Les complexités de l’affaire Duhamel-Camille Kouchner

Entre emprise incestueuse et discours libertaire, entre désir de littérature et campagne médiatique, entre culture de Cour et quête d’émancipation, le scandale provoqué par la sortie de « La Familia grande » révèle les contradictions d’un monde de pouvoir où l’endogamie est la règle.

Un nouveau genre littéraire exclusivement français est-il en train de s’installer ? Un an exactement après Le Consentement de Vanessa Springora, et le livre de Virginie Linhart L’Elément maternel, quelques mois après la sortie de celui de Raphaël Enthoven Le Temps gagné, voici que paraît La Familia grande de Camille Kouchner, fille de Bernard Kouchner. Un nouveau livre écrit par des enfants de ce que l’on appelle Saint-Germain-des-Prés dénonçant des relations d’emprise plus ou moins graves.

Dans le registre des plus graves, à l’abus sexuel et l’emprise intellectuelle d’un écrivain sur une adolescente décrit par Springora, succède cette fois une affaire d’inceste commis vers la fin des années 80 sur un adolescent par son beau-père, un intellectuel de gauche et homme de pouvoir. Une fois de plus, le milieu intellectuel et l’héritage de Mai 68 sont mis au banc des accusés par un livre qui se situe à mi-chemin entre le roman autofictionnel et le document.

Tout comme Vanessa Springora laissait la presse donner le nom de son prédateur désigné par une initiale, ce sont en effet les médias, Le Monde et Le Nouvel Observateur qui, avant même la sortie du livre, ont jeté à l’opinion, alors que les faits sont prescrits, le beau-père en question, le nom d’Olivier Duhamel, qui n’est pas nommé dans le livre, et dont le commun des mortels a appris à cette occasion qu’en plus de co-animer chaque semaine sur Europe 1 l’émission « Mediapolis » et de commenter l’actualité politique sur LCI, il régnait, entre autres, sur la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), qui finance Sciences Po, et sur le cercle de réflexion Le Siècle, deux hauts lieux du pouvoir intellectuel français… La presse people s’est aussitôt emparée de l’affaire pour taper sur toutes les figures publiques reconnaissables dans le livre et dénoncer « l’omerta » dont bénéficieraient les anciens soixante-huitards pour se livrer à leurs turpitudes.

Plus encore que Le Consentement, donc, la sortie de La Familia grande met à jour les questions contradictoires posées par un livre traitant d’un monde où l’endogamie a longtemps été la règle et qui est en train d’exploser.

« La Familia grande » entre témoignage et récit littéraire
Raphaëlle Bacqué évoque le travail d’enquête mené par Ariane Chemin pour le journal Le Monde -publié dans un article en amont de la sortie du livre de Camille Kouchner-.

Je le vis dans ma chair d’avocate, le traumatisme que représente l’inceste. D’autre part, il y a également cette nécessité de sauvegarder cette prescription. […] En 48 heures, tous les registres -littéraire, médiatique, juridique- sont mêlés. C’est en réalité l’imprescriptibilité qui va finir par protéger la présomption d’innocence et le secret de l’enquête ! Parce que le lynchage est tel qu’il y a impossibilité de se défendre d’une accusation qui, de toute façon, est prescrite sur le plan judiciaire. […] Se greffe à tout cela, des combats judiciaires qui devraient plutôt être menés dans un autre temps et dans une autre sagesse. Marie Dosé

Ceux que vous évoquez Marie Dosé c’est-à-dire ceux qui ne peuvent pas dire publiquement ce qui leur est arrivé – ceux qui n’ont pas cette force, ce talent ou l’entregent nécessaire- sont, à mon sens, satisfaits qu’un livre de cette nature existe. Ce livre qui met à jour ce qui, sans cela, resterait dans le secret des familles. […] Une famille n’est pas seulement un lieu d’amour et de solidarité, c’est aussi un mécanisme dont la fonction est de taire les infamies qu’on y commet ou de « silencer ». Dans cette histoire, il s’agit de faire entendre quelque chose qui a déjà été dit. Raphaël Enthoven

Le sondage Ipsos de novembre 2020 énonce que 10% de la population française a été confrontée à l’inceste. En ce sens, l’histoire que raconte Camille Kouchner touche à l’universel et n’appartient pas seulement ni à un milieu, ni à une culture politique. Pourtant il y a une spécificité de cette histoire dans cette famille et son rapport au droit ainsi qu’au langage.

Le secret des familles

La famille est vraiment un lieu clos, propice au pire ! C’est le lieu de la domination. En tant qu’avocate pénaliste, nous savons à quel point ce silence de la mère est presque majoritaire. Et une fois que les choses sont dites d’ailleurs, soit l’enfant n’est pas cru, soit l’autre partie est choisie. Marie Dosé

Cela participe à l’incrédulité du milieu ! Ce sont à la fois des professeurs de droit, des adeptes de la psychanalyse, des militants de l’émancipation des femmes. L’entourage, lorsqu’il apprend l’inceste est dans une forme d’incrédulité et ça participe aussi au maintien du silence. C’est un milieu ultra-initié qui prône un discours qui est en contradiction totale avec cet acte. Raphaëlle Bacqué

C’est là que la rhétorique est vraiment neutre ; c’est l’utilisateur qui en décide. Le discours libertaire a été mis au service de cet acte. Raphaël Enthoven.

Source : France Culture

Tags : Olivier Duhamel, Camille Kouchner, pédophilie, pédocriminalité,