Biden modifiera la rhétorique, mais ne changera pas de cap sur le Sahara occidental

Le président américain Biden risquera d’aliéner le Maroc, un allié fiable, s’il annule l’accord de l’administration Trump.
Lors de son audition de confirmation devant le Sénat américain, le nouveau secrétaire à la Défense a été interrogé sur son opinion sur le Sahara occidental. Le secrétaire général Lloyd Austin a répondu provisoirement: « C’est une question que je voudrais certainement examiner de plus près avant de vous donner une réponse détaillée. »

La reconnaissance par Washington de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental était l’un des nombreux changements importants de politique étrangère annoncés par l’ancien président Donald Trump peu avant son départ. Le cas du Maroc, cependant, est remarquable en ce que le soutien américain aux revendications du royaume sur le territoire a été échangé contre l’engagement de Rabat à normaliser les relations avec Israël.

Pourtant, les actions rapides qui ont suivi cet accord – le premier vol direct entre Israël et le Maroc et la visite de hauts diplomates américains à Dakhla en vue d’un consulat américain – se sont arrêtées après l’investiture du président Biden.

Les remarques du secrétaire Austin ne donnent aucune indication sur la manière dont l’administration Biden envisage d’aller de l’avant et semblent indiquer que la question est loin d’être en tête de la liste des priorités. Pendant ce temps, le silence de l’administration Biden sur la question a effrayé le Maroc: selon certaines sources , le royaume attend l’ouverture à la fois du consulat américain au Sahara occidental et des bureaux de liaison israéliens avant de prendre de nouvelles décisions sur les futures relations Maroc-Israël.

Pendant ce temps, le Front Polisario aurait lancé quatre roquettes sur Guerguerat, l’une des zones tampons de l’ONU située à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie. L’attaque est une escalade depuis l’échange de tirs en cours entre l’armée marocaine et le Front Polisario qui a été signalé depuis la mi-novembre. Le moment choisi pour cet événement n’est pas une coïncidence; les enjeux sont élevés pour que le Front Polisario exprime clairement son opposition au changement de politique de Washington.

Pourtant, malgré le silence du président Biden jusqu’à présent, ainsi que la promesse de son administration d’ un «  retour à la normale  » de l’ère Trump, il est peu probable que Biden change de cap sur la question.

Washington considère Rabat comme un allié fiable, avec des niveaux d’implication variables, dans la promotion de ses intérêts régionaux. Il n’est pas dans l’intérêt de Biden de revenir sur la reconnaissance par les États-Unis des revendications du Maroc et de perdre la faveur de Rabat.

Alors que Trump a annoncé la nouvelle position des États-Unis sur le Sahara occidental de manière abrupte et désinvolte, la contrepartie avait été soigneusement négociée par les parties israélienne, marocaine et américaine pendant des années. En fait, Washington avait commencé à changer sa position sur le Sahara occidental en faveur de Rabat bien avant l’administration Trump. Il y a un certain désaccord sur le moment exact où Washington est passé du soutien de la neutralité positive et du cessez-le-feu négocié par l’ONU, à la pression pour que le libellé des résolutions du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental donne la priorité aux négociations diplomatiques.

Cependant, au fil des ans, Washington a régulièrement ouvert la voie à une solution non référendaire au différend. L’administration Biden prendra ses décisions non pas sur la base de la spontanéité perçue des tweets de Trump, mais plutôt sur la relation de longue date de Washington avec Rabat et un changement de politique en cours depuis des décennies.

L’administration Biden est maintenant confrontée à une situation dans laquelle sa position sur le Sahara occidental est directement liée à ses relations avec Israël. La contrepartie diplomatique signifie que tout retour en arrière de la part de Washington aura un impact négatif sur son plus proche allié dans la région. Si les États-Unis ne parviennent pas à construire un consulat à Dakhla, par exemple, Rabat ne poursuivra pas l’accord de normalisation.

Alors qu’Israël faisait pression pour ce traité – ainsi que des accords similaires avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan – tout obstacle majeur dans sa capacité à se concrétiser serait perçu négativement par le gouvernement israélien et le lobby israélien aux États-Unis. L’administration Biden ayant moins d’un mois, elle ne veut pas avoir à reconstruire à partir de rien les termes de la relation complexe Maroc-Israël.

De plus, le conseiller en sécurité du président Biden Jake Sullivan a récemment déclaré que les États-Unis espèrent tirer parti du «succès» de ces accords de normalisation dans les efforts politiques futurs. L’administration Biden se sentira donc motivée à respecter ses engagements dans le cadre des accords de normalisation existants afin d’assurer leur légitimité à l’avenir.

Le président Biden s’est également prononcé sur le réengagement des institutions internationales. Les Nations Unies ne soutiennent pas les revendications de souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Cette réalité influencera probablement l’administration Biden non pas dans le contenu de ses politiques, mais plutôt dans la formulation publique de celles-ci. Alors qu’il y aura des acteurs au sein de l’ONU qui critiqueront la position de Washington, il est difficile d’envisager un scénario dans lequel cette pression serait suffisante pour influencer la politique américaine.

En conséquence, nous pouvons nous attendre à voir un changement de ton dans la rhétorique de la nouvelle administration sur le Sahara occidental. Cependant, la réintroduction du langage diplomatique doit être analysée parallèlement aux actions de l’administration.

S’il est peu probable que Biden change de cap sur le Sahara occidental, il existe certainement des facteurs indéterminés qui peuvent influencer l’avenir de cette politique. Le récent tir de roquettes est un rappel poignant que le cessez-le-feu des Nations Unies ne s’applique plus entièrement au conflit; une nouvelle montée de la violence pourrait déstabiliser la région et montrer à l’administration Biden que la politique de la fin de l’ère Trump ne servira au mieux les intérêts de Washington que tant qu’ils ne seront pas entraînés dans une guerre.

Si cette escalade augmente considérablement, la nouvelle administration peut se retrouver à reconsidérer ce qu’elle valorise le plus dans ses efforts de «normalité».

TRT World, 26 jan 2021

Tags : Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, Donald Trump, Joe Biden, Etats-Unis, normalisation, Israël,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image