Aljazeera : En Tunisie, commerçants frontaliers et contrebandistes luttent pour survivre au milieu du COVID

Des restrictions strictes contre les coronavirus ont durement frappé le commerce frontalier vital dans le sud-est de la Tunisie, déclenchant un exode vers l’Europe.

Par Sam Kimball

Sud-est de la Tunisie – À Ben Guerdane, une ville située à l’extrême sud-est de la Tunisie, à cheval sur les marais, la mer et la frontière libyenne, des rangées de stands vendant du carburant de contrebande sont fermées. Un seul stand est ouvert.

Devant, Tarek est assis dans un burnous, un manteau tunisien à capuche en laine. Derrière lui, des jerrycans en plastique remplis de diesel sont stockés à l’ombre de son étal.

«Nous rassemblons le carburant que les commerçants apportent de la Libye, le stockons et le vendons ici», a déclaré Tarek.

«Mais pendant les huit mois que les frontières ont été fermées [en raison des mesures contre les coronavirus], nous n’avons pas travaillé un jour. Nous nous sommes assis à la maison.

Abdelbassat, un autre vendeur de carburant qui travaille avec Tarek, a déclaré: «Je pense quitter la Tunisie sur un bateau. J’en connais des centaines comme moi qui sont déjà partis. Il n’y a pas de travail ici.

La semaine dernière, les doléances économiques de la Tunisie ont été mises en lumière alors que le pays a célébré le 10e anniversaire de la chute de l’ancien dirigeant Zine El Abidine Ben Ali.

Des manifestations ont éclaté ces derniers jours dans les grandes villes pour exiger des emplois, de la dignité et la libération des détenus, les restrictions du COVID-19 aggravant un malaise économique plus large.

Dans le sud-est pauvre et longtemps négligé de la Tunisie, l’économie dépend en grande partie d’un mélange de commerce transfrontalier légal et de la contrebande de tout, du carburant à l’électronique en passant par la nourriture et même les armes.

Mais des restrictions strictes contre les coronavirus ont durement frappé le commerce frontalier et ont encore aggravé une crise sociale et économique.

Alors que le sud-est n’a pas connu de manifestations importantes récemment, de nombreuses personnes dans la région partent maintenant pour l’Europe pour de périlleux voyages en Méditerranée.

Bordure fermée
Rahdouane Azlouk, un commerçant frontalier à Ben Guerdane, a déclaré à Al Jazeera que les frontières avec la Libye étaient complètement fermées du 16 mars au 14 novembre.

«Le seul secteur en Tunisie non touché par la fermeture des frontières pourrait être l’agriculture», a déclaré Azlouk.

Mais même après la réouverture des frontières, les mesures anti-COVID ont ralenti et limité les affaires.

«Maintenant, nous avons besoin d’un test COVID-19 pas plus de trois jours avant de partir en Libye avec un résultat négatif. Sinon, nous devons entrer en quarantaine. »

Azlouk a déclaré que les commerçants avaient maintenant mis en place des itinéraires spéciaux pour limiter les contacts avec les autres et minimiser le risque de propagation du coronavirus.

Il a déclaré que les commerçants frontaliers doivent être autorisés à travailler, sinon «une grande partie du sud-est de la Tunisie continuera de s’effondrer».

«Les commerçants changent de l’argent, ils apportent du carburant bon marché, ils [approvisionnent] les magasins de téléphonie en cartes SIM, ils apportent de la nourriture de Libye, ils aident les cafés, ils aident les hôpitaux et les pharmacies en médicaments. Tout cela parce que les produits libyens sont moins chers », a-t-il déclaré.

Selon Adel Abdelkbir, un commerçant frontalier à Ben Guerdane qui dit qu’il achemine légalement du carburant de Libye vers la Tunisie, les protestations et le blocage par les commerçants et leurs familles des routes en septembre et octobre ont finalement forcé le gouvernement à rouvrir les frontières le 14 novembre.
Pendant le verrouillage de la frontière, Abdelkbir a emprunté à des amis et utilisé le crédit pour s’en sortir.

Alors que l’ouverture des frontières a peut-être soulagé une partie de la pression, les mesures anti-COVID réduisent une grande partie de la vie décente qu’il gagnait auparavant – maintenant, il s’en sort à peine.

«J’avais l’habitude de faire trois voyages de l’autre côté de la frontière par jour», dit-il. «Maintenant, c’est un seul.

Il a déclaré qu’un test COVID implique une heure de route vers un centre de test et coûte 209 dinars (77 $) à chaque fois.

«Maintenant, il me reste une moyenne de 30 dinars (11 $) par jour pour les affaires», a-t-il dit – moins d’un tiers de ses revenus antérieurs.

Infections en hausse
Jeudi, le pays d’Afrique du Nord de 11,5 millions d’habitants avait signalé 188 373 infections et 5 921 décès dus au COVID-19.

Les infections ont chuté après que la Tunisie a signalé son plus haut total de 5 752 infections le 17 octobre, mais ont de nouveau grimpé en janvier – enregistrant 3 890 infections jeudi.

