systèmes aériens sans pilote, mais également des munitions intelligentes qui fournissent une puissance de feu de précision avec des charges utiles limitées. Roketsan, le premier fabricant turc de fusées et de missiles, entre en jeu à ce stade. MAM [Smart Micro Munition] -L, par exemple, est la plus connue de ces solutions. Ne pesant que 22 kilogrammes, il peut être équipé d’une option de plusieurs ogives pour atteindre un large ensemble de cibles. L’ogive de charge en tandem du MAM-L est optimisée pour pénétrer l’armure réactive, tandis que sa configuration d’ogive thermobarique est optimisée pour les environnements fermés et urbains, et contre les concentrations de troupes ennemies dans des positions défendues ( Roketsan, 26 janvier). Les formations de combat libyennes du gouvernement de Tripoli soutenues par la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Turquie ont toutes utilisé des munitions intelligentes MAM-L et d’autres munitions intelligentes fabriquées par Roketsan sur diverses cibles dans des conditions réelles de combat, y compris les défenses aériennes mobiles russes Pantsir, les chars de combat principaux fabriqués par les Soviétiques et les Russes. , et même des lanceurs mobiles Scud, ce dernier vu avec l’Azerbaïdjan frappant un Scud dans la guerre de 44 jours au Haut-Karabakh ( azvision.az.com , 14 novembre 2020).

Avec l’armée tunisienne opérant ANKA-S, Roketsan dominera probablement le marché tunisien des fusées intelligentes et des missiles. Aselsan, autre acteur clé du secteur de la défense en Turquie et producteur expert de systèmes électroniques, est également susceptible de prendre pied sur le marché tunisien de l’armement en proposant des capteurs haut de gamme équipant des plateformes sans pilote. Ensemble, ces systèmes permettront à l’armée tunisienne de contrer les menaces asymétriques qui nécessitent une surveillance urgente et des réseaux de frappe optimisés pour les cibles pop-up.

Renforcer la capacité de guerre terrestre de la prochaine génération de la Tunisie

Une autre dimension du paquet d’exportation de la Turquie vers la Tunisie est la guerre terrestre. Les véhicules Kirpi ( hérisson ) résistants aux mines et aux embuscades (MRAP) feront leurs débuts en Tunisie avec cet accord. Fabriqué par BMC basé en Turquie, Kirpi , a été l’un des principaux atouts de l’armée turque sur les dangereux champs de bataille hybrides de la Syrie, dont le terrain accidenté a été ravagé par des mines terrestres et des engins explosifs improvisés (EEI) ( Sabah , 12 mars 2018 ). Avec des variantes 4 × 4 et 6 × 6, ainsi qu’une modification militaire-ambulance, la famille de plates-formes de guerre terrestre de Kirpi offre les normes de protection STANAG 4569, qui répondent à un large éventail de menaces ( BMC , 25 janvier; Craig International Ballistics, 25 janvier). Ceci est particulièrement important pour les troupes tunisiennes opérant dans tout environnement à haut risque d’EEI lors de missions de lutte contre le terrorisme ( Kapitalis , 8 juin 2017).

Les véhicules blindés de combat Ejder Yalçın 4 × 4 de Nurol Makina, qui est l’un des principaux producteurs de plates-formes de guerre terrestre en Turquie, restent une autre solution que la Tunisie commencera à recevoir cette année. Le plus grand avantage d’Ejder Yalçın est sa conception modulaire, qui peut facilement être adaptée pour répondre aux différentes exigences de la mission. Le véhicule est livré avec une défense aérienne antichar et à courte portée, un véhicule de transport de troupes blindé et des configurations de surveillance et de sécurité aux frontières, de radar, de guerre électronique, de lutte contre les EEI et de déminage et de commandement et contrôle ( Nurol Makina , janvier 25).

Tout comme le drone ANKA-S de TUSAS ouvre la voie à Roketsan et Aselsan pour capitaliser sur la première vente à la Tunisie, Kirpi et Ejder Yalçın peuvent ouvrir de nouvelles opportunités pour le reste du secteur de la défense turc. Les simulateurs pour les plates-formes de combat occupent une place importante à ce stade. Depuis un certain temps, l’industrie militaire turque travaille sur des simulations de véhicules plus réalistes, qui formeraient les conducteurs, les opérateurs de systèmes d’armes et même l’équipage transporté par la plate-forme tous ensemble ( Agence Anadolu, 2 octobre 2020). Simsoft, une société turque spécialisée dans les simulateurs militaires, arrive à l’avant-garde dans ce domaine. Ainsi, alors que l’armée tunisienne adopte les plateformes Kirpi et Ejder Yalçın, il est fort possible que les sociétés de simulation turques – dont Simsoft, qui est un candidat naturel – trouvent ce nouveau marché compatible.

Enfin, un autre producteur turc de systèmes de guerre terrestre, Katmerciler, fait également partie du portefeuille tunisien. À première vue, la société peut sembler offrir des plates-formes modestes, des pétroliers et des véhicules logistiques à l’armée tunisienne dans le cadre du paquet existant. Cependant, Katmerciler peut faire un effort supplémentaire. En 2020, en coopération avec Aselsan, la société a joué un rôle important dans le programme de véhicules terrestres sans pilote (UGV) de la Turquie en produisant des véhicules de combat robotiques. Équipé de la SARP (Stabilized Advanced Remote Weapon Platform) d’Aselsan, le nouvel UGV, qui devrait entrer en service cette année, bénéficie d’options de configuration modulaires allant des mitrailleuses de calibres 12,7 mm et 7,62 mm aux lance-grenades de 40 mm ( ASELSAN , 26 janvier ; Agence Anadolu, 2 juillet 2020). Bien qu’à l’heure actuelle, cela reste encore loin, si Katmerciler gère bien ses relations avec l’establishment de la défense tunisien, et si le gouvernement turc capitalise sur sa nouvelle implantation en Tunisie, il n’y a aucune raison d’exclure de futures ventes de systèmes robotiques au sol. Sur le plan militaire, les UGV devraient opérer dans des zones à haut risque pour les troupes de combat tunisiennes.

La géopolitique des ventes d’armes turques en Tunisie

La Tunisie a un rôle particulier dans la vision géopolitique du monde contemporaine de la Turquie. Ce n’est pas seulement un pays avec un héritage impérial ottoman, mais aussi un voisin clé de la Libye, un point d’ancrage potentiel en Méditerranée, et une arène où la concurrence franco-turque se joue et Ankara espère prendre le dessus sur Paris. La politique de vente d’armes de la Turquie ne concerne donc pas uniquement les transactions et les revenus de défense. C’est un moyen de tisser des liens stratégiques et de consolider les liens existants, comme on l’a vu précédemment dans les exemples qataris, azerbaïdjanais, somaliens et ukrainiens. Après divers hauts et bas, la Turquie est en train de remplir ses accords d’exportation d’armes tant attendus vers la Tunisie, qui doteront cette dernière de solides capacités de combat, en particulier dans des contextes hybrides. Dans le même temps, les accords offrent au gouvernement turc une occasion précieuse de capitaliser en garantissant l’avenir militaire de la Turquie en Afrique.

*Le Dr Can Kasapoglu est directeur du programme de défense et de sécurité du groupe de réflexion EDAM basé à Istanbul et membre de l’institut de recherche allemand SWP. Ses œuvres peuvent être suivies @EdamDefense.

The Jamestown Foundation, 29 jan 2021

Tags : Tunisie, Turquie, armes,