Amnesty International demande la libération de Maati Monjib

Publicités

Maroc: Libérez le défenseur des droits humains poursuivi sous de fausses accusations

Publicités

Les autorités marocaines doivent libérer immédiatement et sans condition le défenseur des droits humains Maati Monjib et abandonner toutes les charges retenues contre lui, y compris celles d’un précédent procès en cours depuis 2015 en relation avec son travail sur la liberté d’expression, a déclaré Amnesty International aujourd’hui. Après des années de surveillance numérique illégale et de harcèlement judiciaire, Monjib a été arrêté le 29 décembre et sa prochaine session d’enquête devant un juge d’instruction est prévue le 27 janvier.

Dans les lettres de novembre 2020 et janvier 2021 à Amnesty International publiées ici comme un droit de réponse, le gouvernement marocain a nié que Monjib ait été ciblé pour son travail en faveur des droits humains, mais a involontairement fourni des détails semblant corroborer ce fait même en se référant au financement étranger qu’il avait reçu. organiser des ateliers de promotion du droit à la liberté d’expression. Amnesty International pense que les charges retenues contre lui sont liées à des activités protégées par le droit à la liberté d’association qui ne justifient pas de poursuites ou de détention.

Maati Monjib est la dernière victime de la campagne du gouvernement pour faire taire les critiques et, en tant que prisonnier d’opinion, doit être libéré immédiatement et sans condition. Depuis qu’il a accordé une interview médiatique très médiatisée critiquant l’agence de renseignement interne du Maroc pour avoir réprimé les opposants politiques, Monjib a été confronté à un premier harcèlement policier et maintenant à un procès-spectacle. (Amna Guellali)

<< Maati Monjib est la dernière victime de la campagne du gouvernement pour faire taire les critiques et, en tant que prisonnier d’opinion, doit être libéré immédiatement et sans condition. harcèlement et maintenant un procès-spectacle », a déclaré Amna Guellali, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

<< Il ne s’agit que du dernier chapitre de la quête incessante des autorités marocaines pour restreindre le droit de Monjib à la liberté d’expression et l’intimider pour qu’il se soumette. Nous appelons les autorités marocaines à mettre fin immédiatement et définitivement au harcèlement et à l’intimidation de ce courageux défenseur des droits humains toutes les charges retenues contre lui et d’ouvrir une enquête solide, indépendante et transparente sur la surveillance numérique illégale dont Monjib a été soumis pendant des années.

Souvent critique de la violation des droits de l’homme par les autorités marocaines, l’universitaire Monjib avait déjà fait face à de fausses accusations et à des poursuites contre lui il y a cinq ans en 2015. Le 7 octobre 2020, le parquet du tribunal de première instance de Rabat, suite à un renvoi de l’Unité de traitement des informations financières, a ouvert une nouvelle enquête contre Monjib pour détournement de fonds et blanchiment d’argent. Avant son arrestation, la police judiciaire de Rabat et de Casablanca avait convoqué Monjib à plusieurs reprises pour enquêter sur ces accusations.

Les avocats de Monjib n’ont eu accès aux preuves apportées contre lui pour cette nouvelle affaire que le jour de l’audience, où ils ont pu lire certains éléments du dossier judiciaire. À ce jour, on leur en a refusé une copie, en violation du droit international à un procès équitable.

Dans les deux lettres envoyées à Amnesty International, le gouvernement marocain a nié tout lien entre la nouvelle poursuite et les opinions critiques de Monjib. Ils ont insisté sur le fait que tant le procès en 2015 que les poursuites engagées en octobre 2020 concernaient des «infractions pénales» sans rapport avec les activités de Monjib en tant que défenseur des droits humains. Pourtant, dans leur lettre, les autorités marocaines ont elles-mêmes fait le lien entre l’affaire 2015 et la nouvelle affaire intentée en 2020, en référençant les transferts d’argent étrangers reçus par Monjib en 2015 et 2016 pour financer son centre de recherche le centre Ibn Rochd. La lettre a ensuite énuméré les rapports des donateurs de Free Press Unlimited et de l’ambassade des Pays-Bas, indiquant qu’une fois de plus l’enquête se concentrait sur la réception de fonds étrangers pour un travail légitime en faveur des droits humains.

