Une époque de révolution inachevée

Une époque de révolution inachevée
10 ANS APRÈS LES RÉVOLUTIONS «ARABES»

JOSEPH DAHER

Les révolutions sont les locomotives de l’histoire (Karl Marx , Luttes de classe en France 1848–1850)


Les révolutions ont été la forme la plus importante de conflit politique et social au XXe siècle, peut-être dans l’histoire de l’humanité, à l’exception peut-être des guerres internationales. Le déclenchement du processus révolutionnaire dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) au cours de la dernière décennie fait partie de ces événements majeurs et révolutionnaires de l’histoire humaine. Il ne fait aucun doute que la première vague de révoltes en 2011 a marqué l’ouverture d’une époque inachevée de révolution et de contre-révolution.

Un processus révolutionnaire à long terme

Une révolution est généralement comprise comme un mouvement populaire de masse qui vise un changement radical même s’il n’y parvient pas. Dans le cas des soulèvements de la région MENA en 2011, ils n’ont pas remporté de changements matériels radicaux dans les structures économiques de la région, mais ont renversé les cliques familiales du pouvoir en Tunisie, en Égypte, en Libye, au Yémen, en Algérie et au Soudan, entre autres.

En d’autres termes, nous avons été témoins de formes de révolution politique limitée plutôt que de révolution sociale, qui auraient entraîné des changements plus fondamentaux dans le régime néolibéral d’accumulation au sein du capitalisme, sinon dans le mode de production lui-même. Il est important de saisir les limites des victoires politiques, car les problèmes de la région ne sont pas seulement politiques mais sont les produits sociaux de sa forme particulière de capitalisme.

Néanmoins, nous avons assisté à la mobilisation d’un grand nombre de personnes réclamant le renversement des régimes despotiques dans un pays après l’autre. C’est l’un des principaux aspects d’une révolution. Comme l’écrivait le révolutionnaire russe Léon Trotsky:

La caractéristique la plus indubitable d’une révolution est l’ingérence directe des masses dans les événements historiques. En temps ordinaire, les États, qu’ils soient monarchiques ou démocratiques, s’élèvent au-dessus de la nation, et l’histoire est faite par des spécialistes de ce secteur d’activité – rois ministres, bureaucrates, parlementaires, journalistes. Mais à ces moments cruciaux où l’ancien ordre ne devient plus supportable pour les masses, ils franchissent les barrières qui les excluent de l’arène politique, balaient leurs représentants traditionnels et créent par leur propre ingérence les bases initiales d’un nouveau régime.

Certains des soulèvements populaires ont abouti à une situation proche du double pouvoir. Ils ont organisé un État alternatif émergent pour contester le régime existant. Un exemple important de cela s’est produit en Syrie au début du soulèvement, lorsque les militants ont créé des comités de coordination et des conseils locaux dans les zones libérées.

Celles-ci formaient une alternative potentielle au régime d’Assad et au capitalisme syrien. Mais ils ne se sont jamais complètement développés. Il y avait des problèmes avec eux, en particulier la sous-représentation des femmes ainsi que des minorités ethniques et religieuses. Néanmoins, ces organes locaux d’autonomie ont constitué au moins pendant un certain temps une alternative politique susceptible de séduire de larges couches de la population.

Malgré la défaite de la première vague de soulèvements en 2011, le plus horriblement en Syrie, le processus révolutionnaire n’est pas terminé. Comme l’a souligné la décennie suivante de révolte en cours, la région est au milieu d’un processus révolutionnaire à long terme.

Les racines du processus révolutionnaire

Ce processus est enraciné dans l’économie politique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Le développement économique de la région est bloqué par son mode de production spécifique, qui est un capitalisme aventureux, spéculatif et commercial caractérisé par une recherche de profit à court terme. En conséquence, les masses de la région ont une confluence de griefs économiques et politiques qui ne peuvent être surmontés que par un changement révolutionnaire.

