TRUMP-FINKIELKRAUT MÊME COMBAT ?

par Michel Durant

Difficile à croire. En effet, en 2016, lors de l’élection surprise de Donald Trump face à Hillary Clinton, Alain Finkielkraut avait déclaré : « Trump est un gros con qui ne paie pas ses impôts et dont les tours défigurent les villes américaines. » Mais l’actualité a ceci d’étrange qu’elle rapproche parfois ceux qui se tenaient à des distances intersidérales quelques années auparavant. Ainsi, Finkielkraut se voit-il privé d’antenne sur LCI tout comme Trump de tribune sur Twitter, Facebook et Instagram. Et cela déclenche des polémiques.

On a vu des voix aussi diverses que celles de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Bruno le Maire, Angela Merkel et tout un paquet de journalistes français s’indigner du fait que le Président des USA se voit couper le sifflet par le patron de Twitter au mépris de la fonction présidentielle et du mandat que Trump exerce jusqu’au 20 janvier. Mais ils sont moins nombreux (j’en cherche encore et n’ai trouvé que le magistrat Philippe Bilger) à protester contre l’éviction par TF1 de sa rubrique du lundi sur LCI. Pourtant, Finkielkraut a fait moins de mal au monde que Trump.

Cela étant dit, à ma connaissance, c’est bien TF1 qui est allée chercher Finkielkraut pour qu’il descende de sa tour d’ivoire. Et pourquoi donc ? Sûrement pas pour faire la promotion de la philosophie mais pour booster son audience grâce au philosophe polémiste. Et selon l’adage « qui sème le vent récolte la tempête », après moult dérapages de l’ex-maoïste sur le voile, le viol, le foot féminin, l’écologie, celui sur l’inceste (l’ultime tabou de nos sociétés qui les suppriment l’un après l’autre) a fait déborder le vase. Et Twitter qui a laissé passer pendant quatre ans des milliers de messages haineux, mensongers, racistes, vulgaires de Trump finit par trouver que le vase de cochonneries déborde et coupe la parole au Président quand celui-ci perd le pouvoir.

Académicien, Alain Finkielkraut dut faire l’éloge de son prédécesseur Félicien Marceau, condamné pour faits de collaboration avec les nazis et dont l’entrée à l’Académie Française avait provoqué la démission de Pierre Emmanuel, ancien résistant.

Personnellement (mais mon avis ne compte guère), je ne m’indigne ni de la censure qui frappe Trump ni de l’éviction de Finkielkraut de LCI et je suis curieux de savoir ce que pense Finkielkraut de « l’atteinte à la liberté d’expression de Trump ». Il y a longtemps que Twitter, Facebook et Instagram auraient dû frapper Trump d’impeachment afin de préserver le peuple américain de son poison verbal. Et il y a longtemps aussi que LCI aurait pu se séparer du philosophe médiatique sachant que ses indignations sélectives, le plus souvent imprécatoires, alternaient avec des bafouillements insupportables et des digressions incompréhensibles.

La semaine dernière, Trump a clairement invité ses partisans à marcher sur le Capitole pour montrer leur colère et à se battre pour rejeter les résultats des urnes. Il y a eu 5 morts et, forcément, un jour ou l’autre, il devra répondre devant la justice de ses responsabilités dans cette affaire. Lundi dernier, Finkielkraut, après avoir déclaré que l’inceste est un crime abominable et que les faits reprochés à Duhamel sont très graves, s’est lancé dans une de ses analyses alambiquées avec des interrogations sur l’âge de la victime et sur son consentement éventuel. Il serait d’ailleurs amusant si la situation n’était pas aussi dramatique de comparer ces déclarations sur l’âge du garçon abusé (14 ans) avec celui de Greta Thumberg (16 ans). Dans le premier cas, Finkielkraut dit que c’est un ado, pas un enfant et, dans le second, pour déconsidérer Greta Thumberg dans son combat pour l’écologie, il dit exactement le contraire : « les paroles puériles d’une enfant de 16 ans ». Mais Finkielkraut a l’intention de recourir à la justice pour contester son éviction de LCI. On verra bien.

« Trump est un gros con » selon Finkielkraut. Que pourrait donc dire Trump de Finkielkraut s’il n’avait pas d’autres préoccupations en ce moment ? Olivier Duhamel se tait mais il a démissionné de toutes ses fonctions, notamment de la Présidence du Siècle, cercle de 500 membres influents de la société française où l’on trouve notamment Nicole Notat, Alain Minc, Thierry Breton, Arlette Chabot, Anne Sinclair, François Bayrou, Luc Ferry, Manuel Valls, Bernard Kouchner, Laurent Fabius, Rachida Dati… Il serait bien étonnant que Finkielkraut démissionne de l’Académie Française et que Donald Trump démissionne de la Présidence des USA. Quoique.

Le blog de Michel, 14 jan 2021