The New York Times : En Tunisie, certains se demandent si la révolution en valait la peine

Publicités

Les Tunisiens font bon usage de leur droit durement acquis de critiquer le gouvernement. Ils souhaitent juste qu’il y ait moins de protestations.

Par Vivian Yee

TUNIS – Cela ressemblait à un écho aux manifestations contre les incendies de forêt qui ont fait tomber le dictateur tunisien, conduisant à une série de révoltes qui ont ravagé le Moyen-Orient il y a 10 ans: des jeunes dans les rues de plus d’une douzaine de villes tunisiennes au cours des trois dernières nuits . Fureur que la corruption semblait être partout, les emplois nulle part. Des affrontements avec les forces de sécurité ont conduit à plus de 600 arrestations lundi.

Seulement cette fois, la fin du jeu n’était pas claire.

La dictature tunisienne est révolue depuis longtemps. Son président, Zine el-Abidine Ben Ali, a fui le pays en janvier 2011 après un règne brutal de 23 ans, le premier homme fort à tomber dans les révoltes du printemps arabe qui ont commencé en Tunisie et qui ont déferlé sur le Moyen-Orient. Dix ans plus tard, les Tunisiens ont construit une démocratie, même dysfonctionnelle, complète avec des élections et – la plus rare des marchandises arabes – le droit à la liberté d’expression.

C’est ainsi que les manifestations, grèves et sit-in semblent ne presque jamais s’arrêter. Graffiti dénonce joyeusement la police. Les blogueurs et les journalistes citoyens hurlent à propos de la mauvaise gestion officielle, méprisent les opposants politiques et lancent haut et bas les allégations de corruption contre les responsables gouvernementaux, leurs publications sur Facebook ensuite partagées et amplifiées par des milliers de compatriotes tunisiens.

Mais rien de tout cela n’a redressé une économie en route vers le naufrage. Près d’un tiers des jeunes sont sans emploi, les services publics s’effondrent et la corruption s’infiltre de plus en plus dans la vie quotidienne. Les opportunités pour la plupart des gens sont devenues si rares, en particulier dans l’ intérieur pauvre de la Tunisie , qu’au moins 13 000 migrants tunisiens ont joué leur vie en traversant l’Italie par bateau l’année dernière.

«Justice et dignité», comme le scandaient jadis les révolutionnaires , semblent bien loin.

«La seule chose positive que nous ayons retirée de la révolution était la liberté de dire tout ce que nous voulions», a déclaré Ayman Fahri, 24 ans, un étudiant en commerce qui a déclaré qu’il voulait quitter Tunis, peut-être pour la Turquie, en raison du manque d’opportunités chez lui. . Pour ce qui est du reste de la démocratie, il a dit: «Peut-être avons-nous mal compris la liberté, car nous n’avons fait aucun progrès au cours des 10 dernières années.

Grâce à l’impasse de son système parlementaire post-révolutionnaire, la Tunisie a déchiré de nouveaux gouvernements à raison d’un par an et de trois au cours des 12 derniers mois seulement. Les partis politiques dominés par de riches hommes d’affaires réorganisent et remodèlent le pouvoir – en prenant parfois de véritables coups au Parlement – tout en faisant peu de progrès dans les réformes économiques.

À mesure que la foi en la politique a diminué, le taux de participation a également diminué. Au cours des sept élections libres en Tunisie, la participation est passée d’un sommet de 68% aux élections législatives de 2014 à 42% en 2019.

«Pourquoi nous sommes-nous révoltés?» a déclaré Ines Jebali, 23 ans, étudiante en sociologie. «Tout a changé pour le pire.»

Sans incitation, Mme Jebali, comme M. Fahri, a reconnu une exception. Au moins, a-t-elle dit, il y a maintenant la liberté d’expression – même si cela est parfois menacé , les forces de sécurité battant des manifestants et les procureurs traînant fréquemment des blogueurs devant les tribunaux pour diffamation d’agents publics.

«Avec la démocratie d’aujourd’hui, ils pourraient ne pas pouvoir manger», a déclaré Sihem Bensedrine , une militante de longue date, qui, en tant que chef de la commission vérité et dignité de Tunisie, a enquêté sur les abus et la corruption des régimes précédents. «Mais ils ont la liberté de se battre pour ce qu’ils veulent.»

Sur ce front, les Tunisiens indignés n’ont pas de mégaphone plus fort qu’Abir Moussi , une ancienne responsable du parti de M. Ben Ali qui s’est réinventée comme l’une des politiciennes les plus populaires du pays en mettant en lumière le déclin des services publics, jurant de restaurer ce qu’elle prétend être La prospérité de la Tunisie sous l’ancien président et nier catégoriquement qu’une révolution ait jamais eu lieu.

Juste après la chute de M. Ben Ali, son régime était si terni que Mme Moussi s’est fait tirer les cheveux alors qu’elle défendait son parti devant le tribunal. Désormais, son parti Free Destourian mène les sondages, et certains analystes craignent que son appel populiste, qui mêle la nostalgie de l’ère Ben Ali à des propositions de renforcement de la présidence et des forces de sécurité, puisse faire reculer la Tunisie vers l’autoritarisme.

Mme Moussi rejette cette affirmation.

«Ceux qui nous critiquent le font pour cacher leurs propres échecs», a-t-elle déclaré dans une récente interview, soutenant qu’elle soutient les contrôles à la présidence pour éviter une rechute autoritaire. «Le Tunisien moyen se trouve maintenant dans une situation pire qu’avant.»