Dans cette analyse, les soulèvements au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ne sont pas seulement le résultat de la crise économique mondiale de 2008. Certes, la Grande Récession a contribué à les déclencher, mais la région a des problèmes structurels plus profonds par rapport au reste du système mondial. . Ce mode de production capitaliste est axé sur l’extraction de pétrole et de gaz naturel, le sous-développement des secteurs productifs, le surdéveloppement des services et le développement de diverses formes d’investissement spéculatif, en particulier dans l’immobilier.

Chaque pays a bien sûr ses propres spécificités. Mais tous partagent des caractéristiques générales: les États patrimoniaux et néo-patrimoniaux dominent cette structure économique. Dans les États patrimoniaux classiques comme la Syrie et les monarchies du Golfe, une famille et sa clique président les dictatures, enrichissent une bourgeoisie d’État et se lancent dans une privatisation de copinage. Dans les États néo-patrimoniaux comme l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie et le Soudan, les dictateurs supervisent les États contrôlés par l’appareil militaire. Dans les deux cas, le népotisme et la corruption sont monnaie courante.

Les politiques néolibérales et les mesures d’austérité mises en œuvre au cours des dernières décennies ont exacerbé la politique autoritaire de la région et bloqué le développement économique. Les régimes ont réduit les services publics, supprimé les subventions aux produits de première nécessité comme la nourriture et privatisé l’industrie publique en les vendant souvent à des capitalistes liés aux centres du pouvoir politique.

Ils ont également ouvert leurs économies aux investissements directs étrangers, développant le secteur des exportations et des services – en particulier le tourisme. Dans le même temps, les États ont maintenu les impôts sur les entreprises étrangères et nationales à un niveau bas et leur ont garanti une main-d’œuvre bon marché. Les appareils répressifs des régimes ont servi d ‘«agent de sécurité» protégeant les intérêts de ces entreprises et sévissant contre les travailleurs, les paysans et les pauvres.

En conséquence, tous les pays de la région sont caractérisés par une inégalité de classe extrême, des taux de pauvreté élevés et un chômage élevé, en particulier chez les jeunes. Ceux qui ont une éducation et des compétences valorisées quittent leur pays pour des opportunités ailleurs.

Et, dans le cas des monarchies du Golfe, leurs économies reposent sur des travailleurs migrants temporaires qui constituent la majorité de la population ouvrière et sont privés de droits politiques et civils. Au Koweït, au Qatar, aux Émirats arabes unis et à Oman, les travailleurs migrants représentent plus de 80% de la main-d’œuvre.

Ces réalités contredisent les affirmations des institutions financières internationales et des États occidentaux, en particulier les États-Unis, selon lesquelles une réforme néolibérale créerait une «classe moyenne» ou une classe capitaliste qui, avec le soutien impérial de la réforme politique, entraînerait la démocratisation. En fait, il a produit le contraire: l’approfondissement de l’autoritarisme néolibéral.

Ces conditions ont généré une lutte croissante parmi les travailleurs et les personnes opprimées à la veille des soulèvements de 2011. Elle a été chassée d’en bas par des jeunes, des travailleurs et des pauvres désespérés pour la liberté politique et l’égalité économique.

Lutte et espoir de révolution

Cela ne veut pas dire que nous devons adopter une perspective économiste, qui réduit tout aux conditions économiques. Il existe bien sûr de nombreux autres facteurs contributifs. Mais le blocage socio-économique combiné aux régimes dictatoriaux de la région a rendu impossible pour les masses populaires de surmonter les inégalités et d’exprimer leurs griefs à travers des processus institutionnels.

Ces conditions matérielles prédisposaient le peuple à lutter. Mais ces conditions à elles seules n’étaient pas suffisantes pour déclencher les soulèvements. Comme Trotsky l’a fait valoir, les classes populaires se tournent vers l’action révolutionnaire lorsqu’elles voient l’espoir de transformer leur société:

En réalité, la simple existence de privations ne suffit pas à provoquer une insurrection, si c’était le cas, les masses seraient toujours en révolte. Il faut que la faillite du régime social, révélée de manière concluante, rende ces privations intolérables, et que de nouvelles conditions et de nouvelles idées ouvrent la perspective d’une issue révolutionnaire.

