L’ère Merkel : clap de fin

L’élection d’Armin Laschet à la tête de la CDU (parti chrétien-démocrate) la semaine dernière a rappelé l’imminence de la fin de « l’ère Merkel ». Après quinze années à la tête du pays , les élections du Bundestag en septembre prochain détermineront l’héritier ou l’héritière à la chancellerie allemand. Se pose maintenant la question du « bilan Merkel » et de l’avenir du pays.

L’ère Merkel : quel bilan ?

Si les bilans des présidences françaises sont souvent synonymes de critiques acerbes de la part des citoyens et de l’opposition, outre-Rhin, Merkel, avec plus de 70% de popularité à l’heure actuelle et un départ volontaire de la chancellerie, semble terminer en bonne posture. Son mandat a été marqué par de nombreuses crises : économique d’abord en 2008 mais également migratoire à partir de 2015, crise en Ukraine, crise du Covid… Malgré les difficultés que celles-ci représentent, A. Merkel est apparue à la hauteur. Si la critique met en avant son indécision sur certaines questions (notamment au moment de la crise grecque, sur l’avenir de la Grèce dans l’UE), sa position au moment de la crise de 2008 (elle est alors surnommée « Madame Nein ») , la même critique vante ses qualités de gestionnaire de crises. Pour autant, elle ne serait pas visionnaire n’ayant pas proposé des réformes de fond.

Quoi qu’il en soit, son bilan au plan intérieur, est très positif : l’application de l’Agenda 2010 élaboré par son prédécesseur, Schröder, série de réformes visant à réduire le chômage de masse et à favoriser la croissance économique, a permis au pays de redresser sa situation économique, qui était au plus mal depuis la réunification. Les fameuses « lois Hartz » ont permis une réforme en profondeur du marché du travail et du système social, notamment concernant les allocations chômages. Des réformes sociétales majeures ont également été mises en œuvre :la légalisation du mariage homosexuel en 2017, l’introduction d’une politique familiale nouvelle dans un pays marqué par un vieillissement de sa population.

Et si le bilan intérieur est positif, le bilan sur les questions internationales semble l’être également : en 2015, pour répondre aux défis de la crise migratoire, Merkel combat la xénophobie par sa « culture de bienvenue » qui permet à plus d’un million de migrants d’être accueillis en Allemagne. Au moment des négociations du plan de relance européen post- Covid « Next Generation EU », c’est encore l’Allemagne qui impose à tous les pays membres des mécanismes de solidarité communs.

Une femme à la tête d’un Etat, oui mais…

Alors que la France dispose d’un régime semi-présidentiel avec un exécutif fort, l’Allemagne, elle, s’accommode d’ un système de type parlementaire avec un mode de scrutin proportionnel. Le « bilan Merkel » n’est donc pas celui de la chancelière seulement, mais le résultat d’un travail collectif mené de pair avec des coalitions : sur trois de ses quatre mandats, Merkel a dû composer avec le parti social-démocrate (SPD) au sein d’une grande coalition, et durant un mandat avec son allié le FDP, parti libéral. Sa capacité à créer un consensus au-delà des divergences politiques semble avoir réussi au pays et à replacer son parti, la CDU, plus vers le centre sur l’échiquier politique.

Néanmoins, il convient de noter la continuité de sa politique avec celle de ses prédécesseurs : en matière économique, elle est restée sur la ligne politique économe de l’Etat fédéral, et dans le domaine des relations extérieures, elle a veillé à entretenir ses relations transatlantiques (quoique l’arrivée de D. Trump au pouvoir les ait un temps dégradées) et à maintenir le couple franco-allemand moteur de l’UE.

Un départ… mais peut-être un Merkelien pour successeur ?

Dans la course à la présidence de la CDU, les adhérents ont préférés un Merkelien convaincu à un Merz conservateur, flirtant avec l’aile droite de la CDU, et à un Röttgen assez « outsider » se présentant comme un « modernisateur » du parti.

C’est donc la continuité des politiques entreprises par la chancelière qui semble séduire :le nouvel élu, A. Laschet, ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, est en effet un Merkelien convaincu, un des seuls à avoir soutenu la chancelière au moment de la crise migratoire. Un homme de compromis qui entend marcher dans les pas de sa prédécesseur bien que le contraste entre les deux personnalités soit criant : l’une est divorcée sans enfant , protestante, fille de pasteur, originaire de l’Est ; lui est catholique, trois enfants, originaire de l’Ouest. L’une est souvent décriée pour sa lenteur à prendre des décisions, lui est dynamique et sûr de lui.

Et cependant : une victoire à ces élections ne signifie pas que le candidat de la CDU sera élu chancelier. Ni même que le chef de la CDU sera le candidat investi par son parti dans la course à la chancellerie.

Söder comme candidat favori

Selon toutes vraisemblances, et si on en croit le quotidien du Spiegel dans un article intitulé « Söder et les trois nains (en référence aux trois candidats en lice pour les élections de chef de la CDU), il semblerait que Laschet ne soit pas le candidat favori pour être investi par son parti. On lui préfère un certain Markus Söder, chef de la CSU ( la branche bavaroise de la CDU), très populaire aussi bien en Bavière que dans le reste du pays. Malgré les chiffres Covid de sa région, (les plus élevés d’Allemagne), celui-ci semble s’affirmer comme l’homme fort, avec une certaine autorité politique en imposant par exemple le port du masque chirurgical dans les magasins, là où Laschet a plaidé dans son Land pour un assouplissement des règles anti-Covid.

Pire encore, dans un sondage du 25 janvier dernier, à la question posée aux sympathisants CDU, « pensez-vous que Laschet puisse être le bon candidat CDU dans la course à la chancellerie, le Spiegel recense 45% des voix déclarant « non pas du tout », et 23% « plutôt non ».

Une élection, mais beaucoup de questions en suspens

L’élection à la présidence de la CDU ne débouche pas nécessairement sur une victoire en septembre prochain. Laschet sera-t-il finalement candidat investi par son parti dans la course à la chancellerie ? Quelle pourrait-être la ligne politique défendue par Söder ?Là-dessus, les élections régionales du Landstag en Baden Württemberg et en Rhénanie du Nord Westphalie en mars prochain pourront assurer Laschet dans une posture de candidat officiel si son parti remporte les élections. Pour le reste (notamment la question des coalitions menées entre le futur chancelier investi et les autres partis), un grand point d’interrogation demeure…

Marie-Victoire CAMBRAY

Source : Courrier d’Europe, 28 jan 2021

Tags : Angela Merkel, Europe, Union Européenne, Allemagne, UE,