Pédocriminalité : les faits doivent-ils être imprescriptibles ?

Publicités

L’affaire Duhamel a remis au cœur du débat public la question de la prescription des faits de pédocriminalité. Réclamée depuis des années par les associations de victimes, la prescription des crimes sexuels sur mineur.es est pourtant défendue par nombre de spécialistes du droit pénal.

La familia grande, le livre de Camille Kouchner sur l’inceste et l’affaire Olivier Duhamel qu’elle révèle à cette occasion posent à nouveau la question des crimes sexuels sur les enfants et plus spécifiquement celui de l’inceste.

Dans ce livre douloureux, elle traite à la fois de la volonté de la victime, son frère, de ne rien dire, de son propre silence à elle mais aussi celui de l’entourage et avant tout de celui de sa propre mère.

Elle y décrit ce mécanisme de mutisme qui a détruit cette famille et qu’elle brise par cet acte d’écriture.

Un silence de plusieurs dizaines d’années qui invite certains à se redemander si la prescription de ce type de crimes ne devrait pas être levée pour les rendre désormais imprescriptibles.

Publicités



Source : France Culture, 12 jan 2021

Tags : Olivier Duhamel, Camille Kouchner, Inceste, pédocriminalité, pédophilie, abus, viol,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
24 − 19 =