L’espoir et les nouvelles idées qui ont déclenché les révoltes en 2011 sont venus du fait que des millions de personnes dans les rues en Tunisie et en Égypte réclamaient le renversement de leurs dirigeants. Mais les luttes inspirantes dans ces deux pays ne sont pas venues de nulle part.

Au cours de la décennie précédant le soulèvement, une lutte ouvrière importante a eu lieu en Tunisie et en Égypte. En Tunisie, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a joué un rôle de premier plan dans l’opposition aux régimes autoritaires, bien qu’elle ait été sérieusement affaiblie par une combinaison de répression, de privatisation des emplois publics et de compromis de la direction syndicale avec le régime .

En Égypte, le pays a connu son plus grand mouvement social depuis la Seconde Guerre mondiale, avec des grèves et des occupations de différents secteurs de la société. Les grèves dans les usines de Mahala el Kubra en 2008 ont témoigné de la force du mouvement ouvrier malgré la répression des forces de sécurité. Ces luttes ont progressivement ouvert la voie à la création de syndicats ouvriers indépendants, qui ont joué un rôle décisif dans le renversement de Moubarak (bien que non officiellement reconnu) et les premières années du soulèvement.

Ainsi, sur la base d’années de lutte, les révoltes en Tunisie et en Egypte ont montré comment la mobilisation de masse pouvait renverser les dictateurs. Leurs victoires, si incomplètes dans le cas de la Tunisie et temporaires dans le cas de l’Égypte, ont inspiré les masses de la région à se soulever contre leurs propres régimes.

Les révoltes de la région MENA suscitent la résistance mondiale

La première décennie du nouveau millénaire a commencé avec le lancement de la soi-disant «guerre contre le terrorisme» en 2001 et s’est terminée avec la grande récession de 2008 et la crise mondiale qui a suivi. Les soulèvements populaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ont ouvert la prochaine décennie, déclenchant une résistance dans le monde entier contre l’ordre néolibéral et les gouvernements qui l’appliquent.

Les soulèvements dans la région MENA ont renversé les dictatures de Ben Ali en Tunisie, Hosni Moubarak en Égypte, Muammar Khadafi en Libye et Ali Abdallah Saleh au Yémen, qui étaient tous au pouvoir depuis des décennies. Sans aucun doute, la plus grande réussite des soulèvements populaires a été de rappeler à la gauche qu’une révolution dans laquelle des masses de personnes se mobilisent pour refaire la société est possible. Cet ABC de la politique révolutionnaire avait été largement abandonné par de larges sections de la gauche.

Les soulèvements de la région MENA ont inspiré des révoltes dans le monde entier. Une courte liste comprend le mouvement des Indignados en Espagne, Occupy aux États-Unis, les soulèvements contre la hausse des prix et la répression dans les États d’Afrique subsaharienne comme le Burkina Faso, et des luttes similaires dans de nombreux autres pays.

La fin de cette décennie de révolte a culminé avec une deuxième vague du processus révolutionnaire dans la région MENA avec des soulèvements éclatant au Soudan, en Algérie, au Liban et en Irak. Deux nouveaux dictateurs – Omar el-Béchir au Soudan et Abdelaziz Bouteflika en Algérie – ont été renversés après 30 ans de règne, tandis que les classes dirigeantes néolibérales sectaires au Liban et en Irak ont ​​été défiées.

