Normalisation avec Israël: Biden va-t-il maintenir les engagements US envers Abou Dhabi, Khartoum et Rabat?

Par Kamal Louadj

Washington et Tel-Aviv renforceront leur partenariat sécuritaire «en s’appuyant sur le succès des accords de normalisation conclus par Israël avec les Émirats, Bahreïn, le Soudan et le Maroc», a affirmé le conseiller américain à la Sécurité nationale. Mais, la question sur les engagements US reste posée.

Samedi 23 janvier, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue israélien Meir Ben Shabbat, le nouveau conseiller américain à la Sécurité nationale Jake Sullivan a assuré que son pays allait soutenir tous les accords de normalisation conclus par Israël avec des pays arabes, surnommés «Accords d’Abraham», indique un communiqué de la Maison-Blanche publié sur son site.

Affirmant que Washington tient «à la sécurité d’Israël», le responsable n’a cependant pas précisé si les décisions liées à la vente d’avions de combat F-35 aux Émirats arabes unis, à la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental et au retrait du Soudan de la liste des pays sponsors du terrorisme international allaient être maintenues.

«Un engagement sans faille»

Durant l’entretien, M.Sullivan a souligné «l’engagement sans faille du Président Biden pour la sécurité d’Israël». Les deux hommes «ont discuté des possibilités de renforcer le partenariat au cours des prochains mois, notamment en s’appuyant sur le succès des accords de normalisation conclus par Israël avec les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc».

Enfin, Jake Sullivan a assuré que «les États-Unis consulteront étroitement Israël sur toutes les questions de sécurité régionale».

Des engagements «à examiner attentivement»

Lors de leur audition au Congrès pour confirmation de leur nomination, le chef du département d’État Antony Blinken et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin s’étaient exprimés sur les engagements pris par Donald Trump dans le sillage des accords de normalisation.

«Il y a certains engagements qui ont pu être pris dans le contexte de la normalisation de leurs relations avec Israël par ces pays, que je pense que nous devrions examiner attentivement, et j’imagine que le comité [Commission des Affaires étrangères du Sénat, ndlr] est du même avis», avait répondu M.Blinken à un membre du Congrès, reliait l’Institut de Washington pour la politique proche-orientale.

Dans le même sens, il a ajouté qu’il applaudissait «le travail qui a été fait pour faire avancer la normalisation avec Israël», espérant pouvoir «également bâtir sur cet acquis».

Lloyd Austin, pour sa part, avait répondu au sénateur James Inhofe, président de la commission des Forces armées, que la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara occidental «est une question que je voudrais certainement examiner de plus près, monsieur le président, avant que je vous donne une réponse détaillée».

Enlisement de la situation au Sahara occidental

La reconnaissance unilatérale américaine le 10 décembre de la souveraineté du Maroc sur le territoire du Sahara occidental a été décidée après l’intervention le 13 novembre de l’armée marocaine pour prendre le contrôle du passage frontalier de Guerguerat.

Suite à cette action armée, le Président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) Ibrahim Ghali avait signé un décret mettant fin à l’engagement de la RASD à respecter l’accord de cessez-le-feu avec le Maroc signé en 1991 sous les auspices de l’Onu.

Dimanche 24 janvier, le ministère sahraoui de la Défense a annoncé de nouvelles opérations militaires menées la veille contre les unités de l’armée marocaine déployées au passage de Guerguerat, d’après l’agence officielle sahraouie (SPS). C’est le 73e jour consécutif d’attaques contre les forces marocaines le long du mur de séparation, ajoute la même source.
Les autorités marocaines affirment quant à elles que la situation est calme au passage de Guerguerat et que le trafic commercial se poursuit normalement dans cette zone.

Sputnik, 26 jan 2021

Tags : Sahara Occidental, Maroc, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Soudan, israël, Normalisation,