Perturbant régulièrement le Parlement avec des sit-in diffusés sur Facebook Live, répétant les théories du complot qui présentent la révolution comme un complot islamiste contre M. Ben Ali et accusant le parti islamiste tunisien de manœuvrer pour imposer un régime religieux, Mme Moussi parvient à envahir les manchettes presque quotidiennement. .

La plupart du temps, elle manque de preuves. Mais elle parle au nom de nombreux Tunisiens qui se sont révoltés pour une vie meilleure, pas pour l’accès aux urnes.

«Sous Ben Ali, tout était du miel», a déclaré Basama Benzakri, 42 ans, un vendeur de vêtements d’occasion qui a dû prendre un deuxième emploi en tant que gardien de sécurité dans un supermarché pour nourrir ses deux enfants l’année dernière.

Il a également eu des mots chaleureux pour Mme Moussi.

«Elle est parfaite, elle est parfaite, elle est parfaite», dit-il. «Je la vois soutenir les pauvres et critiquer toujours le gouvernement.

L’avenir de la Tunisie peut dépendre du fait que les jeunes Tunisiens en viennent à voir leurs droits durement acquis, et non un dirigeant fort, comme le meilleur moyen de mettre du pain sur la table.

Prenez Haythem Dahdouh, 31 ans, diplômé de la faculté de droit qui s’est assis un après-midi récent dans un café de Zaghouan, à une heure à l’intérieur des terres de la côte plus riche de la Tunisie, parce qu’il n’avait rien d’autre à faire. Ses amis étaient mieux lotis, a-t-il dit, mais pas de beaucoup: un comptable qualifié ne pouvait trouver du travail que dans une usine, un camarade de classe de droit dans un centre d’appels.

«J’ai une expérience du chômage», a-t-il plaisanté.

M. Dahdouh avait protesté il y a dix ans, principalement contre la corruption, mais maintenant la corruption sature la vie quotidienne, a-t-il déclaré. Obtenir un emploi nécessite des pots-de-vin. La paperasse de base nécessite des pots-de-vin.

Voudrait-il à nouveau la dictature?

«C’est hors de question», dit-il. «Vous pouvez lutter contre la corruption maintenant. Sous l’ancien régime, il n’y avait aucun moyen.

Pourtant, a déclaré M. Dahdouh, il n’y avait qu’une seule organisation travaillant sérieusement à lutter contre la corruption: I-Watch .

Si les Tunisiens ont maintenant la liberté de se plaindre, de se plaindre, de se chamailler et de diffamer, ils peuvent aussi dénoncer ou plaider ouvertement pour les droits de l’homme, alors publiez-le dans la presse.

Dans les jours grisants qui ont suivi la révolution, les organismes sans but lucratif de justice sociale et les chiens de garde du Parlement ont proliféré par milliers. Mais aucun n’est devenu aussi célèbre que I-Watch, un groupe de lutte contre la corruption fondé en 2011 par quelques étudiants universitaires et qui a presque à lui seul dénoncé les terres après un exposé visant de puissants dirigeants gouvernementaux et d’entreprises.

Leurs premiers efforts étaient du côté déchiqueté du scrappy. Pour promouvoir une initiative, ils ont eu recours à des panneaux d’affichage au milieu de nulle part (tout ce qu’ils pouvaient se permettre), à ​​des graffitis de rue (avec la permission d’un ami) et à une chanson de rap faisant l’éloge des dénonciateurs (elle n’a jamais dépassé les 12000 vues).

Le mois dernier, cependant, I-Watch a marqué son plus grand coup d’État avec la deuxième arrestation de Nabil Karoui, ancien principal candidat à la présidentielle , pour blanchiment d’argent et évasion fiscale.

L’enquête d’I-Watch a tellement irrité M. Karoui qu’il a été enregistré dans un clip audio divulgué en 2017 complotant d’utiliser la chaîne de télévision qu’il possède pour dénigrer les fondateurs du groupe, qu’il a appelés «quatre enfants», comme des traîtres et des espions américains. Le mouvement s’est retourné contre lui: le clip est devenu viral . Près de la moitié des Tunisiens connaissent désormais I-Watch, selon les sondages.

Mais ses fondateurs affirment que la découverte de la corruption ne suffit plus. Leur nouvel objectif n’est rien de moins que de réformer toute la culture politique tunisienne.

«J’ai perdu espoir dans l’élite politique», a déclaré Mouheb Garoui, 34 ans, l’un des fondateurs. «Nous devons commencer à travailler sur l’éducation politique des jeunes. Pourquoi ne pas voir des jeunes se présenter en 2024? Si nous continuons à lutter contre la corruption, cela ne s’arrêtera jamais.

Le groupe lance sa propre station de radio et son propre média numérique, recrutant de jeunes influenceurs YouTube, Instagram et TikTok avec des millions d’abonnés pour créer du contenu sur la responsabilité et les droits politiques. Comme d’autres jeunes pousses de médias arabes, dont le collectif de journalisme d’investigation tunisien Inkyfada et le Liban’s Megaphone , il vise à contourner les médias traditionnels, qui ont tendance à être détenus – et muselés – par de puissants hommes d’affaires.

«La société civile prêche généralement aux convertis, à l’élite», a déclaré Achref Aouadi, 35 ans, un autre fondateur d’I-Watch. «Nous voulons être consommés par des millions de personnes, par les masses.»

Il peut être sûr que le public est là. Après tout, les jeunes Tunisiens, contrairement à leurs aînés, ont grandi en prenant pour acquis le droit de consommer ce qu’ils veulent.

«Nous sommes toujours traumatisés par la censure», a déclaré M. Aouadi. «Les plus jeunes, ils s’en moquent.»

Publicités

The New York Times, 19 jan 2021

Tags : Tunisie, printemps arabe,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
7 − 3 =