Cette deuxième vague s’est produite au milieu de mobilisations populaires massives croissantes à travers le monde pour les droits politiques et sociaux et l’égalité de Hong Kong et de la Thaïlande à la Catalogne et au Chili. Des grèves et des manifestations féministes massives ont également été organisées pour lutter contre les attaques réactionnaires contre les droits des femmes de la Pologne à l’Argentine. En 2019, les grèves pour le climat ont balayé le monde et la décennie s’est terminée par le soulèvement des Black Lives Matter qui a secoué l’ordre politique et racial aux États-Unis.

Les mobilisations populaires internationales ont approfondi la radicalisation mondiale contre le système capitaliste qui exploite et opprime l’humanité et détruit l’environnement à des fins lucratives. La pandémie n’a fait qu’aggraver les griefs dans le monde entier et remis en question la légitimité des gouvernements.

L’offensive contre-révolutionnaire

Alors que les révoltes de la région MENA ont inspiré des soulèvements similaires dans le monde entier, elles ont également déclenché une offensive contre-révolutionnaire de la part des régimes, des puissances régionales et des États impérialistes. Tout comme la révolution russe de 1917, les soulèvements constituaient une menace pour l’ordre capitaliste, notamment parce que ses réserves d’énergie alimentent l’économie mondiale.

Comme le fait valoir David Harvey, «quiconque contrôle le Moyen-Orient contrôle le robinet pétrolier mondial et celui qui contrôle le robinet pétrolier peut contrôler l’économie mondiale, du moins dans un proche avenir. Les monarchies du Golfe détiennent environ 40 à 45% des réserves mondiales de pétrole et 20% de son gaz.

La volonté d’assurer un flux ordonné de ces réserves explique pourquoi, après une brève période de confusion, les pouvoirs étatiques ont procédé à des contre-révolutions systématiques. Les régimes de la région ont réprimé les manifestations, tué un grand nombre de personnes et arrêté et emprisonné un nombre incalculable de personnes. Par exemple, le régime syrien, avec le soutien de la Russie et de l’Iran, a massacré des centaines de milliers de personnes et dévasté de grandes parties du pays.

Les révoltes ont également affronté une autre force contre-révolutionnaire: les organisations fondamentalistes islamiques. Ils espéraient détourner les luttes pour imposer leur propre forme de régime néolibéral autoritaire et théocratique, contraire aux aspirations démocratiques et égalitaires du peuple. Les fondamentalistes ont trouvé le soutien de puissances régionales comme les États du Golfe et l’Iran.

Diverses puissances régionales et impérialistes sont intervenues de manières multiples et diverses pour soutenir les contre-révolutions. Les puissances autres que les États-Unis ont accru leur marge de manœuvre pour le faire en raison du déclin relatif de Washington en puissance et en influence au Moyen-Orient en raison de l’échec de son occupation de l’Irak. La Russie et la Chine dans une moindre mesure mais surtout l’Iran, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Turquie, le Qatar et Israël ont profité de cette situation pour jouer un rôle croissant dans le soutien à la contre-révolution.

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar sont d’abord intervenus militairement au Bahreïn et ont lancé une guerre contre le Yémen avec le soutien dans les deux cas des États-Unis. L’Iran et la Russie sont intervenus en Syrie. L’Iran et ses forces mandataires en Irak et au Liban se sont également opposés aux révoltes dans ces pays et n’ont pas hésité à réprimer les manifestants.

La Turquie et son allié le Qatar ont soutenu les Frères musulmans et d’autres mouvements fondamentalistes islamiques dans divers pays. Ankara est également intervenue sur le territoire syrien contrôlé par le PYD, la branche syrienne du PKK, dans sa guerre en cours contre l’autodétermination kurde.

Bien que ces rivalités impérialistes et régionales soient évidentes, elles n’empêchent pas les alliances entre ces divisions. Comme l’a noté Karl Marx, les capitalistes et les États capitalistes sont une «bande de frères en guerre». Ainsi, en même temps qu’ils se trouvent en concurrence pour affirmer leur pouvoir géopolitique et accaparer les marchés de leurs entreprises, ils partagent des intérêts de classe, peuvent conclure des accords et souvent collaborer à la répression des soulèvements populaires.

