Algérie / Passer à la vitesse supérieure

Les problèmes que pose la propagation du virus du Covid-19 sont multiples et complexes. Ainsi et en plus des retombées catastrophiques sur les politiques sanitaires, les économies et les finances se posent aujourd’hui de sérieuses retombées psychologiques qui ont poussé des millions de personnes dans la déprime et la précarité mentale.

Cette dernière information qui nous vient de la ville américaine de Las Vegas est plus qu’édifiante à ce sujet. En effet, les autorités de la ville ont décidé d’accélérer l’ouverture des écoles, fermées depuis mars dernier à cause de la pandémie, par crainte de voir le nombre des suicides augmenter chez les élèves. Dans les autres pays, d’autres cas de détresse mentale sont enregistrés parmi de larges pans de la société.

Ainsi, cette pandémie qui dure depuis maintenant une année a plongé le monde entier dans une multitude de problèmes qui ont paralysé de manière conséquente pratiquement tous les secteurs de la vie. La crainte est encore plus grande avec l’apparition de nouveaux variants du virus qui compliquent encore davantage la lutte contre cette pandémie qui n’a pas fini d’ébranler les économies les plus robustes de la planète.

Face à cela, tout le monde s’accorde à dire qu’il faut donner un grand coup d’accélérateur aux campagnes de vaccination, déjà entamées dans plusieurs pays. Tout retard dans cette campagne ne pourra que compliquer plus encore la situation.

En Algérie, on attend l’arrivée des vaccins annoncés depuis un moment. On attend aussi et avec impatience le début de la campagne de vaccination qui doit débuter, en principe, en ce mois de janvier comme instruit par le chef de l’Etat. Mais à ce jour, les autorités concernées n’ont pas encore donné une date précise quant au début de cette opération, ce qui commence à créer une sorte d’impatience et d’incompréhension chez les citoyens.

Des citoyens qui ont besoin d’être rassurés au plus vite, d’autant plus que 5 jours seulement nous séparent de la fin de ce mois. Il faut dire que le temps ne joue plus tellement en faveur des autorités scientifiques et médicales du pays, et qu’il s’agit urgemment de passer à la vitesse supérieure pour commencer cette vaccination salvatrice. Le moment est aussi propice en cet instant précis, puisque l’Algérie connaît une accalmie certaine dans la propagation de la pandémie, avec une courbe baissière des cas de contamination et un nombre plus que réduit des décès.
Par Abdelmadjid Blidi

Ouest Tribune, 27 jan 2021

Tags : Algérie, coronavirus, covid 19,