Point Zéro du printemps arabe est de retour dans les rues. Cette fois, pour boucler la révolution

La jeunesse tunisienne et de nombreux militants du printemps arabe sont de retour avec les slogans et les pancartes, exigeant la fin de l’Etat policier et la chute du régime. Mais quelque chose est différent cette fois.

SHREYA PARIKH 31 janvier 2021, 11 h 34 IST

Raghda Fhoula, 9 ans, est de retour à la manifestation, 10 ans après avoir crié à pleins poumons avec des slogans contre le régime tunisien d’alors au point zéro du mouvement du Printemps arabe. Le 23 janvier 2021, elle était en première ligne dans la capitale Tunis, appelant à la chute du régime de Hichem Mechichi et Rached Ghannouchi, et au «travail, liberté et dignité nationale». Parce que la «révolution» était incomplète.

La Tunisie en attend toujours un, dit Raghda. «Le système (alors président Zine el-Abidine) Ben Ali n’est pas parti», me dit-elle. Outre elle, de nombreux militants du printemps arabe sont de retour dans les rues après une décennie. Il y a une certaine controverse, cependant, sur la description des manifestations passées. Certains sont d’accord pour appeler cela une «révolution», car elle a entraîné la chute de la dictature; certains l’appelaient la «révolution du jasmin», du nom de la fleur nationale de la Tunisie, qui a été critiquée comme répondant à un «imaginaire exotique» – l’appellent la «révolution de la dignité et de la liberté», ont-ils proposé. D’autres encore l’ont qualifiée de «révolution Facebook», en clin d’œil à l’utilisation populaire des médias sociaux pendant les manifestations. Mais Raghda l’appelle «intifada» – un soulèvement.

Le 17 décembre 2010, dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, à environ 300 km au sud de Tunis, Mohamed Bouazizi, dont la charrette de légumes avait été confisquée par la police, s’est immolé. Son acte désespéré a inspiré des manifestations de masse, qui se sont rapidement répandues dans tout le pays, pour être violemment réprimées. À l’époque, personne n’imaginait que le gouvernement de Ben Ali tomberait ou qu’il quitterait le pays, ce qu’il a fait dans la nuit du 14 janvier 2011, marquant la fin de 23 ans de son régime autoritaire.

Le visage de Raghda s’illumine alors qu’elle se souvient du moment où elle a entendu la nouvelle. «Nous avions l’impression d’avoir gagné», me dit-elle, une fin heureuse pour elle et ses camarades, depuis 2005, pour organiser des manifestations, des radios alternatives et d’autres actes de résistance.

Le succès surprenant des Tunisiens dans la chute d’une dictature a inspiré des manifestations de masse similaires dans la région, notamment en Égypte, en Libye, en Syrie et au Yémen. Ensemble, ils sont devenus le printemps arabe. Les slogans de protestation de la Tunisie ont été adaptés et moulés dans les cultures locales, criés ou chantés en musique. Chaque pays a suivi une trajectoire distincte. Alors que la dictature de longue date de l’Égypte prenait fin, la Syrie a connu une augmentation de la répression étatique par des moyens plus violents. Mais à travers tout cela, l’histoire tunisienne de la démocratie a continué d’être saluée comme un « modèle » pour la région, faisant du pays d’Afrique du Nord le point zéro du printemps arabe.

Le verrouillage imposé par le gouvernement à partir du jour du 10e anniversaire du départ de Ben Ali pour supprimer la célébration de cette date importante, et les affrontements nocturnes qui ont suivi entre jeunes hommes et policiers dans les quartiers populaires des villes tunisiennes remettre en question cette rhétorique de «démocratie modèle». Comme l’ écrit le spécialiste Olfa Lamloum , «les successeurs de Ben Ali ont trahi la promesse de dignité de la révolution. Dans un signe des temps, le terme «révolution» a été remplacé par l’expression «transition démocratique», qui est une manière subtile de nier la légitimité politique à ceux qui ont mené les manifestations. »

Un état policier
L’infrastructure de sécurité avec une police toujours présente cherchant à écraser tout acte de résistance a de nouveau fait sortir les Tunisiens de la rue. Alors que l’État policier avait momentanément disparu après 2011, le pays dirigé par le Premier ministre Hichem Mechichi et le président Kaïs Saïed revient lentement aux mêmes formes de régime répressif qui existaient sous Ben Ali.

Pour Raghda et beaucoup d’autres, qui ont été témoins de violences policières avant et après 2011, peu de choses ont changé. En 2008, alors qu’elle était encore mineure, Raghda a été interrogée par la police pendant plus de quatre heures pour son activisme contre le régime de Ben Ali. En 2016 , elle et son groupe d’amis ont été arrêtés pour avoir joué de la musique dans les rues de Tunis. Les interrogatoires sévères, la violence policière et les arrestations sont courants.

Il n’est donc pas surprenant que les récentes manifestations appellent à la fin de l’État policier. Environ 23 000 personnes en Tunisie sont actuellement en prison, selon des estimations récentes de l’association Avocats sans frontières. Ces chiffres n’ont pas radicalement changé au fil des ans. L’emprisonnement continue d’être un aspect important dans la vie des Tunisiens à travers le pays, et les transferts fréquents de prison obligent les familles à parcourir de longues distances pour voir leurs proches.

Depuis le début des affrontements nocturnes du 14 janvier 2021, date qui coïncidait avec le 10e anniversaire de la chute du régime de Ben Ali ainsi que le début d’un verrouillage de quatre jours, plus de 1600 personnes ont été arrêtées, dont des militants. Environ 600 d’entre eux sont des mineurs.