Le dernier exemple en est la réconciliation du Qatar avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui pourrait ouvrir la voie à un rapprochement entre l’Arabie saoudite et la Turquie. L’administration Trump les a également tous poussés à jeter les Palestiniens sous le bus et à ouvrir des relations diplomatiques officielles avec Israël. L’objectif de Washington est de renforcer Israël, d’isoler la lutte palestinienne pour la libération, de consolider une alliance régionale opposée à l’Iran.

En assurant cette réconciliation, les États-Unis ont conclu deux accords particulièrement réactionnaires. Tout d’abord, Washington a amené le Maroc à normaliser ses relations avec Israël en échange de la reconnaissance par les États-Unis de l’occupation du Sahara occidental par Rabat et de leur promesse de 3 milliards de dollars d’investissements pour «l’appui financier et technique des projets d’investissement privé».

Deuxièmement, les États-Unis ont forcé le nouveau gouvernement du Soudan, dans lequel l’armée dirige conjointement avec les représentants du soulèvement populaire, à payer pour ce que l’ancien régime a fait. En échange du retrait de la liste de Washington des États commanditaires du terrorisme, de l’aide à rembourser 60 milliards de dollars de dette envers la Banque mondiale et d’un milliard de dollars d’aide, le Soudan a accepté de rembourser les 335 millions de dollars pour les bombardements d’ambassades africaines et de reconnaître Israël.

Autoritarisme néolibéral

Ainsi, les révoltes continuent de faire face à diverses forces contre-révolutionnaires totalement opposées à tout changement démocratique et socio-économique radical. Ils ne se sont pas seulement engagés à rétablir le statu quo ante; ils visent à intensifier l’autoritarisme, les politiques répressives et les réformes néolibérales.

Ce faisant, les régimes soutenus par les puissances régionales et impériales ont exacerbé toutes les conditions qui ont conduit aux soulèvements. Ils ont utilisé la couverture de la pandémie pour intensifier la répression des mouvements de protestation.

Ils ont imposé des verrouillages à une grande partie de la population, non pour protéger la santé des classes ouvrières, mais pour les empêcher de s’organiser et de se battre pour un changement politique et social. Ils ont menacé les gens d’amendes pour avoir enfreint les couvre-feux, ont pris pour cible les médias pour avoir critiqué leurs politiques et arrêté des militants qui ont remis en question les informations officielles sur le virus.

Ils ont également profité de la récession mondiale et de l’effondrement des prix du pétrole pour mettre en œuvre des réformes néolibérales auparavant encore plus profondes, réduisant le rôle de l’État dans l’économie et élargissant la portée du marché dans une arène auparavant intacte. Plusieurs pays ont adopté une législation sur les partenariats public-privé (PPP) afin d’étendre la privatisation des services publics et des infrastructures publiques.

En Arabie saoudite, les PPP sont devenus un élément fondamental de la stratégie économique et politique de la Vision 2030 promue par le prince Mohammad Bin Salman. Ils placent le capital privé au centre de la future économie saoudienne. Le Financial Times a qualifié ces plans de «thatchérisme saoudien».

Il a réduit les subventions, supprimé l’indemnité de vie chère et augmenté la TVA de 5 à 15 pour cent. Le gouvernement prévoit d’organiser des PPP pour de nombreux services gouvernementaux, y compris des secteurs tels que l’éducation, le logement et la santé. Pendant ce temps, le fonds souverain du royaume a investi plus de 8 milliards de dollars depuis le début de la pandémie dans des mastodontes de l’économie mondiale tels que Boeing et Facebook.

De la même manière, le régime syrien a accéléré sa politique néolibérale. Il a adopté une loi PPP en janvier 2016 qui autorise le secteur privé à gérer et à développer les actifs de l’État dans tous les secteurs de l’économie, à l’exception du pétrole. Le régime a imposé davantage de mesures d’austérité et réduit les subventions sur les produits essentiels de 20,2% du PIB en 2011 à 4,9% en 2019.

