Le journaliste marocain Maati Monjib condamné à 1 an de prison

New York, 28 janvier 2021 – Le tribunal de première instance de Rabat, au Maroc, a condamné hier Maati Monjib, co-fondateur de l’Association marocaine du journalisme d’investigation, de fraude et de mise en danger de la sécurité de l’État, et l’a condamné à un an de prison et une amende de 10.000 dirhams (US $ 1116), selon les nouvelles rapports .

«Le gouvernement marocain surveille et harcèle le journaliste Maati Monjib depuis des années, et avec cette décision de l’emprisonner, les autorités nous disent qu’elles ne peuvent même pas s’embêter avec un semblant de liberté de la presse», a déclaré le coordinateur du programme du CPJ pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Sherif Mansour. «Les autorités doivent immédiatement libérer Monjib, abandonner toutes les charges retenues contre lui et mettre fin à leur harcèlement des journalistes.»

Le procès de Monjib, d’abord uniquement pour atteinte à la sécurité de l’État, a commencé en octobre 2015 et s’est poursuivi pendant des années, comme l’a documenté le CPJ. Il a déclaré au CPJ en 2019 qu’il faisait face à la surveillance du gouvernement; en octobre 2020 , la Brigade nationale de la police judiciaire a également accusé Monjib et quatre membres de sa famille de blanchiment d’argent et les a interrogés; et le 28 décembre 2020 , les autorités ont arrêté Monjib alors qu’il dînait avec un ami à Rabat.

Hier, le tribunal a également condamné les journalistes exilés Hichem Mansouri et Samad Ait Aïcha de mise en danger de la sécurité de l’État et les a condamnés chacun, par contumace, à un an de prison et à une amende de 5000 dirhams (558 USD), selon un communiqué d’Ait Aïcha sur Twitter.

Le CPJ a envoyé un e-mail au ministère marocain de la Justice pour commenter la condamnation de Monjib, mais n’a pas reçu de réponse immédiate.

Source : Committee to Protect Journalists, 28 jan 2021

Tags : Maroc, Maati Monjib, presse, journalistes,