La Banque mondiale investit 547 milliards de Ksh dans 11 pays africains

La Banque mondiale a annoncé lundi qu’elle investirait plus de 5 milliards de dollars (547,8 milliards de Ksh) au cours des cinq prochaines années pour aider à restaurer les paysages dégradés, améliorer la productivité agricole et promouvoir les moyens de subsistance dans 11 pays africains alors qu’ils se remettent de la pandémie COVID-19.

Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, a déclaré que l’investissement contribuerait à améliorer les moyens de subsistance à mesure que ces pays se remettaient de l’épidémie et traitaient l’impact de la perte de biodiversité et du changement climatique jusqu’en 2025.

Malpass a annoncé l’aide lors du One Planet Summit, une réunion de haut niveau co-organisée avec la France et les Nations Unies qui se concentre sur la lutte contre le changement climatique et la perte de biodiversité.

L’argent financera des interventions dans l’agriculture, l’eau, le développement communautaire, la sécurité alimentaire, les infrastructures résilientes, la restauration des paysages et les énergies renouvelables, a déclaré Malpass.

Les fonds bénéficieront aux pays de la région du Sahel, du lac Tchad et de la corne de l’Afrique, a indiqué la Banque dans un communiqué.

Les pays sont le Burkina Faso, le Tchad, Djibouti, l’Éthiopie, l’Érythrée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, le Sénégal et le Soudan.

Malpass a déclaré que le fonds mondial PROGREEN de la Banque mondiale dédié à la stimulation des efforts des pays pour lutter contre la dégradation du paysage ajouterait 14,5 millions de dollars à des projets au Burkina Faso, au Tchad, au Mali, en Mauritanie et au Niger.

Il a déclaré que la région du Sahel, en particulier, était l’une des plus vulnérables à la désertification et à la dégradation des terres, avec des augmentations de température projetées 1,5 fois plus rapides que la moyenne mondiale.

Quatre-vingt pour cent des terres agricoles de la région étaient dégradées et environ 30 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire, a-t-il déclaré.

Malpass a déclaré qu’investir dans la restauration des paysages du Sahel était crucial pour atténuer ces tendances.

Le COVID-19 exacerbait les niveaux de pauvreté, les taux d’extrême pauvreté au Sahel devant augmenter pour la première fois depuis des décennies, de 1,5 point de pourcentage en moyenne en 2020.

Cela s’est traduit par 1,23 million de personnes supplémentaires qui étaient extrêmement pauvres dans la région du Sahel.

Source : Citizen Digital, 12 jan 2021

Tags : Burkina Faso, le Tchad, Djibouti, l’Éthiopie, l’Érythrée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, le Sénégal et le Soudan, Banque mondiale,