Cet autoritarisme néolibéral a encore aggravé les inégalités sociales. Désormais, dans la région MENA, les 1% les plus riches et les 10% les plus riches de la population absorbent respectivement 30% et 64% des revenus, tandis que les 50% les plus pauvres de la population n’en reçoivent que 9,4%.

Dans l’ensemble de la région, la richesse de ses 37 milliardaires équivaut à la moitié la plus pauvre de la population adulte. En outre, entre 2010 et 2019, le nombre de personnes riches ayant des actifs de 5 millions de dollars ou plus en Égypte, en Jordanie, au Liban et au Maroc a augmenté de 24% et leur richesse combinée a augmenté de 13,27%, passant de 195,5 milliards de dollars à 221,5 milliards de dollars.

Dans un rapport publié en août 2020 par Oxfam, il a été estimé que la contraction économique causée par la pandémie et la récession jetterait 45 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté dans toute la région. Les conditions des réfugiés et des travailleurs migrants, qui étaient déjà très difficiles, se sont considérablement aggravées et sont devenus la cible de boucs émissaires racistes.

Les puissances impérialistes ont collaboré avec les régimes dans cet autoritarisme néolibéral. Leurs institutions financières internationales ont utilisé la dette, qui a atteint des proportions astronomiques en Égypte, au Soudan, en Tunisie, au Liban et en Jordanie, pour exiger un nouvel ajustement structurel de leurs économies alors même qu’elles s’enfoncent dans la récession.

En conséquence, les militants du mouvement augmentent maintenant la demande d’annulation de la dette. La Tunisie est un exemple. La facilité de financement élargie du FMI a imposé plusieurs mesures d’austérité, entraînant la dépréciation du dinar tunisien en 2017, et l’inflation qui en a résulté a appauvri les classes populaires et a fortement augmenté les taux de chômage.

La dette extérieure du gouvernement représente désormais environ les deux tiers de la dette publique totale en 2020 et les fonds qui seraient autrement affectés au bien-être public sont désormais détournés pour la servir. Les militants s’opposent désormais au paiement de la dette. Ainsi, alors que la Tunisie a gagné une plus grande démocratie, les conditions socio-économiques de la majorité se sont dégradées.

De plus en plus de Tunisiens fuient leur pays, non pas à cause de la répression politique, mais de la pauvreté. Cinq fois plus de personnes sont parties cette année qu’en 2019. Elles risquent leur vie en traversant la Méditerranée et si elles survivent, elles sont confrontées au régime frontalier brutal de l’UE et à la discrimination raciste dans les pays européens. La région redevient ainsi une poudrière de doléances économiques et politiques.

Les défis de la gauche: construire un instrument politique de résistance
L’un des principaux problèmes des vagues de résistance à ces conditions a été l’extrême faiblesse de la gauche radicale et de la classe ouvrière organisée. Ceux-ci ont été incapables d’intervenir en tant que force politique centrale parmi les classes populaires et de participer à leur auto-organisation pour répondre aux revendications économiques et politiques.

En Égypte, il y a eu au départ de grandes luttes économiques et des syndicats indépendants croissants, mais ils ne se sont jamais cohérents en un véhicule politique de taille suffisante pour articuler les revendications de classe et s’organiser à un niveau de masse. Les seules exceptions à cette situation étaient en Tunisie et au Soudan.

Dans les deux pays, la présence d’organisations syndicales de masse telles que l’UGTT tunisienne et l’Association professionnelle soudanaise ont été des éléments clés dans l’organisation de luttes de masse réussies. Les femmes ont également bâti de grandes organisations féministes qui continuent de revendiquer progressivement leurs droits.

Bien entendu, les luttes dans les deux pays ont également atteint les limites d’un simple changement politique. L’UGTT et l’Association professionnelle soudanaise ont joué un rôle central, mais leurs dirigeants ont été tentés de chercher un compromis avec les élites dirigeantes plutôt qu’un changement socio-économique radical.