Nous appelons les autorités marocaines à mettre fin immédiatement et définitivement au harcèlement et à l’intimidation de ce courageux défenseur des droits humains en abandonnant toutes les charges retenues contre lui et en ouvrant une enquête solide, indépendante et transparente sur la surveillance numérique illégale à laquelle Monjib a été soumis pendant des années. (Amna Guellali)

En 2015, les autorités marocaines avaient porté de fausses accusations contre lui et six autres accusés pour avoir reçu des fonds étrangers de l’organisation non gouvernementale Free Press Unlimited afin de mener des sessions de formation à StoryMaker, une application de narration sécurisée qui permet aux journalistes citoyens ils le souhaitent. Dans ce cas, Monjib est jugé pour «atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat», une accusation vague et trop large, «fraude» pour ne pas avoir déclaré des fonds étrangers en vertu de la loi marocaine sur les associations, ce qu’il nie et en tout cas ne fait pas. justifier des poursuites pénales en vertu de la loi marocaine mais n’entraîne que la suspension ou la dissolution de l’association.La troisième accusation d ‘«exercice d’une activité non spécifiée dans les statuts» de l’association n’est pas reconnue en droit international comme un délit.

Le droit international des droits de l’homme considère que la privation de liberté est arbitraire lorsqu’elle résulte de l’exercice des droits de l’homme, y compris les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. Selon le Comité des droits de l’homme des Nations Unies, «l’arbitraire» doit être interprété au sens large pour inclure des éléments d’inadéquation, d’injustice, de manque de prévisibilité et de procédure régulière.

En vertu du droit international des droits de l’homme, le droit à la liberté d’association inclut la capacité des ONG à s’engager dans des activités de collecte de fonds et à rechercher, recevoir et utiliser des ressources de sources nationales, étrangères et internationales. Les restrictions au financement étranger qui empêchent les associations de poursuivre leurs activités statutaires constituent une ingérence indue avec l’article 22 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Maroc est partie.

Aucune des ONG internationales ou entités donatrices qui ont financé les activités légitimes de Monjib n’a jamais soulevé de préoccupations concernant la mauvaise gestion de leurs ressources. Dans une déclaration publiée le 15 janvier, l’ONG néerlandaise Free Press Unlimited a déclaré que Monjib était un partenaire très respecté et qu’il ne devrait pas être en prison.

« Nous appelons les autorités marocaines à cesser d’abuser du droit pénal ou des réglementations administratives sur la réception de fonds étrangers comme moyen de cibler des associations indépendantes de défense des droits de l’homme ou des journalistes, et de veiller à ce que les organisations de la société civile puissent travailler dans un environnement sûr et favorable », dit Amna Guellali.

En octobre 2019, une enquête d’Amnesty International a révélé comment Monjib avait été soumis à une surveillance numérique illégale à l’aide de logiciels espions de NSO Group depuis au moins 2017. Ces attaques comprenaient des SMS contenant des liens malveillants qui, s’ils étaient cliqués, tenteraient d’installer des logiciels espions sur le téléphone de la victime. En réponse, Monjib et d’autres militants visés de manière similaire ont déposé une plainte auprès du Comité national pour la protection des renseignements personnels (CNDP) demandant une enquête sur la surveillance. Il n’a pas encore reçu de réponse. Avant son arrestation, Monjib a déclaré à Amnesty International qu’il était sous surveillance constante, notamment des policiers surveillant sa maison et des policiers en civil le suivant chaque fois qu’il sortait.

Cette arrestation intervient alors que le bilan du gouvernement marocain en matière de droits humains continue de se détériorer, le gouvernement poursuivant des dizaines de personnes au cours des deux dernières années, y compris des journalistes, des YouTubers, des artistes et des militants qui ont exprimé leurs opinions en ligne ou hors ligne. Le 29 juillet, les autorités ont arrêté un autre éminent journaliste, Omar Radi, pour agression sexuelle, viol, «atteinte à la sécurité extérieure de l’État» et «atteinte à la sécurité intérieure», après l’avoir soumis à des attaques de surveillance numérique. Il est détenu depuis lors, en attente de jugement.

Source : Amnesty International, 27 jan 2021

Tags : Maroc, Maati Monjib, Amnesty International,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
13 + 27 =