Joe Biden hérite d’un piège de Donald Trump

La décision de dernière minute de Trump de reconnaître la revendication du Maroc sur le Sahara occidental pose un dilemme au nouveau président américain.

Le président américain Joe Biden devrait réinitialiser largement les relations des États-Unis avec l’Afrique, que son prédécesseur Donald Trump a réduit à un nouveau plus bas. Biden a déjà annulé une série de mauvaises décisions de Trump dans le monde, allant du retour de l’accord de Paris sur le climat à la fin de la construction du mur frontalier mexicain.

Mais l’une des décisions de Trump – un coup de départ en décembre 2020 – ne sera pas si facile à corriger. C’était sa reconnaissance controversée de la revendication contestée du Maroc sur le Sahara occidental, en échange de la reconnaissance par le Maroc de l’État d’Israël.

Le malheureux Sahara occidental n’était apparemment qu’un pion inutile dans la politique plus large de Trump consistant à persuader les États musulmans du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord de reconnaître Israël. Il avait déjà négocié la reconnaissance d’Israël par les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan. Le dernier était également un accord de contrepartie dans lequel Trump a accepté de retirer le Soudan de la liste américaine des États parrains du terrorisme.

Le Maroc a nié le lien entre la reconnaissance américaine de sa revendication du Sahara Occidental et la reconnaissance d’Israël par Rabat. Et il a fortement insisté sur le fait qu’il n’a pas abandonné la cause de l’indépendance de la Palestine. Mais la preuve circonstancielle d’une contrepartie semble accablante.

Le malheureux Sahara occidental n’était apparemment qu’un pion consommable dans la politique de Trump au Moyen-Orient

Même dans son propre parti républicain, la décision de Trump a été vivement critiquée. Le sénateur Jim Inhofe de l’Oklahoma, un défenseur de longue date des droits du peuple sahraoui, a qualifié cette décision de «choquante et profondément décevante». Inhofe a ajouté que Trump aurait pu conclure l’accord entre le Maroc et Israël «  sans échanger les droits d’un peuple sans voix  ».

John Bolton, ancien ambassadeur des États-Unis aux Nations Unies (ONU) sous le président George W Bush et ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump avant qu’ils ne se disputent de manière spectaculaire, a accepté. Il a tweeté : «  Trump a eu tort d’abandonner trente ans de politique américaine sur le Sahara occidental juste pour remporter une victoire rapide en politique étrangère.  »

C’était certainement un revirement brutal de la politique américaine à l’égard du Sahara occidental. Pas plus tard qu’en octobre 2020, les États-Unis avaient soutenu le renouvellement du mandat de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO).

De cette politique conventionnelle d’acceptation du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, l’administration Trump sortante est passée à ne reconnaître que son droit à une certaine autonomie, le maximum que le Maroc est maintenant prêt à concéder. Mais si cette volte-face était choquante, comme l’a dit Inhofe, cela ne signifie pas qu’il sera nécessairement si facile d’inverser.

Biden fera face à un retour important de l’Afrique s’il accepte la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental

L’administration Biden prend son temps sur celui-ci, suggérant que cela s’avère être une décision difficile. Quand Inhofe a interrogé le secrétaire à la Défense de Biden, Lloyd Austin, lors de son audition de confirmation au Sénat le 19 janvier, Austin a seulement dit que le problème justifiait un «  examen plus approfondi  », mais ne s’est pas engagé. Le nouveau secrétaire d’État Antony Blinken a complètement esquivé la question lors de sa première conférence de presse cette semaine.

Le département d’État a répondu sans engagement à la même question d’ ISS Today . «Nous nous félicitons des nouvelles mesures prises par le Maroc pour améliorer ses relations avec Israël. La relation Maroc-Israël aura des avantages à long terme pour les deux pays », a déclaré un porte-parole.

«Les États-Unis continueront de soutenir le processus de l’ONU pour mettre en œuvre une solution juste et durable à ce différend de longue date. Nous soutiendrons également le travail de la [MINURSO], pour surveiller le cessez-le-feu et prévenir la violence dans la région. »

Judd Devermont, responsable du programme Afrique au Center for Strategic and International Studies de Washington, estime qu’en général, l’administration Biden réinitialisera les relations des États-Unis avec l’Afrique. Celles-ci ont été endommagées par quatre ans de «  politique négligente, mesquine et obsédée par la Chine  » sous Trump.

Il note que Biden a déjà commencé à réparer l’image des États-Unis et à remettre l’accent sur la démocratie, les droits de l’homme et la gouvernance. Les exemples en Afrique incluent les commentaires critiques du gouvernement sur la brutalité policière au Nigéria, la guerre au Tigré et les «élections illégitimes» en Ouganda.

Contrairement au Sahara occidental, Biden a rapidement suspendu les accords d’armes de Trump avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis

Pourtant, il estime que «le Sahara occidental pose un casse-tête immédiat pour la nouvelle administration. Alors que le Maroc a persuadé de nombreux pays africains de reconnaître son contrôle sur la région, l’Union africaine (UA) compte le Sahara occidental comme l’un de ses 55 États membres.

«  Le président Biden risque de nuire à ses relations avec Rabat s’il annule la décision de son prédécesseur, mais il fera face à un revers important avec l’UA et d’autres gouvernements africains s’il accepte la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.  »

Yasmina Abouzzohour, chercheur invité au Brookings Doha Center, est d’accord, affirmant que l’administration Biden risque de s’aliéner non seulement le Maroc mais aussi Israël si elle annule la décision de Trump. «En cas de décomptabilisation, le régime marocain pourrait revenir sur sa normalisation partielle des relations avec Israël, malgré ses intérêts économiques», a-t-elle déclaré à ISS Today . «Compte tenu des intérêts de sécurité américains au Maroc et de ses liens étroits avec le royaume et Israël, l’administration est naturellement prudente.

Abouzzohour oppose l’hésitation de l’administration Biden à l’égard du Sahara occidental à ses suspensions rapides et audacieuses des accords de Trump de vente d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, deux principaux alliés des États-Unis au Moyen-Orient.

Si Biden ne revient pas sur la décision de Trump, cela nuira sans aucun doute à la longue et déjà assez désespérée quête d’indépendance du Front Polisario. Il est trop tôt pour quantifier l’impact, dit Abouzzohour. Mais il est peu probable qu’une décision américaine modifie les positions de l’Union européenne (UE) ou de l’ONU sur le différend.

«L’ONU continuera de faire avancer les résolutions du Conseil de sécurité , tandis que l’UE tentera de trouver un équilibre entre le maintien de ses liens étroits avec le Maroc et le soutien du processus de paix de l’ONU», dit-elle.

Quels que soient les motifs de Trump pour sa décision, il a aussi, intentionnellement ou non, laissé à Biden des pièges. Et cela semble être l’un d’entre eux.

Peter Fabricius, consultant ISS

Source : Institut d’Etudes de Sécurité, 29 jan 2021

Tags : Sahara Occidental, Maroc, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Soudan, israël, Normalisation,