Néanmoins, les organisations de masse de la Tunisie et du Soudan restent l’exception dans la région. Ailleurs, les travailleurs et les opprimés n’avaient pas de telles organisations en place, ce qui rendait difficile pour les masses de remplacer les régimes par une alternative progressiste. Dans les années à venir, la gauche doit jouer un rôle central dans la construction et le développement de ces grandes organisations politiques alternatives.

La gauche a également besoin de développer une stratégie politique qui ne recherche qu’une révolution politique, mais aussi une révolution sociale dans laquelle les structures de la société et le mode de production sont radicalement modifiés. En effet, le seul moyen de garantir une révolution politique est d’en réaliser une sociale.

La gauche ne devrait pas prôner une stratégie stagiste consistant à effectuer d’abord une révolution interclasse pour la démocratie et à retarder pendant une période indéterminée une révolution sociale complète. Nous avons vu les problèmes avec cette stratégie dans des pays comme l’Afrique du Sud, où l’apartheid a été démantelé, mais les inégalités sociales et de classe se sont aggravées.

Comme le soutient Daniel Bensaïd,

Entre les luttes sociales et politiques, il n’y a ni murs chinois ni compartiments étanches. La politique naît et s’invente à l’intérieur du social, dans la résistance à l’oppression, l’énoncé de nouveaux droits qui transforment les victimes en sujets actifs.

Les socialistes dans ces luttes doivent défendre la libération de tous les opprimés, en soulevant des revendications de droits pour les femmes, les minorités religieuses, les communautés LGBT et les groupes raciaux et ethniques opprimés. Ne pas le faire empêchera la gauche d’unir la classe ouvrière pour une transformation radicale de la société.

Le récent déclenchement de manifestations en Tunisie à l’occasion du 10e anniversaire du renversement du dictateur Ben Ali démontre la colère de larges secteurs des classes populaires contre les malheurs économiques, les inégalités sociales, le chômage, la corruption politique et toute une série d’autres problèmes.

De plus, le nouveau gouvernement démocratique a violemment réprimé les manifestations et arrêté plus de 1000 personnes, dont des mineurs. Il a même arrêté des individus qui n’avaient pas participé aux manifestations – simplement parce qu’ils avaient écrit des messages Facebook soutenant le mouvement de protestation.

Ce scénario indique les limites de la révolution politique sans révolution sociale. Cela souligne également l’importance pour la gauche de développer un projet de classe indépendant visant à faire progresser à la fois la démocratisation et la transformation sociale.

Le point concernant l’indépendance de la gauche est essentiel, car l’une des erreurs que la gauche a commises surtout lors de la première vague de révolte a été de s’aligner sur l’une des deux forces de la contre-révolution.

Certains ont collaboré avec les régimes autoritaires contre les fondamentalistes islamiques avec des résultats désastreux. Cela n’a abouti qu’à la contraction de l’espace démocratique des travailleurs et des opprimés pour s’organiser pour la libération. Les régimes restent le premier ennemi des forces révolutionnaires dans la région.

Dans le même temps, d’autres secteurs de la gauche se sont alliés aux organisations fondamentalistes islamiques contre l’État. Les fondamentalistes islamiques, qu’ils soient au pouvoir ou non, sont des réactionnaires; ils ciblent les travailleurs, les syndicats et les organisations démocratiques, tout en promouvant une économie néolibérale et des politiques sociales réactionnaires. Ils font également partie de la contre-révolution.

Au lieu de se tourner vers l’une ou l’autre de ces deux forces, la gauche doit construire un front indépendant, démocratique et progressiste qui cherche à promouvoir l’auto-organisation des travailleurs et des opprimés. Dans ce projet, il faut comprendre que les luttes ouvrières à elles seules ne suffiront cependant pas à unir les masses.

