Opinion: Les manifestations en Tunisie ont un goût amer

Publicités


Les troubles récents ne devraient pas surprendre quiconque a suivi la trajectoire du pays. L’image de la Tunisie comme le seul « survivant » des soulèvements dans la région est trompeuse, écrit Sarah Mersch de DW.

Publicités

La tourmente de cette semaine est le résultat d’une accumulation de frustration, de manque de perspective et d’espoir et de difficultés économiques aggravées par la pandémie. Le verrouillage strict du long week-end du 10e anniversaire de l’éviction de l’ancien dictateur Zine El Abidine Ben Ali s’est retourné contre lui. Cela a déclenché une vague de manifestations à l’échelle nationale , précédée d’un nombre croissant de sit-in et de manifestations au cours des derniers mois.

Cela laisse un goût amer de voir que 10 ans après ce qui a commencé à être un processus démocratique inclusif, de nombreux jeunes se sentent à nouveau exclus de la vie publique. Beaucoup de ceux qui étaient dans la rue étaient des enfants lorsque le régime de Ben Ali a été renversé et n’ont jamais vécu consciemment la vie sous une dictature.

Pourtant, les personnes et les structures qu’ils contestent aujourd’hui sont largement les mêmes qu’il y a 10 ans: un système qui ne leur permet pas de s’épanouir, et un État qui, en l’absence d’infrastructures et de services de base pour ses citoyens notamment dans les zones marginalisées, est avant tout représenté par les forces de sécurité.

La répression reste à l’ordre du jour

Faute d’un processus de réforme clair et avec plusieurs lois répressives toujours en place, pour de nombreux Tunisiens aujourd’hui, les forces de police représentent la répression plutôt que la protection. Les revendications, les inquiétudes et les luttes quotidiennes des citoyens sont rarement reconnues en dehors des campagnes électorales; descendre dans la rue semble être le seul moyen pour de nombreux jeunes de faire entendre leur voix.

L’incapacité des différents acteurs politiques de la dernière décennie  à trouver des réponses aux questions qui vont au-delà de la création d’emplois insignifiants pour les jeunes dans une administration déjà gonflée montre clairement les limites de la soi-disant culture du consensus.

Si elle a peut-être sauvé le pays de la rupture en intégrant des forces politiques disparates dans les premières années après le soulèvement, cette culture du consensus paralyse la Tunisie aujourd’hui. 

Les politiciens passent la plupart de leur temps à essayer de parvenir à ce consensus, plutôt que de chercher des solutions à certains des problèmes les plus urgents : réformes dans les secteurs administratif, sécuritaire et judiciaire, ou politiques de chômage et de subventions. Ce qui exigerait de prendre des décisions évidentes et inconfortables.

Fermer les yeux

Au cours des 10 dernières années, neuf chefs de gouvernement différents – et encore plus de cabinets – ainsi que des combats récurrents au sein du parlement fragmenté ont tous souligné le besoin urgent d’un minimum de stabilité pour mettre en œuvre les réformes, plutôt que de simplement parler davantage.

Mais attention – ni les politiciens tunisiens ni les bailleurs de fonds internationaux ne doivent être trompés en confondant stabilité et structures autocratiques. De nombreux gouvernements européens ont soutenu Ben Ali pendant trop longtemps, fermant les yeux sur la nature répressive de son régime et tombant amoureux de son récit de stabilité et de protection contre les mouvements extrémistes et les migrations.

La situation actuelle de la Tunisie est également le résultat de ces décennies d’oppression et d’une élite politique qui peine encore à s’adapter. Mais avec une différence: aujourd’hui, les Tunisiens ne se taisent plus.https://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.435.0_en.html#goog_713232563Volume 90% 

Deutsche Welle, 23 jan 2021



Tags : Tunisie, printemps arabe,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
12 ⁄ 4 =