Le taux de mortalité à travers le pays est en moyenne de plus de 40 par jour et 77% des lits des unités de soins intensifs à travers le pays sont désormais occupés, selon les chiffres officiels.

Le bureau régional de la santé du gouvernorat de Médenine, où se trouve Ben Guerdane, a rapporté jeudi que les unités de soins intensifs de ses hôpitaux publics et privés avaient atteint 100% de leur capacité. Les cas d’infection dans le gouvernorat ont dépassé les 5 000, avec 196 décès la semaine dernière.

Pendant ce temps, la Banque mondiale projette une augmentation d’au moins 7,3% de la pauvreté en Tunisie pendant la pandémie, et a déclaré que le sud-est serait parmi les plus durement touchés.

Selon les statistiques officielles tunisiennes, le gouvernorat de Médenine a un taux de pauvreté de 21,7%.

Le deuxième poste frontière officiel de la Tunisie avec la Libye, Dhehiba, dans le gouvernorat de Tataouine, à plus de 150 km (93 miles) au sud, a également été fermé en raison de la pandémie de mars à novembre.
Dhaow Dehibi, un militant des médias et enseignant de la ville, a noté que depuis que Dhehiba a été officiellement reclassé en tant que passage commercial en 2011, les habitants en sont venus à compter sur lui pour gagner leur vie.

«Il y avait beaucoup de mouvements au passage de la frontière auparavant», a déclaré Dehibi. «Ceux qui travaillaient au passage à niveau et les commerçants vivaient bien. Ils ont mangé la meilleure nourriture. Ils sont partis en vacances.

«Toute activité s’est arrêtée [lorsque les frontières ont été fermées]», a déclaré Dehibi. Les travailleurs du poste frontière étaient au chômage. Les transporteurs ne pouvaient pas déplacer les produits. Cafés et restaurants fermés. »

Même si les frontières ont rouvert, les mesures anti-COVID ont rendu presque impossible la survie grâce au commerce frontalier, a déclaré Dehibi.

Avec les laboratoires de tests rapides COVID reconnus les plus proches à trois heures de route à Zarzis et Djerba, Dehibi et d’autres militants demandent au gouvernement central de faciliter au moins les tests.

«Nous avons appelé le ministère de la Santé pour demander un centre de dépistage rapide du COVID à Dhehiba. Ils ont dit: « Pourquoi pas? » Mais jusqu’à présent, il n’y a eu aucune action », a-t-il déclaré.

Ouni Ajil, journaliste à Ben Guerdane, a déclaré que malgré les effets économiques intenses de la fermeture des frontières, «il n’y a pas eu d’aide économique pour les commerçants de la part du gouvernement».

Le gouvernement n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Les restrictions de verrouillage à l’échelle nationale et un couvre-feu nocturne depuis octobre pour contenir la propagation du COVID-19 ont continué de limiter le commerce.

Riadh Béchir, président de l’Association pour le développement et les études stratégiques de Médenine, une organisation de recherche non gouvernementale, a déclaré que le commerce frontalier – à la fois légal et illicite – fait partie intégrante du moteur économique du sud-est de la Tunisie.

«Il y a des milliers de commerçants qui font le commerce de marchandises en provenance de Libye, comme de la nourriture et des matériaux de construction via le poste frontière officiel de Ras Jadir, ou qui font passer en contrebande certains articles tels que des médicaments et des produits subventionnés par des voies secrètes dans le désert», a-t-il déclaré email.

Les mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus ont par inadvertance limité les opportunités de gagner leur vie au point que les frontaliers eux-mêmes fuient désormais sur des bateaux à destination de l’Europe.

Fuir vers l’Europe
«En Tunisie, depuis le début de [2020], plus de 12 500 Tunisiens ont voyagé [irrégulièrement] par bateau jusqu’à Lampedusa, en Italie», a déclaré Béchir.

«La migration a des aspects négatifs, laissant même un manque de main-d’œuvre locale dans des domaines tels que la construction, et une augmentation du nombre de femmes célibataires qui [ne trouvent pas de partenaires]», a ajouté Béchir.

L’exode des marchands frontaliers à la recherche de meilleures opportunités à travers la mer est sans précédent dans le sud-est de la Tunisie, a déclaré Chaffar Abdessamad, coordinateur principal des abris pour les migrants à l’Organisation internationale pour les migrations, à Zarzis – un point de départ majeur pour les migrants illégaux.

«Pour nous, c’est étrange de voir que des commerçants de Ben Guerdane tentent de traverser la mer Méditerranée. Nous savons qu’ils [avaient l’habitude de] gagner beaucoup d’argent grâce à la contrebande », a déclaré Abdessamad.

«Mais comme ils traversent la mer, comme beaucoup ici à Zarzis, cela pourrait montrer [qu’ils ont] de gros problèmes économiques.»

SOURCE : AL JAZEERA, 24 jan 2021

Tags : Tunisie, frontières, contrebande, commerce, pandémie, coronavirus, covid 19,