Les socialistes dans ces luttes doivent défendre la libération de tous les opprimés, en soulevant des revendications de droits pour les femmes, les minorités religieuses, les communautés LGBT et les groupes raciaux et ethniques opprimés. Ne pas le faire empêchera la gauche d’unir la classe ouvrière pour une transformation radicale de la société.

La gauche doit également cultiver une vision régionale et internationaliste, ce qui fait actuellement défaut dans une grande partie du monde. La gauche de la région doit construire des réseaux de collaboration pour construire une alternative progressiste aux forces contre-révolutionnaires locales, régionales et impériales.

Les classes dirigeantes de la région partagent leurs expériences et leurs leçons pour défendre leur ordre néolibéral autoritaire. La gauche doit faire de même car la lutte est régionale. Une défaite dans un pays est une défaite pour tous, et la victoire dans un pays est une victoire pour tous.

La gauche de la région doit développer des relations de collaboration avec les forces progressistes au niveau international. Aucune solution socialiste ne peut être trouvée dans un pays ou dans une région, en particulier dans un pays comme le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, qui, en raison de ses réserves énergétiques stratégiques, a été un champ de bataille pour les puissances régionales et impérialistes.

De nouvelles explosions de colère populaire sont à prévoir car les causes profondes des soulèvements non seulement persistent mais se sont en fait multipliées et intensifiées. Cependant, ces conditions ne se traduisent pas nécessairement directement par des opportunités politiques, en particulier pour les pays qui ont subi des guerres et une crise économique profonde. Mais la lutte nous attend.

La gauche doit participer à la construction de fronts unis contre l’autocratie, l’exploitation et l’oppression, et en même temps construire une alternative politique parmi les classes populaires. Ce sont les tâches non seulement de la gauche dans la région MENA, mais dans le monde entier.

Conclusion

Le processus révolutionnaire de la région MENA fait partie intégrante de la résistance populaire mondiale contre l’ordre capitaliste néolibéral en crise. Mais il a un radicalisme particulier né de sa forme particulière de capitalisme qui a ouvert une époque révolutionnaire à long terme. Contre les affirmations orientalistes d’exceptionnalisme arabe ou islamique, les masses de la région luttent pour les mêmes revendications pour lesquelles les peuples du monde entier se battent, notamment en tant que démocratie, justice sociale, égalité et laïcité. Mais pour gagner, il faut non seulement un changement de gouvernement, mais aussi des révolutions politiques et sociales.

Il n’y a pas de chemin simple dans ce processus révolutionnaire. Pour gagner, il faudra construire une gauche capable de naviguer dans des combinaisons complexes et dynamiques de luttes politiques et économiques. Comme Lénine l’a déclaré il y a des décennies:

Imaginer que la révolution sociale est concevable … sans les explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans un mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre l’oppression des propriétaires terriens, de l’Église et de la monarchie , contre l’oppression nationale, etc. – imaginer tout cela, c’est répudier la révolution sociale. Ainsi, une armée s’aligne à un endroit et dit: «Nous sommes pour le socialisme», et une autre, ailleurs, et dit: «Nous sommes pour l’impérialisme», et ce sera une révolution sociale!… Quiconque attend un social «pur» la révolution ne vivra jamais pour le voir. Une telle personne rend hommage à la révolution sans comprendre ce qu’est la révolution.

Le rôle de la gauche et des progressistes est parfaitement clair: construire une alternative sociale et démocratique inclusive dans la lutte. La région MENA reste au milieu d’un processus révolutionnaire à long terme qui a – et inclura – à la fois la révolution et la contre-révolution.

Il y a déjà eu de terribles défaites, mais aussi des victoires partielles. Mais ni l’un ni l’autre n’a mis fin au processus. Cela ne fait que commencer…


Source : Spectre Journal, 26 janvier 2021

Tags : Printemps Arabe, Maroc, Tunisie, Algérie, Libye, Egypte, Syrie,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image