Le grand Maroc

Publicités

Que nous veut le Maroc ? Cet « ami qui depuis toujours nous ne veut que du «bien» et qui rêve toujours d’une frontière à l’architecture tremblée. Campagnes de presse, harcèlement des Algériens contigus au tracé frontalier et, dernier acte de bravoure : «l’installation» d’Israël au Maroc.

Publicités

De tout ça, M6 ne pipe pas un mot. Sa voix, très thé à la menthe, aurait-elle pris des inflexions de rogomme ? Avec l’Algérie, c’est un cinéma muet diplomatique où tout dialogue serait définitivement hors scénario.
L’Algérie, pays-frontière, le déprimerait-elle sec devant sa théière et sa petite musique de chanvre ?

Aridité des relations oblige, chaque esquisse diplomatique porte un plombage. Avec la néo-souveraineté sur le Sahara occidental, le rêve du grand Maroc qui prend naissance au Sénégal, qui englobe Tindouf, Béchar et qui finit à Oran serait-il devenu réalité ?

Depuis quand date ce nouveau big-bang de son altesse M6 ? Travelling arrière : juillet 1999, Hassan 2, le roi-père décède, Mohamed VI accède au trône et essaye de nettoyer les écuries d’un royaume infesté de cadavres durant le règne de son père. Les emmurés de Tazmamart sont libérés et le côté sombre du royaume prend une clarté inespérée.

L’Occident, adorateur du Tajine-veau millésimé, concocté dans des Ryads à la truculence coquine, applaudit. Le Maroc se modernise, dit-on.

14 décembre 2020, les États-Unis reconnaissent la souveraineté du Maroc sur l’ex Rio de Oro, en contrepartie de la normalisation entre le royaume et Israël.

Et depuis, le roi du Maroc se concentre sur l’Algérie. Son nouveau joujou casse-tête.

Claquemuré dans l’idée d’une Algérie à ses pieds, via Israël, il est comme un chat qui aurait bu trop d’Araki (boisson juive à base de raisin et d’eau de vie). L’oxydation guette.

Eh ! Attention : l’Algérie est experte en naufrage des fantômes qui voulaient l’apprivoiser.

Au Maroc, plus qu’ailleurs, tout pèse des tonnes de circonvolutions expansionnistes, entre onirisme féodal et fanfaronnades cannabis…ées.

Les scénarios à la diable foisonnent et ne sont saupoudrés que d’une seule obsession : Quand mettra-t-on l’Algérie au tapis ? Le réveil du roi de sa cuite à l’Araki risque d’être mémorable.

Madjid Khellassi

La Nation, 16 jan 2021

Tags : Algérie, Maroc, Donald Trump, Etats-Unis, Grand Maroc, Israël, normalisation,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
7 − 6 =