La violence et la torture sont courantes dans les prisons tunisiennes. Comme Zakia Yaakoubi, mère d’un jeune de 16 ans détenu récemment, a témoigné : «Quand je me suis précipité après [mon fils] au poste de police, il était tout couvert de boue et ils lui donnaient des coups de pied comme une balle.»

Mais le gouvernement tunisien et son appareil médiatique ne définissent pas les affrontements nocturnes comme des «  manifestations  » et les qualifient plutôt d ‘ les jeunes hommes des quartiers populaires qui «volent» et «vandalisent». Beaucoup de mes amis non tunisiens qui continuent de critiquer le gouvernement qualifient ces affrontements nocturnes d’actes «non structurés» qui ne mèneraient les manifestants «nulle part». Mais ce qui est clair, c’est que, plus que les manifestations dites «pacifiques», ce sont les actes de vol qui retiennent le plus l’attention du gouvernement.

Jeune et agité
Les inégalités croissantes et les expériences de perte de dignité sont des histoires que j’entends partout. Raghda dit que même si elle est employée par une institution publique, elle n’a pas de «  contrat  » officiel, ce qui la rend inéligible aux soins de santé gratuits, une précarité qu’elle porte comme un fardeau au milieu de la pandémie de Covid. En tant qu’enseignante auprès d’enfants autistes, Raghda gagne 500 dinars tunisiens par mois (environ Rs 13 500), dont la moitié va à son loyer.

L’éducation continue d’être saluée comme une voie vers la mobilité sociale. Raghda possède une maîtrise en philosophie et termine un diplôme de premier cycle en musique. Mais les diplômes ne se traduisent plus par des emplois stables. Cela a conduit de nombreux étudiants à perdre la motivation d’étudier, dit Houda (nom changé), professeur d’anglais à Tabarka sur la côte nord de la Tunisie.

Beaucoup se plaignent que la jeune génération d’aujourd’hui est le problème. Mais Mhamed M., enseignant dans les écoles publiques du gouvernorat de Sidi Bouzid depuis plus de deux décennies, me dit que le système éducatif reste ce qu’il était dans les années 50-60, sans changements structurels pour répondre à l’évolution des besoins du marché du travail. .

Les histoires de marginalisation correspondent aux conclusions des études quantitatives sur les inégalités économiques et sociales en Tunisie. Aujourd’hui, le chômage dans le pays reste élevé (environ 16% depuis 2013), principalement concentré parmi les jeunes – environ 37% des personnes âgées de 15 à 24 ans étaient au chômage en 2020 (Banque mondiale). Le développement de la Tunisie n’a pas été uniformément réparti géographiquement; la marginalisation des régions du sud et du centre (comme Sidi Bouzid) est importante bien qu’elles soient riches en ressources naturelles.

Nostalgique du passé
L’aggravation de la situation économique, notamment à la lumière de la pandémie de Covid, a rendu certaines personnes nostalgiques de l’ère Ben Ali, reflétée également par la montée en puissance de politiciens proches de l’ancien président, comme Abir Moussi. Avec l’augmentation de l’incertitude économique, la règle de Ben Ali a été repensée comme étant «beaucoup plus fiable qu’aujourd’hui», déclare Michaël Bechir Ayari, analyste senior au think tank International Crisis Group.

Pour les nostalgiques, les événements de 2010-11 ont marqué la chute de la société tunisienne. Abir Jlassi, un étudiant en droit de 27 ans , déclare : «Ce qui s’est passé n’était pas une révolution, ce qui s’est passé était un coup d’État. Le parlementaire Mohammed Krifa du Parti du Destourien Libre a déclaré : «Si vous nous donnez la liberté d’expression et que nous sommes affamés, qu’est-ce que cela signifie?» La liberté d’expression a été saluée comme l’une des plus grandes réalisations de la chute du régime de Ben Ali; le remettre en question remet également en question la signification des événements de 2010-11 et leurs retombées.

Depuis le départ de Ben Ali, une multitude de partis politiques ont vu le jour en Tunisie, notamment Ennahdha – un « parti islamiste modéré » – dirigé par Rached Ghannouchi, interdit sous Ben Ali mais qui reste aujourd’hui une voix forte. Les résultats des élections indiquent une polarisation croissante entre les partis islamiques et laïques, entraînant une fracture des structures de gouvernement.

Une révolution pour toujours
Pour Raghda et d’autres, cependant, la «révolution» continue. Les slogans qui ont marqué les manifestations il y a 10 ans sont revenus, surtout: «Le peuple veut la chute du régime». Alors qu’est-ce qui a changé cette fois? Selon la chercheuse Hela Yousfi , les dix dernières années ont vu la création d’un «nouvel imaginaire politique par les citoyens qui résistent et d’où émergent de nouvelles relations sociales». Ces relations sont basées sur un nouveau concept de pouvoir – autonome, séparé du pouvoir institutionnel classique et qui rejette l’oppression étatique.

Ce refus de se soumettre aux caprices et aux désirs de l’Etat, c’est ce que je vois en marchant avec la jeunesse tunisienne protestante. Venir sur un site de protestation, en pleine pandémie, en sachant que l’on pourrait subir des violences policières, est un acte de résistance et de rejet du pouvoir de l’État. Des groupes se rassemblent loin du site de manifestation alors que la police tire des gaz lacrymogènes; ils me disent de ne pas utiliser d’eau pour nettoyer mes yeux. Ils partagent des cartons de lait pour se laver le visage et presser des citrons sur leur masque facial. La révolution continue, avec le lait et les citrons.

L’auteur est un doctorant étudiant la sociologie politique. Ses recherches portent sur l’étude du racisme, de la religion et des contestations d’identité en Tunisie et en France. Elle tweete @shreya_parikh. Les opinions sont personnelles.

The Print, 31 jan 2021

Tags : Tunisie, Maroc, Algérie, Libye, Egypte, Syrie, Yémen,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image